×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

ecrituremanuscrite CC(by-nc-nd) Rebecca via https://flic.kr/p/4sP4NHProtestinfo laisse régulièrement carte blanche à des personnalités réformées.

Sous la forme de la lettre ouverte, Jean-François Ramelet, pasteur, responsable de «l’esprit sainf — une oasis dans la ville» à Lausanne réagit au propos de Beat Kappeler sur la prise de parole publique des ministres du culte.

Photo: CC(by-nc-nd) Rebecca

Cher Beat Kappeler,

Vous souvenez-vous de moi? Jeune pasteur à Lutry, je vous avais invité, il y a plus de vingt ans, dans un cycle de conférences sur le thème: «le monde change et la Suisse?» Les orateurs venaient à la fois du monde politique, économique et théologique. Cette série avait rencontré un franc succès.

Culture / 29 mars 2017 - 09:30

Brèves

Commémoration œcuménique
Pétition pour les minorités en Syrie et en Irak
L’Hymne européen carillonné
Paul stratège exemplaire

DIre la foiSi vous vous interrogez sur qu’est-ce que croire, le petit catéchisme de Jean Ansaldi est à lire. L’auteur propose un parcours fondé sur l’expérience, la tradition et les écritures dans une intelligence qui replace la pertinence du christianisme au cœur de la modernité.

Par Caroline Amberger

«Dire la foi aujourd’hui» a marqué une génération de jeunes pasteurs et de théologiens lors de sa première parution en 1995. Cet ouvrage de feu le théologien Jean Ansaldi est aujourd’hui réédité par Cabédita. Il est préfacé par le professeur Elian Cuvillier de la faculté de théologie de Montpellier. Pour en parler, ce professeur qui a bien connu Jean Ansaldi, utilise les trois E fondamentaux de la foi chrétienne: Expérience, Eglise, Ecriture.

Joueur de luth accompagne un buveur de vin XVe via https://fr.wikipedia.org/wiki/Viticulture_en_%C3%89gypte#/media/File:Joueur_de_luth_accompagn%C3%A9_d%E2%80%99un_buveur_de_vin_%E2%80%93_XVe_si%C3%A8cle.jpgQu’on soit musulman, bouddhiste ou végétarien, la façon de s’alimenter correspond à des principes, des convictions, voire à une conception de la vie tout entière. Le professeur de théologie pratique, Olivier Bauer, explique l’impact des croyances sur les habitudes alimentaires. Interview.

Image: un joueur de luth avec un homme buvant du vin. XIV ou XVe siècle. 

Par Laurence Villoz

Entre une côtelette de porc, une gousse d’ail et un verre de rouge, lequel de ces aliments a le moins la cote? Le professeur de théologie pratique, Olivier Bauer, dispense, ce semestre, un cours intitulé «alimentation et spiritualité», aux étudiants en bachelor, à l’EPFL, dans le cadre de leur programme obligatoire en sciences humaines. Rencontre avec ce spécialiste des pratiques alimentaires.

AfficheCroireFaireCroireDes conflits religieux à la crise des idéologies contemporaines, en passant par les usages de la propagande, le Festival «Histoire et Cité» qui se tient à Genève du 30 mars au 1er avril accueille le grand public autour du thème «Croire, faire croire». Entretien avec son directeur Pierre Souyri, Professeur d’histoire du Japon à l’Université de Genève.

Propos recueillis par Guillaume Henchoz

Comment s’est imposé thème du festival, «Croire, faire croire»?

Lors de la première édition, nous avons fait la part belle à la Genève internationale avec le thème «Construire la paix». Pour cette session, nous voulions un sujet plus général qui mobilise une large palette de chercheurs aux horizons différents. Le thème peut renvoyer aux 500 ans de la Réforme, même si Genève est la Cité de Calvin plutôt que celle de Luther. Par un étrange concours de circonstances, l’équipe du festival a choisi de traiter ce sujet au moment où se déroulaient en France les attentats de novembre 2015. Le titre de notre prochain festival est alors entré en résonance avec l’actualité: Comment a-t-on pu faire croire à ces jeunes de qu’ils devaient s’engager pour le djihad en Syrie ou commettre ces attentats? Mais la notion de croyance ne s’inscrit pas seulement dans le champ religieux. Les idéologies, les théories complotistes, la publicité ou encore les «fake news» sont sur le devant de la scène médiatique et entretiennent un lien avec la croyance. Nous voulons que nos intervenants puissent réfléchir à tous ces aspects, ensemble, devant un large public.

grille anti migrants CC(by-nc)Matt Rhodes via https://flic.kr/p/fvb8RX«Les victimes de traite des êtres humains dans l’asile: la pratique suisse à l’épreuve.» Ce thème a occupé lundi les intervenants auprès des migrants à l’occasion d’un colloque. Manque d’information tant du côté des victimes que des intervenants et normes sécuritaires qui passent avant la protection des droits de migrant sont autant de raisons qui mettent à mal la lutte contre l’exploitation humaine.

Par Joël Burri

«Dans les situations d’urgence, le trafic d’être humain n’est pas une éventualité, c’est une réalité!», a rappelé Maria Grazia Giammarinaro, rapporteuse spéciale de l’ONU sur la traite des êtres humains, lundi en ouverture d’un colloque consacré à cette problématique dans le domaine de l’asile en Suisse. Entre nécessité de financer leur voyage et la perte de leur réseau, les migrants sont particulièrement vulnérables. La traite des êtres humains prend plusieurs formes allant de la prostitution forcée à l’esclavage notamment dans l’agriculture, en passant par le mariage forcé. Et les enfants ne sont pas épargnés. Et dans le chaos des régions où les migrants affluent par centaines de milliers, les Etats sont débordés. Dans certaines de ces zones jusqu’à 40% des migrants sont exploités.

© 2017 Protestinfo | création site :