×

Message

Failed loading XML...

Henri BlocherLe théologien évangélique Henri Blocher a donné une conférence publique à St-Légier (VD). Il s’est livré à l’exercice de la définition des axes centraux de la théologie de ce mouvement.

Par Joël Burri

«Le mot “évangélique” attire l’attention aujourd’hui comme il ne le faisait pas quand j’étais jeune, grâce à la progression de ce mouvement et grâce à l’essoufflement d’autres confessions. La question de son identité se pose donc avec davantage d’identité», a rappelé le théologien évangélique Henri Blocher, en début de la conférence publique qu’il a donnée la semaine passée à la haute école de théologie, HET-pro, à St-Légier (VD).

L'Hotel de Ville à BerneLa motion signée par trente-cinq délégués des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure n’a pas suffi à maintenir le partenariat avec «Reformierte Medien», mercredi 13 décembre à Berne.

Photo: L’Hôtel de ville à Berne

Par Laurence Villoz

«Nous sommes tous dans le même bateau, nous voulons une bonne couverture des réformés dans la presse», a soutenu Hans Ulrich Germann, dépositaire d’une motion urgente, cosignée par 34 délégués, visant la réactivation de l’adhésion des Eglises Berne-Jura-Soleure (Bejuso) à «Reformierte Medien». Fin septembre, le Conseil synodal (exécutif) a décidé de résilier, au terme de l’année 2018, son affiliation au département des médias des Eglises réformées de Suisse alémanique. Un service qui offre une visibilité aux Eglises sur son site internet ref.ch, à travers le magazine «Bref» ainsi que sur les ondes TV et radio de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF).

Les délégués dans la salle du Grand Conseil à BerneRéunis mardi à Berne, les délégués des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure ont validé un projet-pilote d’accompagnement religieux aux personnes hospitalisées qui sont de confessions autres que chrétiennes.

Photo: Les délégués dans la salle du Grand Conseil, à Berne

Par Laurence Villoz

«Dans les hôpitaux, nous avons constaté une demande accrue d’accompagnement religieux de la part de personnes qui ne sont pas chrétiennes. Le rôle des aumôneries consiste à offrir des prestations sans préjugés, indépendamment de l’appartenance religieuse. Il s’agit de comprendre les patients dans leur histoire personnelle», a souligné la conseillère synodale, Claudia Hubacher, mardi 12 décembre à Berne. Lors de la première journée du Synode d’hiver des Eglises de Berne-Jura-Soleure, les délégués ont accepté un projet-pilote de trois ans pour «l’accompagnement religieux en milieu hospitalier des personnes de religions non chrétiennes». Ce programme œcuménique se déroulera à l’aumônerie de l’Hôpital de l’Ile (BE) et sera piloté par la Conférence interconfessionnelle du canton de Berne (CIC).

Eglises / 13 décembre 2017 - 08:00

Brèves

Soirée festive à la Fusterie
Marché de Noël solidaire
Arrêté pour agressions sexuelles sur mineurs

Daniel MargueratA travers «Le musicien des anges», le théologien Daniel Marguerat revisite de façon inattendue Noël et Pâques sous la forme de contes. Rencontre.

Photo: Daniel Marguerat

Par Laurence Villoz

Professeur honoraire de Nouveau Testament à l’Université de Lausanne et pasteur, Daniel Marguerat s’est prêté au jeu de l’écriture narrative à travers treize contes et récits qui illustrent les fêtes de Noël et de Pâques. Publié début novembre, «Le musicien des anges» destinés aux enfants et aux adultes redonne un sens, parfois oublié, aux fêtes religieuses.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire un livre de contes et de récits?

Il y a urgence à redire les événements de Noël et de Pâques, d’une manière nouvelle, à une société qui en est lassée. Je suis convaincu que le récit est un mode de communication de l’Evangile, une façon de transmettre des valeurs, d’interpeller et de s’interroger sur le monde dans lequel nous vivons. A la différence du discours ou de la prédication, il fait appel à l’imaginaire. J’ai donc tenté de réfléchir non seulement au charme du récit, à la magie qu’il dégage, mais à la théologie qu’il transmet. Il faut dire qu’on assiste à un effacement dramatique du sens de la fête de Noël. Sous prétexte de ne pas heurter d’autres croyances, on transforme l’événement de Noël en une gigantesque braderie commerciale.

Neuchâtel https://flic.kr/p/Vt7xmcLe Grand Conseil neuchâtelois a accepté l’entrée en matière du projet de loi sur la reconnaissance des communautés religieuses. Il devra toutefois repasser en commission.

Photo: La ville de Neuchâtel CC (by-nc) Jopa Elleul 

Par Nicolas Meyer, Réformés

Fruit d’un travail de plusieurs années, la proposition relative au projet de loi sur la reconnaissance des communautés religieuses semblait très bien ficelée. Pour l’élaborer, le Conseil d’Etat avait fait appel aux trois Eglises reconnues du canton: réformée, catholique romaine et catholique chrétienne. «Dès le départ, nos Eglises étaient favorables à la question. Elles ont œuvré afin d’aboutir à une proposition très équilibrée qui prend en compte les réalités de chaque communauté », souligne Christian Miaz, président du Conseil synodal de l’Eglise réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN).

© 2017 Protestinfo