×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le 27 mars, le film «Le Réformateur» sort dans les salles romandes. Le réalisateur Stefan Haupt signe un portrait humaniste d’Ulrich Zwingli bien loin de l’image austère qu’en ont les Helvètes.

Par Marie Destraz

La Suisse aussi peut se targuer d’avoir eu sa révolution et même sa guerre de religion. Elle doit cet épisode à un Zurichois, le réformateur Ulrich Zwingli (1484-1523). Lorsqu’il pose ses valises à Zurich en 1519, il met le feu aux poudres. En emmanchant le mouvement de la Réforme dans la ville, il sème un vent de liberté sur la population et les graines de la discorde dans les plates-bandes de l’Église catholique. Ce bouleversement social et religieux se propagera durablement d’un côté et de l’autre du Röstigraben.

Cinq siècles plus tard, on retient l’absence de sourire de l’homme en noir, témoin d’une austérité qui lui colle à la peau. Et si la révolution zurichoise dont il est l’instigateur s’évoque encore dans les cours d’histoire dispensés aux jeunes helvètes, il reste méconnu en dehors des frontières. D’autres révolutions plus romanesques, à la française par exemple, lui font de l’ombre. Mais aujourd’hui, alors que les réformés célèbrent les 500 ans de la Réforme à Zurich, Ulrich Zwingli est porté à l’écran par le réalisateur Stefan Haupt, dans le long métrage «Le Réformateur». Sorti en janvier dernier en Suisse alémanique, le film compte près de 200'000 entrées. Le 27 mars, il débarque dans les salles obscures de Suisse romande.

Celui qui souhaite accompagner un proche jusqu'à la fin de sa vie est confronté à des peurs et des insécurités. L'Église réformée de Zurich a mis en place un cours pour faire face à ces situations.

Par Heimito Nollé, Ref.ch/Protestinfo

Quand la mort d'un être cher approche, beaucoup de personnes se sentent impuissantes. Si la majorité des gens a une connaissance de base des premiers secours, très peu savent comment accompagner dignement les mourants. Comment soulager la souffrance d'une personne gravement malade? Qu’exprime une personne qui cesse de s’alimenter? Vers qui se tourner pour trouver l’aide d’un professionnel? Le cours «Derniers secours» offert par l’Église réformée de Zurich répond à ces questions et à d'autres sur la mort. L’an dernier, il a été dispensé dix-huit fois dans des paroisses zurichoises. Plus de 500 personnes ont ainsi acquis des connaissances de base sur les soins à apporter aux mourants.

Près de la moitié des employés de l’EERV ont signé un texte demandant à l’exécutif actuel d’abandonner les mesures de restructuration de l’Office des ressources humaines annoncées lors du dernier synode.

Par Joël Burri

«Nous demandons que le Conseil synodal renonce à retirer la fonction de responsable de l’Office des ressources humaines à [l’actuel titulaire], et donc sursoit également à l’engagement d’une personne issue du monde RH. Nous désirons ardemment que la question de l’avenir de l’Office des ressources humaines soit traitée par le prochain Conseil synodal (2019-2024).» Tel est le texte d’une pétition en ligne lancée après la rencontre du synode (organe délibérant) des 8 et 9 mars lors de laquelle une restructuration de cet office impliquant une rétrogradation de l’actuel titulaire a été dévoilée. L’annonce a court-circuité une communication prévue en fin de session selon un accord entre les parties. 142 pasteurs et employés de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) ont signé cette réclamation. Ce chiffre près de la moitié des 306 employés de l’institution, dont 207 pasteurs, selon un rapport présenté récemment au synode. Ils se partagent environ 220 équivalents temps plein.

Invités par l’association chrétienne neuchâteloise des LGBT+, Arc-en-ciel, l’auteur Michel Anquetil et le prêtre Joël Pralong offrent leur regard sur les couples homosexuels dans l’Église catholique.

Par Laurence Villoz

«Il faut faire évoluer la doctrine. La tradition à l’égard des homosexuels n’est plus supportable», lâche Michel Anquetil invité par Arc-en-ciel, l’association chrétienne neuchâteloise des LGBT+, dans le cadre d’une conférence sur la position de l’Église catholique face au mariage pour tous. Devant une trentaine de personnes, réunies mercredi 20 mars à la bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, ce catholique français pratiquant a présenté son ouvrage «Chrétiens homosexuels en couple, un chemin légitime d’espérance» sorti en 2018.

Le comité de l’Arzillier, maison du dialogue interreligieux à Lausanne, se désolidarise publiquement des positions soutenues par Shafique Keshavjee dans son ouvrage «L’islam conquérant».

Par Marie Destraz

À la suite à la parution du livre polémique «L’islam conquérant», signé par le théologien Shafique Keshavjee, le comité de l’Arzillier, maison du dialogue interreligieux à Lausanne, a publié un communiqué dans lequel il se désolidarise de la démarche de l’homme qui fut le cofondateur de l’association, il y a vingt ans.

À l’origine de cette prise de position, une phrase, qui apparaît dans la présentation de l’auteur au début de l’ouvrage: «Pasteur durant de nombreuses années dans l’Église réformée du canton de Vaud, il a été l’un des fondateurs de l’Arzillier, maison du dialogue à Lausanne.» Sans renier le rôle moteur joué par le membre fondateur dans la création et la vie de l’association, «il était important de montrer que le message et le contenu du livre ne sont pas identiques à la position de l’association de l’Arzillier», explique Timothée Reymond, président du comité de l’Arzillier et pasteur de l’Église réformée vaudoise (EERV).

Pastorale inclusive, modifications réglementaires et élections: le programme du Consistoire qui s’est réuni jeudi 14 et vendredi 15 mars était chargé.

Par Joël Burri

Avec moins de fidèles et moins de pasteurs, les paroisses deviennent un maillage un peu trop fin pour gérer l’Église protestante de Genève (EPG): impossible d’avoir au moins un ministre par paroisse. C’est pourquoi, depuis plusieurs années déjà, les pasteurs genevois travaillent à l’échelon de la région et plus de la paroisse. Un nouveau cap sera franchi en 2022, les élections pour le Consistoire (organe délibérant) ne se feront plus par paroisse, mais par région. D’ici là, les régions devront être formalisées, raison pour laquelle jeudi 14 mars, les délégués au Consistoire ont adopté des statuts type que serviront de base pour les textes fondateurs de chacune des régions. Des modifications pourront être apportées, mais les textes de chaque région devront être approuvés par l’organe délibérant. Cet exercice a fait ressurgir quelques résistances.

© 2019 Protestinfo