×

Message

Failed loading XML...

Meditation CC(by-nc)Mitchell Joyce, via https://flic.kr/p/6TYNf1

Pionnier d’un dialogue interreligieux qui puisse dépasser ce qu’il considère comme le dialogue manqué entre les religions, le grand rabbin Marc Raphaël Guedj propose une autre voie: remonter aux sources de sagesses et aux racines des spiritualités pour entrer à nouveau frais dans le dialogue entre les grandes traditions.

Photo: CC(by-nc)Mitchell Joyce

Par Caroline Amberger

«Tout reste à faire!», vous dira Marc Raphaël Guedj, ancien grand rabbin de Genève qui n’a de complaisance pour aucune forme d’extrémisme. S’il admet «avoir planté une graine», il espère encore des changements. Créateur de Racines et Sources, une fondation à Genève qui encourage et développe le dialogue interreligieux et promeut la recherche dans une perspective interdisciplinaire, cet amoureux de mystique et de sagesse juive souhaite que ce dialogue «puisse se sortir de la comparaison des dogmes et des rituels». Entretien

 Bahá’u’lláh via https://fr.wikipedia.org/wiki/Mirza_Husayn_Ali_NuriA l’occasion du bicentenaire de la naissance de Bahá’u’lláh, le fondateur de ce mouvement religieux, les bahá’íes organisent de multiples manifestations pour faire connaître leur foi et pour célébrer ce jubilé.

Photo: Bahá’u’lláh 

(Protestinfo) «Bahá’u’lláh enseigne que Dieu est unique et que les révélations successives de sa volonté à l’humanité ont été la principale force civilisatrice de l’histoire. Les agents de ce processus ont été les messagers divins que les hommes ont perçus comme étant les fondateurs de systèmes religieux distincts, mais dont le but commun est d’amener la race humaine à sa maturité morale et spirituelle», résume le site suisse du mouvement bahá’íe. Dimanche 22 octobre, le bicentenaire de la naissance du fondateur de cette religion sera célébré dans les différentes assemblées spirituelles locales.

Photo: le Conseil exécutif lors de l’Assemblée générale de 2016. ©CEVAALe Comité d’une organisation réunissant 35 Eglises de 24 pays se réunit à Fribourg cette semaine. Jeudi 19 une soirée publique est prévue.

Photo: le Conseil exécutif lors de l'Assemblée générale de 2016. ©CEVAA

(Protestinfo) Une brochure d’animation théologique, un projet d’accueil des migrants, un centre d’accompagnement des femmes et de multiples envoyés dans des Eglises sœurs, tous ces projets ont en commun d’être soutenu par la CEVAA-Communauté d’Eglises en mission. Créée en 1971, cette organisation regroupe 35 Eglises dans 24 pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique latine. En Suisse, les différentes Eglises réformées cantonales romandes font partie de la CEVAA. Cette semaine, du 16 au 22 octobre, le comité de ce mouvement se réunit dans le canton de Fribourg. Jeudi 19, une rencontre publique est prévue.

cercueil avec rose CC(by-sa) Don LaVange via https://flic.kr/p/7cx8RMCe n’est plus dans leur ultime voyage que les habitants de notre pays veulent investir. Une enquête alémanique montre que toutes les professions liées à la mort voient leur chiffre d’affaires baisser.

Photo: CC(by-sa) Don LaVange 

(Protestinfo) Sépulture, fleurs, collation, l’heure n’est plus au faste dans les cimetières suisses. «Souvent, les défunts eux-même avaient fait savoir qu’ils ne voulaient pas être un fardeau», c’est ce qui ressort d’une enquête publiée ce dimanche 15 octobre par «NZZ am Sonntag» et repérée par Ref.ch.

Eglises / 18 octobre 2017 - 09:00

Brèves

Aide d’urgence pour les Rohingyas
Antiphonaires enfin réunis
8700 personnes pour la première de «Reset»

Helmut Gassner, assistant du directeur Gonsar Rinpoché du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, soutient que le dalaï-lama est manipulé «et sa figure est si respectée que personne ne peut le croire.» ©Aline JaccottetLes 40 ans du centre bouddhique du Mont-Pèlerin (VD) ont remis au jour de vieilles tensions dans la communauté tibétaine autour de Shougden. Une déité autour de laquelle se cristallisent les difficultés de la création de l’identité nationale.

Photo: Helmut Gassner, assistant du directeur Gonsar Rinpoché du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, soutient que le dalaï-lama est manipulé «et sa figure est si respectée que personne ne peut le croire.» ©Aline Jaccottet

Par Aline Jaccottet

Dodje Shougden est une figure du bouddhisme tibétain qui crée la polémique. D’abord, dans les communautés de pratiquants, comme l’a mis en évidence l’article de «24 heures» du 6 septembre. En évoquant les liens du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, 40 ans cette année, avec le dalaï-lama, l’article a ravivé l’animosité de certains fidèles envers leurs coreligionnaires proches de Dodje Shougden. Il est pourtant difficile de les pousser à s’exprimer sur le sujet. Le lama (guide spirituel) de la communauté Rigdzin, qui a contribué à la venue du dalaï-lama à Lausanne en 2009, a d’ailleurs refusé notre demande d’interview. «Je peux juste vous dire que nous suivons l’opinion du dalaï-lama», a affirmé Myriame Marti, la secrétaire de la communauté en Suisse.

© 2017 Protestinfo