×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 23 août 2017 - 08:45
  • Joël Burri 2327 signes
Opinion

«Faut pas que ça fasse Eglise»

edito toto FontWorkProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Alors qu’une exposition réfléchit à l’identité protestante, Joël Burri, rédacteur responsable de Protestinfo déclare sa flamme à l’un des objets probablement les plus symboliques de la vie communautaire.

Au cœur de la page, une photo sur laquelle un rayon de lumière traverse les nuages surplombant un lac où flotte un voilier. En haut de la page, le titre aux lettres en perspectives semble danser sur une vague. Et en dessous, quelques lignes de texte dont la police d’écriture s’est déjà vue 1000 fois. Plus personne ne semble apprécier le charme désuet du bulletin paroissial. «On me dit toujours: faut pas que ça fasse Eglise», m’a confié une collègue graphiste.

La photo pleine de symboles photocopiée sur du papier vert tendre, semble avoir tellement sa place dans le présentoir situé à la sortie du temple, que je suis surpris de ne pas voir figurer ce document dans l’exposition «Le selfie des protestants», à voir jusqu’au 2 septembre au Forum de l’Hôtel de Ville, à Lausanne.

Mais dans le fond, n’est-ce pas étonnant, ces organes d’Eglise qui craignent tellement de «faire Eglise»? Ce n’est pas en ayant honte que l’on va faire envie!

Surtout qu’à y regarder de plus près, le «ça fait Eglise» est quand même très subjectif. Le papillon d’invitation à une conférence confectionné avec un traitement de texte et illustré avec des images tirées de la collection fournie avec le logiciel, reste un grand classique! Et pas seulement de la part des Eglises. Le «ça fait Eglise» est une perception de gens d’Eglise. Pourtant les mêmes chefs-d’œuvre ont, depuis la démocratisation des suites bureautiques, été produits par de nombreuses associations, partis politiques et autres rassemblements de personnes fédérées par un idéal commun.

L’autre jour, j’ai même vu un camion décoré d’un logo dont je pourrais parier qu’il a été conçu sur le fameux WordArt. Et bien devinez quoi, à aucun moment je me suis dit que cette entreprise de déménagement faisait «Eglise»!

Car en réalité, le bulletin paroissial ne fait pas «Eglise», il fait «amateur». Et quitte à être à contre-courant, je dirais: «C’est bien ainsi!» Oui, cette mise en page a été conçue par un bénévole bien plus porté par sa bonne volonté que par ses compétences graphiques. Cela prouve une chose que le groupe est actif et que certains donnent du temps à la communauté. D’autre part, les moyens sont réservés pour les documents plus largement diffusés: le papillon tiré à 50’000 exemplaires, confié à des professionnels, est plus léché que celui photocopié 40 fois.

L’amateur, le maladroit, a la beauté de l’engagement local. Plutôt que de faire rire, il devrait émouvoir. C’est le symbole d’une communauté vivante. C’est en étant fier de cette vie qu’il faut tendre le flyer pour faire envie.

« Retour
© 2019 Protestinfo