Affiche contre l'initiative «Pour la protection face à la violence des armes» CC(by-sa) Martin AbegglenChaque mercredi, Protestinfo donne carte blanche à un chroniqueur.

Le théologien Pierre Bühler nous explique pourquoi cette année il ne chantera pas l’hymne national.

À la mémoire de la petite Sara, enterrée à Domodossola

Photo: CC (by-sa) Martin Abegglen

Dans quelques jours, nous fêterons le 1er août. Bonne occasion de nous demander où va la Suisse, vers quel avenir radieux elle se dirige, puisque «sur nos monts,… le soleil annonce un brillant réveil…». Pour répondre à cette question, j’aimerais laisser parler quelques chiffres glanés dans les nouvelles ces dernières semaines et auxquels peu de gens ont prêté attention, (presque) tous les yeux étant tournés vers les stades du Brésil…

Eglises / 23 juillet 2014 - 08:10

Brèves

L’EPER augmente son aide en faveur des déplacés du Soudans du Sud
Popularité des religions auprès des Américains
Tickets de musée solidaires

Une plaque commémore Jean de Léry à l'entrée du parc du château à L'Isle (VD)Trois ans après qu’une troupe de théâtre a créé un spectacle pour faire connaître aux habitants du village le prestigieux personnage qui fut pasteur du lieu, la commune du district de Morges commémore Jean de Léry en lui attribuant l’allée qui mène au Château.

Par Joël Burri

«Allée Jean de Léry 1536-1613», annonce une plaque à l’entrée du parc du Château de L’Isle. Si le pasteur François Reymondin considère qu’il est plus probable que Jean de Léry soit né deux ans plus tôt, il n’en demeure pas moins heureux de cette reconnaissance de celui qui fut durant les 19 dernières années de sa vie pasteur de L’Isle. Il y a trois ans, avec les Chantres, un groupe qui crée des spectacles musicaux et théâtraux, il avait monté un spectacle visant à faire connaître Jean de Léry aux quelque 1000 habitants du village. Ensuite, «Nous avons eu une demande émmanant du conseil communal que la municipalité a jugé comme justifiée», explique Nicolas Roger, syndic de L’Isle. Et depuis ce printemps, Jean de Léry a son allée.

Une poche de perfusion CC(by-nc-sa) TschoerdaDepuis trois ans, tous les étudiants en médecin de l’Université de Munich sont formés à l’accompagnement spirituel dans le cadre des cours en soins palliatifs. Une expérience pionnière mise sur pied par le Dr Gian Domenico Borasio, désormais chef du Service des soins palliatifs du CHUV, qui pourrait faire école en Suisse. Tour d’horizon.

Par Aline Bachofner, La Vie protestante – Genève

Photo: CC(by-nc-sa) Tschörda

«Mourir»*, c’est le sobre titre de l’ouvrage du Dr Gian Domenico Borasio, paru le 24 avril dernier. Dans ce petit condensé de 160 pages, le neurologue italien aborde tous les points essentiels des soins palliatifs aussi bien bien sur le plan physique, psychique que spirituel. Aujourd’hui, chef du Service des soins palliatifs du CHUV, il a occupé la chaire de médecine palliative de l’Université de Munich de 2006 à 2011. Il y a créé un centre interdisciplinaire pour la médecine palliative en s’associant les compétences de professeurs en assistance sociale et en assistance spirituelle (Spiritual care)… Une petite révolution dans le monde très cloisonné de la médecine académique.

photo: job«Les personnes citant la Bible chrétienne rapportent beaucoup d’argent en termes de licences», affirme un blog consacré à la promotion de solutions libérées de droits de la propriété intellectuelle. L’auteur du post se base pour dire cela sur un conflit opposant la Société biblique suédoise aux militants de «Fri Bibel», un projet de nouvelle traduction de la Bible par des personnes prêtes à renoncer à leurs droits. Alors à qui profitent les droits liés aux traductions de la Bible?

Par Joël Burri

«Il est vrai que la vente de bibles nous fait vivre», reconnaît Elsbeth Scherrer, secrétaire générale ad intérim de l’Alliance biblique française (ABF) et directrice des éditions Bibli'O, société fille de l’ABF. «Mais parler d’enrichissement, c’est une méconnaissance du travail qu’implique la traduction et l’édition d’une Bible.» 

Femme en burkiniOù se baigner en burkini? En Suisse romande, chaque commune possède son propre règlement pour les piscines. Seule la Ville de Neuchâtel autorise ce type de maillot de bain, à condition qu’il soit en lycra et près du corps.

Photo: CC (by-sa) Giorgio Montersino

Par Laurence Villoz

«Une maman ne peut pas accompagner son enfant à la piscine si elle porte un burkini car il est interdit même aux abords des bassins», déplore Israh Beghriche, la secrétaire générale de l’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse. Dans la majorité des bassins romands, les burkinis – des costumes de bain couvrant l’entier du corps, un mot valise entre la burqa et le bikini – sont interdits. Mais chaque commune possède son propre règlement qui varie d’un endroit à l’autre.

© 2014 Protestinfo | création site :