Creation du monde Lucas Cranach«Il faut quand même avoir une sacrée dose de foi pour croire qu’un lapin, à force de courir, va finalement devenir guépard.» C’est à cause de cette pique que la députée vaudoise Fabienne Despot (UDC) est passée pour créationniste lors du dépôt de la réponse du Conseil d’Etat à l’interpellation sur les écoles privées chrétiennes (objet 27). Elle a immédiatement réfuté. Elle reste, par contre, opposée à légiférer pour empêcher les écoles privées de dispenser un enseignement créationniste. Interview

Image: «La Création du Monde», Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553)

Propos recueillis par Joël Burri

Lors du débat au Grand Conseil, le député vert Martial de Montmollin vous a perçue comme créationniste. Vous vous en êtes vivement défendue.

Oui, j’ai dû reprendre la parole pour dire que je ne le suis pas. Toutefois, étant chrétienne, il est pour moi évident que la Création ne s’est pas faite sans un esprit supérieur. Mais c’est une question de foi, je ne mets pas ça sous l’aspect théorique.

Le camp installé dans la salle de paroisse en mars 2015. ©jobLa plainte des autorités cantonales de l’Eglise réformée vaudoise contre le collectif R, qui occupe depuis une année un temple du centre de Lausanne, a été jugée irrecevable. Dans le même temps, le Conseil de Saint-Laurent-Eglise vient à son tour de demander le départ du collectif.

Photo: Le camp installé dans la salle de paroisse en mars 2015.

Par Joël Burri

Le Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise évangélique réformée du Canton de Vaud (EERV) n’est pas légitime pour demander l’expulsion de l’église Saint-Laurent. C’est ce qu’a jugé le Tribunal d’arrondissement de Lausanne, selon Le Courrier. La Cour a donc déclaré irrecevable la plainte déposée fin octobre par le Conseil synodal, pour obtenir l’évacuation de l’église occupée depuis le 8 mars 2015 par le Collectif R qui regroupe des militants et des migrants frappés de décision de renvoi Dublin.

Portes-ouverts à l'Eglise du Cloître à Aigle (VD) ©célébrer.ch/AUJL’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud veut mettre en place un projet pour des lieux ouverts et accueillants. L’idée est de ne pas aller chercher les gens pour remplir les églises le dimanche matin, mais d’être à disposition de ceux qui ont besoin d’un lieu de ressourcements spirituels, à tout moment de la journée et de la semaine.

Photo: ©célébrer.ch/AUJ

Par Emmanuelle Jacquat

Fini les églises fermées, place à des lieux accueillants et ouverts. Le service Vie communautaire et cultuelle (VCC), de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) lance un projet «pour des églises ouvertes». Le but est d’ouvrir les édifices et les lieux de cultes en dehors des offices religieux. Cette démarche fait suite à une impulsion de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse. Le service VCC désire encourager un maximum d’édifices à devenir un lieu de méditation, de rencontre avec Dieu, de valorisation du patrimoine afin d’amener une image accueillante de l’Eglise. Dans cette perspective, «l’idée n’est pas d’aller chercher les gens pour les faire entrer dans les églises. L’idée est, si quelqu’un ouvre la porte, peu importe les motifs, qu’il puisse trouver un espace accueillant», relève Olivier Favrod, responsable du service VCC.

Eglises / 10 février 2016 - 08:00

Brèves

Les multinationales au cœur de la campagne œcuménique
Jean-Marc Richard reçoit les clés du Musée de la Réforme
La Saint-Valentin au culte

Faut pas croirePour maintenir les magazines spécialisés autour du fait religieux à la RTS, malgré les mesures d’économie, les producteurs de ces émissions Médias-pro et Cath-info proposent de diminuer le nombre de cultes et de messes.

Photo: Le magazine «Faut pas croire»

Par Laurence Villoz

Réduire les offices plutôt que de sacrifier les magazines sur l’actualité religieuse: telle est la proposition émise par les partenaires protestant Médias-pro et catholique Cath-Info à la direction de la RTS, lundi 8 février. Cette contre-proposition serait envisageable avec une diminution de 500'000 francs du budget de RTSreligion, plutôt que de 1,2 million comme le souhaite la RTS. 

Affiche annonçant un débat aux TerreauxA l’aube d’une votation fédérale visant le durcissement des lois envers les étrangers, l’Espace culturel des Terreaux organise un débat, réunissant politiciens et philosophes, sur les valeurs défendues par la démocratie et l’Etat de droit.

Par Laurence Villoz

Alors que les citoyens suisses devront se prononcer le 28 février prochain sur l’initiative populaire fédérale de mise en œuvre «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», déposée par l’UDC, «il y a un réel enjeu actuellement de réfléchir au sens de la démocratie», lâche le philosophe et théologien, Jean-Marc Tétaz. «Le respect de la démocratie consiste-t-il uniquement à donner le plein pouvoir au peuple même si ses décisions sont en contradiction avec des principes constitutionnels qu’il a lui-même adoptés?»

© 2016 Protestinfo | création site :