×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le pape, Gottfried Locher et Esther Gaillard © reformiert/Felix ReichLors de la venue du pape jeudi dernier à Genève, le président de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, Gottfried Locher, a invité le pape au dialogue oecuménique, à l'occasion de l’année Zwingli qui se déroulera en 2019. 

Photo: Le pape François, Gottfried Locher et Esther Gaillard © reformiert/Felix Reich

Par Laurence Villoz

Gottfried Locher, le président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) a invité le pape au dialogue oecuménique. Dans une lettre qu'il a remis au pontife, jeudi 21 juin, lors de sa venue à Genève, Gottfried Locher a exprimé le souhait qu'une délégation de la FEPS composée autant de personnes consacrées que laïques soit reçue au Vatican pour l'année Zwingli. «Quand nous lui avons touché la main, nous lui avons expliqué le contenu de cette invitation. Le pape nous a écouté attentivement et avec bienveillance. C’était authentique et chaleureux, j’ai été touchée», raconte Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la FEPS, qui a participé avec Gottfried Locher à l’intégrale des événements pour la venue du pape.

FEPS Schaffhouse 2electurePour la première fois, les réformés de Suisse devraient former une Église nationale, d’ici 2019. Réunis à Schaffhouse du 17 au 19 juin, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont terminé la révision de la nouvelle Constitution.

Par Laurence Villoz

«Il y a cinq ans quand j’ai parlé d’avoir une seule Église, les délégués ont rigolé. Mais nous avons pu construire ensemble une unité de manière réformée, nous avons créé notre propre ecclésiologie. Jusqu’à maintenant, les Églises étaient centrées sur le niveau cantonal, mais cela pourrait changer», explique Gottfried Locher, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Réunis en assemblée du 17 au 19 juin à Schaffhouse, les délégués de la FEPS ont terminé la deuxième lecture de la nouvelle Constitution. En décembre prochain, elle sera soumise à un vote final sans possibilité de modifications. Si elle est approuvée, elle entrera en vigueur début 2019.

FEPSLa nouvelle procédure d’asile qui entrera en vigueur en mars 2019 demandera une plus grande présence d’aumôniers. Pour y répondre, la Fédération des Églises protestantes de Suisse augmente son soutien de 70'000 francs.

Par Laurence Villoz

«Prendre soin de l’âme, voilà en quoi consiste la tâche des aumôniers dans les centres fédéraux», explique Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Lundi 18 juin, les délégués de la FEPS, réunis à Schaffhouse, ont décidé, à l’unanimité, d’augmenter leurs contributions pour l’asile, passant de 350'000 francs à 420'000 francs. Depuis 1999, les Églises membres de la FEPS participent à un «financement solidaire» qui doit être rediscuté à chaque nouvelle législature. Pour la période de 2019 à 2022, les délégués ont non seulement accepté de le poursuivre, mais également de l’augmenter de 70'000 francs en raison de la restructuration du domaine de l’asile.

Gottfried LocherAprès des échanges intenses, les délégués de la FEPS ont réélu leur actuel président Gottfried Locher pour un troisième mandat, dimanche 17 juin à Schaffhouse. Il a remporté 43 voix, contre 24 pour sa concurrente la pasteure zurichoise Rita Famos.

Photo: Gottfried Locher © FEPS

Par Laurence Villoz

«Faire un choix permet un réel processus démocratique. Et si l’on élit une femme, ce serait un signe fort pour l’œcuménisme», affirme Ruth Kremer de l’Église argovienne. Pendant près de deux heures, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) ont exprimé leurs opinions face aux deux candidats à la présidence: la pasteure zurichoise Rita Famos et l’actuel président Gottfried Locher. À l’issue du vote à bulletin caché, le pasteur bernois de 51 ans a obtenu 43 voix sur 67, remportant un troisième mandat pour la législature de 2019 à 2022.

vote au Rathaus BerneDans le dialogue œcuménique, être un ministre du Culte est un avantage. Mais les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont choisi de privilégier le principe protestant de l’égalité de tous les baptisés.

Photo: Le texte issu de la première lecture a été adopté à l'unanimité. 

Par Joël Burri

Peut-on être le représentant de la plus grande organisation protestante de Suisse sans être ordonné? C’est la question que se sont posés mardi 24 avril en assemblée les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Ils étaient réunis depuis lundi pour achever la première lecture de la nouvelle constitution de la faîtière qui regroupe les différentes Églises réformées cantonales, l’Église évangélique méthodiste de Suisse et l’Église évangélique libre de Genève. Dès l’entrée en vigueur du texte, la FEPS deviendra Église évangélique réformée de Suisse (EERS).

Page 1 sur 16
© 2018 Protestinfo