×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
jeudi, 24 janvier 2019 17:21

Raconte-moi la Bible

Du 25 janvier au 19 mai, le Musée international de la Réforme à Genève accueille l’exposition temporaire «Il était plusieurs fois». En onze films de quatre minutes, le spectateur traverse l’Ancien Testament en son et en images.

Par Marie Destraz

«Comment tout a commencé, nous ne le saurons jamais, mais nous avons la parole et c’est avec elle que tout commence.» C’est avec ces premiers mots, portés par la voix du comédien français André Dussollier, que s’ouvre le récit de la création, l’une des onze vidéos de l’exposition «Il était plusieurs fois», qui se tient au Musée international de la Réforme (MIR) à Genève du 25 janvier au 19 mai. En quatre minutes, le spectateur voit s’écouler devant ses yeux la semaine originelle, le gros poisson avaler Jonas, Caïn tuer Abel, les eaux engloutir la Terre et l’amour se vivre dans le Cantique des Cantiques. Les textes sont signés Frédéric Boyer, écrivain français à l’origine notamment de «La Bible des écrivains». Les animations sont celles de Serge Bloch, auteur et dessinateur français, à l’origine de la célèbre série pour enfant «Max et Lili» et dessinateur de presse. Pour cette exposition, les deux hommes se sont inspirés de leur ouvrage BIBLE. Les récits fondateurs, paru chez Bayard en 2016.

Prouver que l’Église aussi peut être cool, c’est un des objectifs des Jeunesses protestantes de Cologne, en Allemagne. Pour y parvenir, elles tiennent un stand à la Gamescon, un salon international de jeux vidéo.

Par Jana Hofmann, Cologne, EPD/Protestinter

Les jeunesses protestantes en sont convaincues: la Gamescom, premier salon de jeux vidéo d’Europe, représente une vraie opportunité de combattre les préjugés envers les institutions religieuses. «Nous en tirons parti pour prouver que l’Église aussi peut être cool», a déclaré Daniel Drewes, responsable de la formation des jeunes au sein des Jeunesses protestantes de Cologne et de sa région, s’entretenant avec le Service de presse protestant (EPD) à la veille de l’événement. Du 21 au 25 août, 1000 exposants venus de 50 pays se sont retrouvés dans la ville de l’ouest de l’Allemagne. Et les jeunes protestants ont investi le terrain.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

arrivée à PalexpoPlus de 40'000 personnes se sont déplacées à Palexpo, à Genève, pour assister à la messe donnée par le pape François, ce jeudi 21 juin. Cet événement clôture sa visite au Conseil œcuménique des Églises. Protestinfo a rencontré quelques fidèles avant la cérémonie.

 

L'église martin Luther à Dresde https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dresden-Lutherkirche.jpgDes individus d’extrême droite à Dresde auraient utilisé la vidéo d’une cérémonie pascale avec des réfugiés pour en faire un clip anti-musulman.

Photo: L'église Martin Luther à Dresde CC (by-sa) Kolossos

Dresde (EPD/Protestinter). La paroisse protestante Martin Luther, à Dresde, a été confrontée à une fausse vidéo. Des individus présumés d’extrême droite ont diffusé sur les réseaux sociaux un clip montrant des chants liturgiques de la cérémonie pascale avec la légende «Incroyable! Des prières islamiques à l’ #église de #Luther de #Dresde», rapporte le «Sächsische Zeitung», un journal de la ville. Ils donnent ainsi l’impression que des musulmans peuvent aussi venir pratiquer leur religion au sein de l’église.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

9.5 sur l'echelle de luther capture d'écran de la vidéo de Sonia Zanou L’église Saint-François à Lausanne accueille une installation de l’artiste Sandrine Pelletier. Nonante-cinq échelles calcinées et deux vitraux incandescents évoquent la naissance du protestantisme, en écho à notre société actuelle.

Par Marie Destraz «Réformés»

Tels les vestiges d’un événement passé encore fumant et odorant, nonante-cinq échelles calcinées habillent l’église Saint-François, au cœur de Lausanne. Les bancs de bois ont été extraits de l’édifice de pierre pour laisser s’exprimer l’art. A l’occasion du jubilé de la Réforme et à l’invitation de l’Association hospitalité artistique à Saint-François, l’installation avant-gardiste 9.5 sur l’échelle de Luther, de l’artiste Sandrine Pelletier, fait écho aux prémices de ce mouvement, tout en étant cruellement actuelle.

Page 1 sur 5
© 2019 Protestinfo