×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

Le campus de Saint-Légier ©HET-PROLe projet d’une haute école de théologie est en préparation depuis plusieurs mois et vient de nommer ses professeurs. Le futur établissement qui fait débat s’installera sur le site de l’institut biblique Emmaüs, à Saint-Légier. Les étudiants sont attendus à la rentrée 2017.

Photo: Le campus de Saint-Légier ©HET-PRO

Par Myriam Bettens

Le projet d’une formation théologique de type «haute école», davantage axée sur la pratique que les traditionnelles études universitaires se dessine en Suisse romande. La haute école de théologie (HET-PRO) propose, dès la rentrée prochaine des cursus d’études avec à la clé des diplômes de bachelor et de master en théologie. Porteur de ce projet, l’Institut biblique Emmaüs disparait au profit de la nouvelle formation HET-PRO à Saint-Légier. Le corps professoral vient d’être désigné choisi. «Les huit enseignants sont d’arrière-plan très différent, seuls deux enseignants de feu Emmaüs poursuivront à la HET-PRO. Des chargés de cours interviendront dans plusieurs domaines au niveau du master afin de garantir une diversité d’enseignement», explique Jean Decorvet, recteur de cette nouvelle institution.

DragonMuveranUn tueur qui laisse des versets bibliques sur les cadavres, un policier gay, bien dans sa peau: la profondeur psychologique des personnages du «dragon du Muveran» séduit les lecteurs. Marc Voltenauer, auteur de ce best-seller est l'invité du groupe C+H Genève.

Par Joël Burri

«Mon objectif était d'écrire un polar, pas du tout de me lancer dans une thématique», prévient d'emblée Marc Voltenauer. «Le dragon du Muveran», son premier roman s'est déjà vendu à 26'000 exemplaires et figure parmi les meilleures ventes en Suisse romande. Si le théologien de formation se défend d'avoir écrit un livre de niche «gay» ou «spirituel», l'auteur reconnaît que ces thématiques font partie de son récit. Il en discutera mardi soir lors d'une rencontre publique du groupe Chrétien-ne-s et homosexuel-le-s de Genève (C+H Genève).

referendum mendiciteIl y a deux semaines, une initiative de l’UDC visant a interdire la mendicité sur le territoire cantonal a été acceptée de justesse. Lundi 10 octobre, un groupe regroupant des représentants associatifs et politiques annonçait le lancement d’un référendum. Bien que solidaires avec la cause, les grandes Eglises en sont absentes.

Photo: De gauche à droite: Anne-Catherine Reymond (Sant'Egidio), Joao Lemos (Emmaüs), Yan Desarzens (Fondation mère Fofia). Véra Tchérémissinoff (Opre Rrom) et Hadrien Buclin (solidaritéS) lors de la conférence de présentation du référendum. 

Par Joël Burri

«Interdire la mendicité sans offrir une alternative crédible, c’est mépriser le pauvre, nier son existence et se déresponsabiliser. “Il y aura toujours des indigents dans le pays; c’est pourquoi je te donne ce commandement: Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays”, lit-on dans la Bible. (Dt 15:11)» La prise de position de la communauté de Sant'Egidio est sans appel.

jeudi, 15 septembre 2016 09:00

Un jeûne pour l’unité nationale

«Au XVIe siècle, le jeûne était une pratique pénitentielle visant à se réconcilier avec la providence face aux manifestations de sa colère qu’étaient les grands fléaux de l’époque, en particulier la guerre et la maladie», rappelle l’historien Christian Grosse. Les gravures de Jacques Callot (1592-1635) dépeignent les misères de la guerre de Trente Ans.  Initié pour célébrer un consensus national au moment où celui-ci était encore fragile, le jeûne fédéral reste aujourd’hui encore une fête œcuménique, mais il souffre de la concurrence avec la fête nationale.

Image: «Au XVIe siècle, le jeûne était une pratique pénitentielle visant à se réconcilier avec la providence face aux manifestations de sa colère qu’étaient les grands fléaux de l’époque, en particulier la guerre et la maladie», rappelle l’historien Christian Grosse. Les gravures de Jacques Callot (1592-1635) dépeignent les misères de la guerre de Trente Ans. 

Par Joël Burri

Mis à part le canton de Genève qui organise cette fête une dizaine de jours avant, les Suisses célébreront ce dimanche le Jeûne fédéral. Si dans certains cantons un jour férié est accordé le lendemain, ce n’est probablement pas pour se remettre de cette journée de pénitence dont la pratique tend à se réduire. «Depuis 4 ou 5 ans, il n’y a plus de message œcuménique à l’occasion du Jeûne fédéral, mais plutôt pour le 1er Août», note Walter Muller, porte-parole de la Conférence des évêques qui justifie «Nous ne voulions pas interférer avec les pratiques cantonales.» Le pasteur Serge Molla, responsable de l’Office société et Eglise de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud déclare quant à lui: «J’ai parfois des discussions avec des collègues invités par les autorités pour la fête nationale. D’ailleurs, depuis quelques années, notre office fait une proposition de texte à cette occasion. Mais le jeûne fédéral, c’est quelque chose dont on ne parle pas.» Instituée par la Haute Diète le 8 août 1832, cette journée de pénitence est, de fait, plus ancienne que la fête nationale qui n’a été décidée qu’en 1889.

Le kinball, l’un des sports des KidsGames CC(by) Rubén Vique via https://flic.kr/p/feYv6YUne cérémonie d’ouverture plutôt que de clôture. Pour son édition 2016, les joutes sportives chrétiennes revoient leur copie.

Photo: Le kinball, l’un des sports des KidsGames. CC(by) Rubén Vique

Par Joël Burri

«Dans les éditions précédentes, les régions envoyaient leurs meilleures équipes pour une finale et journée de clôture à Avenches. Mais en fin de semaine, tout le monde était épuisé. Cette année, nous avons préféré organiser une importante cérémonie d’ouverture», explique le diacre de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) Emmanuel Schmied, président des KidsGames. Ce sont ainsi plus de 2000 enfants, âges de 7 à 14 ans, et leurs accompagnants qui sont attendus le 7 août à la patinoire du Littoral à Neuchâtel.

© 2017 Protestinfo | création site :