×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mercredi, 09 mai 2018 08:10

Les Églises romandes face à Mai 68

Feuilles d'Avis de LausanneLes milieux religieux n’ont pas échappé à la vague contestataire de la fin des années soixante. Retour sur cette partie de l’histoire à l’occasion des 50 ans de Mai 68.

Photo: Des membres de la Paroisse œcuménique des Jeunes (PODJ) protestent en réaction à l’interdiction de procéder à une double célébration eucharistique (Archives tirées de la Feuille d’Avis de Lausanne du 8 avril 1969).

Par Nicolas Meyer, Réformés

À la fin des années soixante, les Facultés de théologie protestantes de Suisse romande sont en plein bouillonnement. «Plusieurs étudiants remettent en question la figure du pasteur en tant que détenteur d’une vérité qu’il est censé inculquer aux autres», introduit Gilles Descloux, qui travaille actuellement à un doctorat sur l’influence de Mai 68 dans les Églises romandes. Son étude porte sur les villes de Genève, Lausanne et Fribourg.

Le bâtiment des Bastions abrite la Faculté de théologie CC(by-sa)'John Middleton' via https://flic.kr/p/edk2MpL’Université de Genève propose pour la rentrée de septembre une formation continue destinée aux imams. Ce projet répond à des préoccupations politiques et sociales autant qu’il innove en proposant une approche historico-critique de l’islam.

Photo: Le bâtiment des Bastions abrite la Faculté de théologie CC(by-sa)'John Middleton' 

Par Caroline Amberger

La communauté albanophone de Genève a sollicité la mise en place d’une formation continue des imams, ils sont désormais de nombreux musulmans à afficher un islam libéral et ne s’en cachent pas. «J’ai grandi en Suisse et ce n’est pas pour autant que je ne pratique pas ma religion, c’est la liberté de culte», explique Djelal Avdil membre de la communauté et résident genevois. «Moi je sais encore l’albanais, mais les plus jeunes ne le parle parfois plus. Nous sommes peut-être la dernière génération à avoir gardé certaines de nos traditions. Pour la religion, c’est à titre personnel que je la pratique. Je crois en quelque chose qui puisse nous rassurer dans la vie. J’ai grandi dans l’islam qui prône la tolérance et l’amour. Mais qui sont ces gens qui donnent une image si catastrophique de notre religion», s’interroge avec consternation ce jeune homme pour lequel il est évident que les imams doivent pouvoir se former et être compatibles avec les valeurs suisses auxquelles il tient beaucoup. «On doit donner le maximum de soi à ce pays qui nous a si bien accueillis», s’exclame-t-il.

vendredi, 08 juillet 2016 08:15

Elise Cairus: «Dieu aussi a de l’humour!»

Elise CairusDans «l’humour des Evangiles», Elise Cairus propose quinze passages des Evangiles où elle a décelé quelques traces de fantaisies et d’esprit. Dans une époque où l’ironie sur la religion est toujours plus cadrée, ce livre montre subtilement l’humour biblique.

Photo: Elise Cairus DR

Par Emmanuelle Jacquat

Le premier livre d’Elise Cairus, doctorante en théologie pratique, l’humour des Evangiles, n’est pas un livre de blagues et s’adresse avant tout à un public large. Il présente quinze passages bibliques choisis par l’auteure où la Bonne Nouvelle et le second degré se marient avec subtilité. Interview.

Thomas Romer aout2014 ©ProtestinfoAprès Bill Clinton (en 2002) et Angela Merkel (en 2011), c’est au tour de Thomas Römer de se voir décerner un doctorat honoris causa de l’Université de Tel-Aviv. Professeur d’Ancien Testament à l’Université de Lausanne et de milieux bibliques au Collège de France, il recevra ce titre prestigieux le 14 mai prochain. Rencontre.

Propos recueillis par Joël Burri

Vous avez beaucoup travaillé sur les origines du monothéisme. Vos recherches sont-elles perçues de façon différente dans une université baignée par la culture chrétienne comme Paris et Lausanne que dans une université où la culture dominante est juive, comme à Tel-Aviv?

En fait, je pense que l’Université de Tel-Aviv a des méthodes de travail très proches de celles de nos universités. Ce n’est pas du tout une université avec une idéologie religieuse. Par contre, jamais je n’aurais reçu un doctorat honoris causa de Jérusalem!

ZitounaL’Université Zaytuna, à Berkeley, en Californie a été pleinement reconnue aux Etats-Unis, au début du mois de mars. C’est le premier établissement musulman d’enseignement secondaire supérieur à bénéficier de ce statut.

Photo: Des élèves du Collège Zaytuna © RNS

Par Kimberly Winston (RNS-Protestinter)

Berkeley, Californie – Un collège qui exige l’étude du poète anglais William Wordsworth et du Coran pour obtenir un diplôme est désormais la première université islamique reconnue aux Etats-Unis. Le Collège Zaytuna, à Berkeley, en Californie, a été reconnu au mois de mars 2015 par l’Association occidentale des écoles et collèges, une organisation académique qui supervise les établissements publics et privés aux Etats-Unis.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo