×

Message

Failed loading XML...

couverture niebuhr DR«Reinhold Niebuhr» retrace une histoire personnelle, mais c’est aussi l’écho d’une théologie politique publique aux Etats-Unis entre les années 1930 et 1950. Le théologien Henry Mottu vient de publier un livre sur cette figure protestante. Entretien

Propos recueillis pas Caroline Amberger

Henry Mottu, à l’heure actuelle existe-t-il encore des théologiens politiques?

J’essaie de me rehausser et de sortir des contextes décevants dans lesquels nous sommes, pour nous stimuler à prendre la mesure théocentrique des problèmes.

Il n’y a plus de personnalités capables d’avoir des paroles prophétiques comme Barth et Niebuhr en ont eu. La théologie devient bien pensante et c’est un peu le problème, alors qu’elle devrait rester critique du discours politique. La dernière théologie politique est celle de la théologie de la libération. Gustavo Gutiérrez est parti d’un problème particulier, celui des sans voix et de la pauvreté. Il a relu toute la Bible, réinterprété les prophètes de l’Ancien Testament, le sermon sur la montagne. Nous ne sommes plus capables de partir d’un problème précis pour l’universaliser et faire une relecture de la Bible. Les jeunes générations devront reprendre le flambeau, et je ne sais pas d’où elles partiront.

Enrico Norelli DREnrico Norelli, professeur d’histoire du christianisme à l’Université de Genève va prendre sa retraite. Mercredi et jeudi, un colloque sur les réécritures bibliques dans le christianisme primitif est organisé en son honneur. Interview.

Propos recueillis par Joël Burri

Quel est votre matériau de travail comme spécialiste de l’histoire et de la littérature des premiers chrétiens?

Dans les sources qui permettent de reconstituer l’histoire, il y a, toutes les formes d’expression des premiers groupes de chrétiens. La représentation traditionnelle est qu’il y a d’abord le Nouveau Testament, c’est-à-dire ce groupe d’écrits qui ont été réunis dans ce recueil devenu canonique pour les chrétiens; et que viennent ensuite d’autres textes, les écrits «patristiques». Aujourd’hui, la plupart des chercheurs reconnaissent qu’il ne faut pas se limiter aux textes reconnus comme canoniques, voire les privilégier, mais qu’il faut travailler tous les premiers écrits chrétiens pour reconstituer l’histoire des premiers croyants en Jésus. Il y avait aussi d’autres évangiles, lettres, actes d’apôtres et apocalypses qui ont fini par être écartés du corpus canonique. En partie, cette littérature a disparu, mais ce qui nous est parvenu est extrêmement important pour comprendre la diversité et la richesse du premier christianisme.

DIre la foiSi vous vous interrogez sur qu’est-ce que croire, le petit catéchisme de Jean Ansaldi est à lire. L’auteur propose un parcours fondé sur l’expérience, la tradition et les écritures dans une intelligence qui replace la pertinence du christianisme au cœur de la modernité.

Par Caroline Amberger

«Dire la foi aujourd’hui» a marqué une génération de jeunes pasteurs et de théologiens lors de sa première parution en 1995. Cet ouvrage de feu le théologien Jean Ansaldi est aujourd’hui réédité par Cabédita. Il est préfacé par le professeur Elian Cuvillier de la faculté de théologie de Montpellier. Pour en parler, ce professeur qui a bien connu Jean Ansaldi, utilise les trois E fondamentaux de la foi chrétienne: Expérience, Eglise, Ecriture.

Une synagogue à MilanUne conférence théologique qui devrait se dérouler en septembre prochain à Venise fait réagir des rabbins italiens. Ils lui reprochent de promouvoir l’antisémitisme.

Photo: Deux cyclistes devant une synagogue à Milan © RNS/Reuters/Paolo Bona

Par Josephine McKenna (RNS/Protestinter)

Rome— Deux principaux rabbins italiens ont accusé une organisation biblique de promouvoir l’antisémitisme en invitant des spécialistes à débattre des racines du judaïsme lors d’une future conférence à Venise. La conférence, organisée par l’Association biblique italienne, a pour titre «Peuple d’un “Dieu jaloux”: cohérence et ambivalence de la religion ancienne d’Israël» et se tiendra au mois de septembre prochain.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

RNS WESTWORLD RELIGION113016a La série Westworld de la chaîne de télévision américaine HBO, connue pour ses séries à succès (Game of thrones, Sex on the city), est un riche mélange d’émission télévisée sur, selon le point de vue, la lutte entre le bien et le mal, la nature de l’âme ou le sexe avec les robots.

Photo: Scène de l’épisode 8, avec Tessa Thompson et Ed Harris ©John P. Johnson/HBO

Par Kimberly Winston, RNS/Protestinter

HBO ne produit pas, d’habitude, de séries dramatiques sans qu’elles soient subtilement pimentées. Mais aussi troublantes que soient certaines scènes, la série soulève des questions théologiques sur ce que signifie le fait d’être un humain et ce qu’il en coûte de sacrifier son humanité pour un instant de plaisir.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2017 Protestinfo