×

Message

Failed loading XML...
mercredi, 11 avril 2018 08:00

Brèves

L’EPER déploie une nouvelle aide d’urgence en Syrie
Les inscriptions au Prix Farel sont ouvertes
Le bonheur national brut: utopie ou réalité?

mardi, 19 décembre 2017 08:10

Au Liban, pas de travail pour les réfugiés

Un réfugié nettoie un camp au LibanSelon l’Entraide protestante suisse (EPER), la recherche d’un emploi est une priorité pour les réfugiés au Liban.

Photo: Les réfugiés nettoient les camps © EPER/Christian Bobst

Par Marie Destraz, Réformés

Au Liban, une personne sur quatre est un réfugié syrien. Mais après six ans de guerre civile en Syrie, le million de réfugiés présents sur le territoire n’est plus en odeur de sainteté. Leur présence impacte l’économie du pays: les investissements baissent, comme les salaires, alors que les dépenses publiques liées, entre autres, à la santé et à l’éducation augmentent. En 2013, la crise syrienne aurait coûté 2,5 milliards de francs au Liban en perte économique, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés.

L'église Sainte-Marie à Damas https://flic.kr/p/e7eJiqDaech a perdu une large partie de son territoire qui s’étendait entre l’Irak et la Syrie. La sécurité des communautés chrétiennes en Syrie est-elle pour autant assurée? Rien n’est moins sûr.

Photo: L'église Sainte-Marie à Damas CC (by-nc-nd) lionel.viroulaud   

Par Guillaume Henchoz, reformes.ch

Le jeudi 28 septembre 2017, les députés syriens ont élu un nouveau président à la tête de leur Parlement. Hammoudé Sabbagh est un chrétien syriaque originaire de la province de Hassaké dans le nord-est du pays. Sa nomination sonne comme un gage de bonne volonté que le pouvoir en place – ou ce qu’il en reste – adresse aux communautés chrétiennes de Syrie. Partout dans le pays, le territoire contrôlé par Daech se réduit. Certaines communautés qui ont été déplacées ou qui ont pris le chemin de l’exil commenceraient à songer à leur retour.

8 mai 2017: arrivée de familles syriennes à Lampedusa ©Forum Lampedusa solidaleLes employés de «Mediterranean Hope», une œuvre des protestants italiens basée à Lampedusa, témoignent. Depuis l’accord entre l’UE et la Turquie, la Libye devient le seul point d’accès à l’Europe.

Photo: 8 mai 2017: arrivée de familles syriennes à Lampedusa ©Forum Lampedusa solidale

Lampedusa (NEV/Protestinter) — 6500 migrants ont été secourus par des missions de sauvetage en Méditerranée coordonnées par la Garde côtière italienne cette année. Depuis janvier, plus de 43’000 personnes seraient arrivées en Italie par la mer, alors que, selon Flavio Di Giacomo, le porte-parole en Italie du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés, en 2017 plus de 1150 personnes seraient portées disparues dans une tentative d’atteindre l’Europe. La Fédération des Eglises protestantes en Italie (FCEI) a lancé en 2014 à Lampedusa «Mediterranean Hope», un observatoire de la migration en Méditerranée, quelques mois après le naufrage du 3 octobre 2013, qui a coûté la vie de 368 migrants au large de l’île.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Alep en 2014 https://flic.kr/p/rRuB2GAlors que la guerre en Syrie déchire le pays depuis plus de cinq ans, des millions d’habitants ont fui pour rester en vie. Arrivée il y a trois ans à Genève, une famille originaire d’Alep raconte son histoire. Témoignage.

Photo: Alep en 2014 CC (by-nc-nd) Xinhua/Pan Chaoyue 

Par Laurence Villoz

Fuyant la guerre en Syrie, Jessy, son mari Pierre et leurs trois enfants alors âgés de quatre mois, trois ans et cinq ans sont arrivés à Genève en décembre 2013. Ce couple de chrétiens d’Alep, âgé de 36 et 38 ans, parlant couramment le français, raconte comment ils se sont adaptés à leur nouvelle vie ainsi que les difficultés qu’ils ont rencontrées en arrivant en Suisse. 

© 2018 Protestinfo