×

Message

Failed loading XML...

Vue de Sonvilier depuis les ruines du Château d’Erguël. CC(by-sa) Хрюша via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sonvilier_01_10.jpgLe Synode jurassien des Eglises réformées s’est réuni samedi 11 novembre à la salle communale de Sonvilier.

Photo: Vue de Sonvilier depuis les ruines du Château d’Erguël. CC(by-sa) Хрюша 

Par Nicolas Meyer

En marge du Synode jurassien des Eglises réformées et des Assemblées générales du Centre de Sornetan et du Centre social protestant (CSP), samedi 11 novembre, une présentation du point de rencontre et de conseils de Bienne pour personnes sans-papiers et requérants d’asile exclus de l’aide sociale a été faite par Sylviane Zulauf Catalfamo. L’accueil se fait chaque mercredi après-midi. Des bénévoles préparent un goûter et distribuent des denrées alimentaires. Le service de consultation pour sans-papiers de Berne propose des entretiens individuels. Un espace neutre pour ces personnes qui vivent dans la crainte permanente d’être arrêtées et renvoyées dans leur pays. Depuis plusieurs années, on assiste à une augmentation des sans-papiers établis dans le Jura bernois. Ces personnes très discrètes se débrouillent tant bien que mal en travaillant au noir dans la restauration ou en faisant des ménages. Leur situation se complique si elles veulent se marier, si elles ont des enfants ou si elles désirent les scolariser. La collecte du culte synodal était destinée à soutenir le point de rencontre.

Chapelle des Arolles (Champex VS) ©S.Petermann/Célébrer.chEn Suisse romande, l’Eglise réformée est minoritaire dans les cantons du Jura, de Fribourg et du Valais. Si les réalités diffèrent, la reconnaissance étatique et la cohésion des réformés sont les ingrédients de la pérennité.

Photo: La chapelle des Arolles (Champex, VS) ©S.Petermann/Célébrer.ch

Par Marie Destraz, «Réformés» 

Ils sont un peu plus de 20’000 en Valais (6 %), plus de 40’000 sur Fribourg (13 %), et près de 8’000 dans le canton du Jura (9 %). Sur ces trois terres de tradition catholique, les réformés sont minoritaires. Ils n’en sont pas moins vaillants. La reconnaissance étatique qui les dresse au même rang que leur grande sœur catholique est un gage de légitimité dont les trois institutions sont conscientes. Par ailleurs, elles profitent du chemin tracé par l’Eglise catholique pour s’assurer une visibilité.

Alain Wimmer, responsable de la formation du Centre de Sornetan. Il va mettre sur pied une formation à l’écoute. Le Synode jurassien des Eglises réformées s’est tenu le 11 juin dernier au Centre de Sornetan. Outre l’approbation des comptes 2016 et du rapport annuel, les délégués ont pu s’exprimer sur un projet de formation à l’écoute.

Photo: Alain Wimmer, responsable de la formation du Centre de Sornetan. Il va mettre sur pied une formation à l’écoute.

Par Nicolas Meyer, «Réformés»

Dès 2018, le Centre de Sornetan proposera une formation d’une année aux personnes qui désirent améliorer leurs compétences en matière d’écoute active. Elle comprendra des journées d’initiation à l’écoute psychologique, spirituelle et chrétienne et des ateliers pratiques. Afin d’achever leurs parcours, les participants devront compter une cinquantaine d’heures de cours et réaliser un projet concret en lien avec une paroisse ou une autre institution.

Gabriel de MontmollinCinquantième anniversaire oblige, le synode d’arrondissement jurassien a laissé une place au Centre social protestant Berne-Jura. Le théologien Gabriel de Montmollin a plaidé pour que l’œuvre garde son statut de poil à gratter, en restant toujours attentif aux nouveaux besoins des plus précarisés.

Photo: Gabriel de Montmollin devant le Synode d’arrondissement jurassien. 

Par Joël Burri

Jouer les devins, ce n’est pas vraiment un rôle que le théologien Gabriel de Montmollin aime jouer. «Quand on pense aux prédictions des experts sur les votes sur les minarets, sur le Brexit ou sur l’élection de Donald Trump, on devrait arrêter de vouloir jouer les voyants de ce que sera 2046», a-t-il ironisé. Il était pourtant invité à présenter devant le Synode d’arrondissement jurassien une réflexion sur l’avenir du Centre social protestant Berne-Jura (CSP-BeJu).

Installation de Séverine Fertig par Corinne Baumann lors du Culte synodal. ©Pierre BohrerUne nouvelle législature débute pour le Synode jurassien, le Centre social protestant Berne-Jura et l’association du centre de Sornetan. Leurs trois assemblées électives se sont succédé, samedi à Bienne.

Photo: Installation de Séverine Fertig par Corinne Baumann lors du Culte synodal. ©Pierre Bohrer

Par Gilles Bourquin, «La Vie protestante Neuchâtel, Berne, Jura» 

Lors de la session du samedi 21 mai 2016 à la maison Saint-Paul à Bienne, le Synode d’arrondissement du Jura des Eglises réformées Berne-Jura-Soleure (refBeJuSo), ainsi que l’Assemblée de l’Association du Centre social protestant (CSP) et l’Assemblée de l’Association du Centre de Sornetan ont procédé aux élections de leurs autorités pour la législature 2016-2020. Le territoire de cet arrondissement comprend le canton du Jura, le Jura bernois ainsi que la ville de Bienne.

© 2017 Protestinfo