×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
jeudi, 28 février 2019 17:11

Prie, agis et émancipe-toi

Vendredi 1er mars, des chrétiennes de 170 pays célébreront la Journée mondiale de prière 2019. Cette année, la liturgie commune a été réalisée par des femmes de Slovénie autour de la parabole du banquet sur le thème «Venez, tout est prêt».

Par Marie Destraz

Elles seront des milliers, éparpillées à travers le monde mais rassemblées autour d’une même liturgie, imaginée par des femmes slovènes, pour célébrer la Journée mondiale de prière (JMP) 2019 qui a lieu le vendredi 1er mars. L’action œcuménique regroupe des femmes réformées, catholiques, méthodistes, luthériennes et membres de l’Armée du Salut issues de 170 pays. Chaque premier vendredi du mois de mars, ces chrétiennes affirment par la prière leur soutien aux femmes du monde entier et aux populations défavorisées. Et toute l’année, elles s’engagent pour des projets solidaires et d’aide au développement financés par la collecte annuelle.

Alors que le Parti évangélique suisse (PEV) se lance dans la course aux élections fédérales du 20 octobre, l’année 2019 marque aussi son centenaire. François Bachmann, vice-président du PEV, revient sur un siècle d’engagement politique à la force des valeurs chrétiennes. Interview.

Par Marie Destraz

Le Parti évangélique suisse (PEV) fête ses cent ans cette année. Comment expliquez-vous qu’il soit toujours en vie?

La durabilité est un de nos maîtres-mots. Le PEV est né en 1919, dans un contexte d’après-guerre fait de tensions et de polarisations politiques. L’ambition était alors pour les fondateurs du parti de tendre vers un apaisement favorisant un dialogue, ligne que nous avons toujours gardée. Nous devons aussi notre longévité au fait que nous avons été des précurseurs sur plusieurs questions. À l’époque, notre emblème était d’ailleurs le coq qui, du haut du clocher de l’église, voit plus loin et annonce l’orage qui approche. En 1919, notre premier combat a été de nous engager, avec d’autres, en faveur d’un jour de congé par semaine, le dimanche, pour tous et sans condition. Cela permettait de se retrouver, de se ressourcer, en famille, à l’église, dans la nature. En 1944 déjà, nous avons proposé de légiférer sur la protection des lacs et des rivières. La préservation de l’homme et de son environnement de façon durable a toujours été notre préoccupation. Nous sommes guidés par l’Évangile, message millénaire, il n’est donc pas étonnant que nous soyons centenaires!

Le nombre de Suisses sans religion augmente et le nombre de baptêmes diminue, selon l’Office fédéral de la statistique. Le théologien Christoph Müller y voit l’occasion pour les Églises réformées de réinvestir ce rite.

Par Adrian Meyer (Ref.ch/Protestinfo)

Le nombre de Suisses sans appartenance religieuse ne cesse d’augmenter. Il dépasse désormais le nombre de réformés en baisse constante. En 2017, les sans religion représentaient 26% de la population âgée de 15 ans et plus contre 23,8% pour les réformés, révèle l’étude de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur l’appartenance religieuse, parue en janvier dernier. La ville de Zurich n’échappe pas au phénomène et enregistre un nombre sans précédent de sans religion qui culmine à 36% pour l’année 2017. «La "Zurich de Zwingli" est en train de devenir une ville d’impies», lit-on dans le quotidien alémanique Tages-Anzeiger.

Les nouvelles procédures d’asile accélérées entrent en vigueur en Suisse le 1er mars. Quels impacts auront-elles sur les conditions de vie des requérants et sur le travail des acteurs de l’asile? L’Entraide protestante suisse a organisé une séance d’information le 31 janvier à Lausanne pour expliquer les rouages de cette restructuration.

Par Marie Destraz

«Nul ne sait exactement quel sera l’impact des nouvelles procédures d’asile accélérées. Il y a beaucoup de fantasmes et d’appréhensions», lâche Magaly Hanselmann, directrice du siège romand de l’Entraide protestante suisse (EPER). Dès le 1er mars, la révision de la loi sur l’asile, votée par le peuple en 2016, entre en vigueur sur l’ensemble du territoire suisse. Une restructuration qui vise une accélération des procédures d’asile. Désormais, les requérants devront déposer leur demande dans l’un des six centres fédéraux dédiés, dans lesquels ils seront hébergés pour une durée maximale de 140 jours, contre 90 actuellement.

La 54e édition du Festival du film Journées de Soleure, qui se déroule jusqu’au 31 janvier, met en lumière une scène cinématographique suisse qui traite de la religion et des questions de sens.

Par Patricia Dickson (Ref.ch/Protestinfo)

La religion vit une petite renaissance aux Journées de Soleure. À l’affiche de la 54e édition du Festival du film dédié à la scène suisse, un nombre impressionnant de films sur la religion, la spiritualité ou qui interrogent le sens de la vie sont présentés. «Nous savions que le film Zwingli du réalisateur Stefan Haupt serait projeté, mais nous ne nous attendions pas à une telle accumulation de thématiques religieuses», lâche Seraina Rohrer, directrice du Festival. Le thème a émergé assez accidentellement.

© 2019 Protestinfo