×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

AperiCIP JURA protestantL’identité protestante d’un canton se mesure-t-elle au taux de remplissage d’une église? Plusieurs spécialistes ont débattu autour d’une table ronde à Tramelan ce mois d’avril.

Par Caroline Amberger

Si Florence Hostettler prêche parfois seulement devant 20 personnes cela ne la décourage pas. Cette étudiante en théologie et animatrice en paroisse à Bévilard assume l’idée de privilégier la qualité à la quantité. «Je n’ai pas besoin d’une église pleine à craquer. Si les personnes sont pleinement et librement là, qu’elles ressortent avec un souffle nouveau, même si c’est tout petit, pour moi, témoigner pour un brin d’herbe cela en vaut toujours la peine» assure-t-elle durant un débat autour de la question: «Le Jura bernois est-il encore protestant» à Tramelan.

   Gilles Bourquin et Elise PerrierDurant la première semaine de novembre, les lecteurs de «Bonne Nouvelle» et des deux «Vie protestante» trouveront dans leur boîte aux lettres le premier numéro de «Réformés», le journal qui remplacera les trois journaux d’Eglises réformées de Suisse romande. A quoi les abonnés doivent-ils s’attendre?

Photo: Gilles Bourquin et Elise Perrier

Par Joël Burri

«Je pense qu’une des missions importantes de “Réformés” sera de se mettre ensemble pour offrir un vrai visage au protestantisme», estime Elise Perrier, corédactrice en chef du futur titre. «Bien sûr, nous ferons place à la pluralité des opinions, mais nous avons quand même un message, une unité.» Réunissant les lectorats vaudois, jurassiens, neuchâtelois et genevois, le futur périodique sera, en effet, un véritable poids lourd de la presse romande: environ 220’000 exemplaires, dix fois par année. A titre de comparaison, «20 minutes» est imprimé chaque jour à environ 187’000 exemplaires, et «Bonne Nouvelle» a un tirage de 170’000 copies.

J-D Colladon, DRTous les quatre ans, l’Eglise protestante de Genève décerne le «Prix Colladon» à un ouvrage du protestantisme. Les auteurs genevois ont jusqu’au 20 février pour soumettre leur publication.

«Pour l’instant, trois livres nous sont parvenus», a révélé Alexandra Deruaz, la responsable de la communication de l’Eglise protestante de Genève (EPG), fin janvier. «Mais ce nombre peut encore augmenter». Tous les quatre ans, le Consistoire de l’EPG attribue le «Prix Colladon» d’une valeur de 1000 francs à un ouvrage du protestantisme publié durant les quatre dernières années par des auteurs genevois ou des étudiants de la faculté de théologie de l’Université de Genève.

Une CoreeAu moment où l’armistice qui a mis fin à la guerre de Corée fête ses 60 ans, après les tensions des derniers mois avec la Corée du Nord, un ancien ministre de l’unification de Corée du Sud fait part de sa vision de la situation. Lee Jae-joung est prêtre anglican et professeur à l’Université anglicane de Séoul; de 2006 à 2008, il a été ministre de l’unification du gouvernement présidé par Roh Moo-hyun, et, à ce titre, a joué un rôle important dans le sommet intercoréen de 2007.

Par Julie Paik*, Séoul

Que représente pour vous le soixantième anniversaire de l’armistice ?

Le fait que nous vivions sous un régime d’armistice signifie que nous sommes dans un contexte de guerre depuis 60 ans. Il n’y a pas de paix conclue avec la Corée du Nord. Aujourd’hui, nous nous considérons comme des ennemis, pas comme des partenaires, bien que nous parlons la même langue, que nous formons le même peuple, et que des familles sont séparées des deux côtés de la frontière.

Caboussat AUne nouvelle collection pour «comprendre le christianisme et avancer en spiritualité» vient d'être lancée. A l'origine? La maison d'édition Cabédita avec le théologien Daniel Marguerat à la tête de le collection. Rencontre avec Eric Caboussat (photo), l'éditeur, dans la campagne vaudoise, à Bière.

Eric Caboussat, l'oeil vif et le verbe rapide, prévoit de sortir six livres par an destinés à un large public. Cette collection reprend indirectement le flambeau des Editions du Moulin, car elle arrive sur le marché au moment où Bernard Gilléron, largement âgé de plus de 80 ans, va mettre la clé sous la porte. Sans véritable repreneur, il a toutefois transféré ses titres et le fichier de ses auteurs à Cabédita.

«Bernard Gilléron a réussi à faire paraître des ouvrages homogènes (ndlr: petit format, pagination réduite) et s'est battu pour que ses livres soient accessibles à des non-professionnels, traquant tous les termes techniques, avait expliqué Daniel Marguerat dans un article précédent. Et cela avec des moyens publicitaires pratiquement nuls!»

Le pasteur vaudois a pourtant réussi à écouler quelques titres à plus de 10 000 exemplaires. Certains d'entre eux vont être republiés par Cabédita, comme «Un admirable christianisme», de Daniel Marguerat. Ce livre fait partie de la première fournée de la nouvelle collection avec «Dieu et l'argent» (nouveau), toujours de Daniel Marguerat et «Quel Dieu pour tant de souffrance?» (nouveau) d'Yvan Bourquin.

© 2017 Protestinfo | création site :