×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Par un jeu d’alliances politiques, l’extrême droite raciste a gagné, mercredi, son ticket dans la course au Parlement israélien. Un revirement spectaculaire pour Force juive, qui se revendique l’héritière d’un parti interdit par Israël en 1994 au titre des lois antiterroristes: le Kach.

Par Aline Jaccottet

Trente et un ans après son exclusion du Parlement en 1988, l’extrême droite raciste israélienne, incarnée par le parti Force juive, s’est alliée mercredi au parti de la droite religieuse sioniste: Foyer juif. Une avancée qu’elle doit au jeu des alliances politiques. Le Premier ministre Netanyahou cherche à renforcer la droite religieuse en vue des élections du 9 avril. Or en 2015, Force juive a obtenu 2,9 % des intentions de vote. Si cela ne lui a pas permis d’entrer à la Knesset, le minimum requis étant de 3,25 %, cela l’a rendu assez important pour que le Premier ministre israélien convainque le chef de Foyer juif d’accepter un rapprochement. Non sans peine. Il a fallu que «Bibi» lui promette les ministères de l’Éducation et du Logement ainsi que deux sièges dans le Cabinet de sécurité pour qu’il consente.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Evan Mawarire a été emprisonné à la suite d’une manifestation pacifique contre le gouvernement du Zimbabwe. En 2017, ce pasteur militant avait participé à la destitution du dictateur Robert Mugabe.

Par Frank Chikowore, Harare, Zimbabwe, RNS/Protestinter

Actif au sein du mouvement qui avait permis d’évincer le dictateur de longue date Robert Mugabe fin de 2017, le pasteur Evan Mawarire risque maintenant 20 ans de prison pour s’être opposé au nouveau régime qu’il a aidé à instaurer. Evan Mawarire de l’Église «His Generation Church» est accusé d’incitation à la violence et de subversion du gouvernement du président Emmerson Mnangagwa, à la tête du Zimbabwe depuis novembre 2017. Le pasteur fait face aux mêmes accusations que lorsqu’il militait contre Robert Mugabe.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Les communautés religieuses chrétiennes, juives et musulmanes ont signé mercredi à Berne une déclaration commune en faveur de la protection des réfugiés. Un appel lancé à l’État, au monde politiques mais aussi aux fidèles.

Par Marie Destraz

C’est une première, les communautés religieuses représentées au sein du Conseil suisse des religions, ont signé une déclaration commune pour la protection des réfugiés. Réunis à Berne mercredi pour la signature, chrétiens, juifs et musulmans ont remis le document à la vice-présidente du Conseil national suisse, Marina Carobbio Guscetti. Le texte appelle l’État et le monde politique à assumer leurs responsabilités et à agir concrètement. Les fidèles ne sont pas en reste et sont invités à s’engager auprès des réfugiés sur le terrain. L’initiative est soutenue par le bureau du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour la Suisse et le Liechtenstein.

Les données sur l’appartenance religieuse des citoyens constituent une mine d’or pour les organisateurs de campagnes politiques. De plus en plus de moyens sont développés pour les obtenir.

Par Menachem Wecker, Washington, D.C., RNS/Protestinter

En 2004, alors que George W. Bush se présentait pour son deuxième mandat présidentiel, son groupe de campagne demandait à ses partisans religieux de partager les bases de données de leurs Églises, afin qu’il puisse les combiner avec les fichiers des listes électorales. La stratégie a été critiquée par certains responsables religieux conservateurs qui considéraient que cela violait la vie privée des personnes fréquentant les Églises, selon le New York Times de l’époque.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

mardi, 18 septembre 2018 15:53

Le tribunal donne raison à Flavie Bettex

Amendée pour avoir sous-loué son appartement à un migrant débouté soutenu par l’Établissement vaudois d’accueil des migrants, Flavie Bettex a été acquittée. L’audience s’est déroulée, mardi 18 septembre, au tribunal de Montbenon, à Lausanne.

Par Laurence Villoz

«Le verdict confirme que ce que j’ai fait est juste. C’est un énorme soulagement, mais scandaleux que ce genre de situation puisse arriver», lâche la vaudoise Flavie Bettex, 27 ans, à l’issue de son jugement, mardi 18 septembre. En avril dernier, la jeune femme avait été convoquée par la police, car elle sous-louait un appartement à un migrant débouté soutenu par l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). Bilan: une amende de 160 francs, 525 francs de frais de dossier ainsi que 20 jours amende avec sursis. «Je n’ai jamais pensé que je faisais quelque chose d’illégal». Flavie Bettex porte donc l’affaire devant la justice.

© 2019 Protestinfo