×

Message

Failed loading XML...
vendredi, 19 mai 2017 08:15

Redécouvrir le Dieu caché

Dieu https://flic.kr/p/gow3kqEt si les grands courants de la théologie moderne ne convenaient plus à la société actuelle? Réformer l’Eglise, oui! Mais selon quelles prémisses fondamentales? L’Espace culturel des Terreaux organise un débat sur le concept de Dieu, lundi 22 mai, à Lausanne.

Photo: CC (by-nc-nd) Ynot-Na 

Par Laurence Villoz

«Dieu est un thème dont les religions n’ont pas le monopole», lâche le théologien et philosophe Jean-Marc Tétaz. Dans le cadre des débats «Revisiter la Réforme», l’Espace culturel des Terreaux propose pour cette cinquième rencontre de s’intéresser au concept de Dieu, lundi 22 mai, de 19h à 21h. Sur la thématique «Dieu caché – Dieu révélé: Dieu comme négation et affirmation», le professeur de théologie de l’Université de Strasbourg Marc Vial et Jean-Marc Tétaz débattront de l’impact de la conception de Dieu sur le christianisme dans notre société actuelle.

Papillon colloque Luther PhiloLa Faculté de théologie de Genève en collaboration avec l’Institut romand de systématique et d’éthique organise un colloque international sur le thème de «Luther et la philosophie» du 11 au 13 mai à Genève. Une manière de contribuer au jubilé de la Réforme sur un plan académique.

Par Caroline Amberger

Dans le cadre d’un colloque qui se déroulera du 11 au 13 mai à Genève, une quinzaine de spécialistes s’intéresseront à la relation critique et souvent polémique qu’a eue Luther avec la philosophie influençant à son tour une génération de philosophes après lui. En provenance des Etats-Unis, d’Allemagne, d’Angleterre, de Suisse ou de France, théologiens, philosophes et historiens auront une approche interdisciplinaire. Ils aborderont dans leurs spécificités l’influence qu’a eu la pensée du réformateur sur des philosophes comme Kant, Kierkegaard ou Heidegger. A l’inverse, ils vont aussi s’intéresser aux philosophes qui ont influencé Luther. Un héritage parfois récusé basé sur la philosophie de l’Antiquité, du Moyen Age ainsi que de l’époque contemporaine au réformateur.

mercredi, 01 mars 2017 09:40

La pensée est source de liberté

gargouille pensive CC(by-sa)harmish khambhaita via https://flic.kr/p/h14Y8yProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

L’obscurantisme est de retour, mais il prend de nouvelles formes constate Joël Burri, rédacteur responsable de Protestinfo.

Photo: CC(by-sa) harmish khambhaita

«La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes, après que la nature les a affranchis depuis longtemps d’une direction étrangère […], restent cependant volontiers, leur vie durant, mineurs [c’est à dire dans l’incapacité de se servir de son entendement] et qu’il soit si facile à d’autres de se poser en tuteurs des premiers. Il est si aisé d’être mineur! Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendement, un directeur qui me tient lieu de conscience, un médecin qui décide pour moi de mon régime, etc. je n’ai pas besoin de me donner de peine. Je n’ai pas besoin de penser pourvu que je puisse payer; d’autres se chargeront bien de ce travail ennuyeux.»

Une foule de personnes https://flic.kr/p/nGNZPiLe groupe de réflexion Pertinence s’est penché sur les rapports entre la laïcité, la sécularisation et le christianisme, lundi 23 mai, à Lausanne. Une quarantaine de personnes a participé à cette soirée de débats.

Photo: CC (by-nc) Thomas Hawk 

Par Laurence Villoz

«Que signifient la laïcité et la sécularisation? Et quelles sont leurs significations pour l’Eglise d’aujourd’hui», lâche le théologien Jean-François Habermacher, lors de la deuxième rencontre du mouvement Pertinence, lundi 23 mai, à Lausanne. Ce groupe de réflexion participatif qui vise à promouvoir et défendre la pertinence d'un christianisme libre, critique et démocratique en prise avec la réalité a réuni une quarantaine de personnes pour une soirée de débats au Sycomore.

Affiche annonçant un débat aux TerreauxA l’aube d’une votation fédérale visant le durcissement des lois envers les étrangers, l’Espace culturel des Terreaux organise un débat, réunissant politiciens et philosophes, sur les valeurs défendues par la démocratie et l’Etat de droit.

Par Laurence Villoz

Alors que les citoyens suisses devront se prononcer le 28 février prochain sur l’initiative populaire fédérale de mise en œuvre «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», déposée par l’UDC, «il y a un réel enjeu actuellement de réfléchir au sens de la démocratie», lâche le philosophe et théologien, Jean-Marc Tétaz. «Le respect de la démocratie consiste-t-il uniquement à donner le plein pouvoir au peuple même si ses décisions sont en contradiction avec des principes constitutionnels qu’il a lui-même adoptés?»

© 2017 Protestinfo