×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
vendredi, 01 février 2019 12:50

Offrir son repas à ceux qui meurent de faim

Renoncer à un repas par semaine et en offrir le prix aux personnes qui souffrent de la famine. L’association «Des calories pour la vie» à l’origine de ce concept invite le théologien Daniel Marguerat pour une soirée de réflexion, mardi 5 février, à Lausanne.

Par Laurence Villoz

«Chaque geste individuel compte. On peut soi-même faire bouger les choses», lâche Marc Subilia. En 2015, ce pasteur et médecin à la retraite a créé «Des calories pour la vie». Cette association propose de renoncer à un repas par semaine et d’en offrir le prix à une œuvre caritative qui lutte contre la faim dans le monde. «Quand je travaillais comme médecin, j’ai toujours été frappé par le fait que certaines personnes souffrent de surpoids alors que d’autres meurent de faim», explique Marc Subilia. Selon le rapport sur «l’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018» publié par l’ONU, 821 millions de personnes souffrent de la faim. Parallèlement, 672 millions d’adultes sont obèses. La démarche présentée par l’association tend vers un rééquilibrage basé sur la prise de conscience individuelle.

Pierre Cérésole (1879-1945), LDD, via https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Ceresole#/media/File:PierreCeresole.jpgIl aurait pu être à l’origine des Indignés. Pierre Cérésole n’a pas uniquement milité pour un autre monde. Il l’a réalisé.

Photo: Pierre Cérésole (1879-1945), LDD

Par Caroline Amberger

Imaginez que vous êtes le fils d’un président de la Confédération. Un diplôme d’ingénieur mécanicien en poche avec félicitations de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, vous le complétez par un grade de docteur en philosophie sur un sujet de mécanique. La prestigieuse université zurichoise vous propose un poste que vous déclinez. Puis vous héritez de 48 actions Nestlé, l’équivalent de 3,5 millions de francs suisses. Vous les refusez et les renvoyez au Conseil Fédéral, mentionnant «Je vous renvoie ci-joint les titres que j’ai reçus en héritage de mon père, espérant que les évènements actuels suffiront sans autre commentaire à expliquer les motifs de cette restitution». C’est ce qu’a fait Pierre Cérésole, nous sommes le 12 novembre 1914 il a alors 35 ans.

Les directeurs des 4 CSP romandsReprésentant 28% des citoyens, la classe moyenne inférieure en Suisse est proche du seuil de pauvreté sans ne pouvoir bénéficier d’aucune aide sociale. Les Centres sociaux protestants mettent en lumière cette tranche de la population fragilisée, lors de leur campagne annuelle de mars.

Photo: Les quatre directeurs des CSP romands, Pierre Ammann (CSP Berne-Jura), Pierre Borer (CSP Neuchâtel), Alain Bolle (CSP Genève) et Bastienne Joerchel (CSP Vaud)

Par Laurence Villoz

«Beaucoup de personnes sont surprises de devoir frapper à notre porte. Elles nous disent: ‘Avant, j’étais donateur pour le Centre social protestant (CSP)’. De plus en plus de personnes perdent pied alors qu’elles pensaient que ce genre de situation ne leur arriverait jamais», lâche Pierre Ammann, le directeur du CSP Berne-Jura, lors d’une conférence de presse, mardi 14 mars, à Genève. Pour leur campagne de mars 2017, les quatre CSP romands ont choisi de se focaliser sur la fragilité de la classe moyenne inférieure. 

gaspillage alimentaire CC(by) U.S. Department of Agriculture  via https://flic.kr/p/qiAHRfL’organisation d’aide «Table Suisse» a mis en ligne la première base de donnée web pour récolter les excédant alimentaire. Cet outil se trouve sur food-bridge.ch.

Photo: CC(by) U.S. Department of Agriculture

(Ref.ch/Protestinfo) Grâce à «Food Bridge», les acteurs du commerce et de l’industrie alimentaire peuvent faire don simplement et rapidement de leur surplus, explique un communiqué de presse. Des œuvres d’entraide les distribuent ensuite en Suisse. Des quantités de marchandises dès une palette peuvent être mises à disposition.

referendum mendiciteIl y a deux semaines, une initiative de l’UDC visant a interdire la mendicité sur le territoire cantonal a été acceptée de justesse. Lundi 10 octobre, un groupe regroupant des représentants associatifs et politiques annonçait le lancement d’un référendum. Bien que solidaires avec la cause, les grandes Eglises en sont absentes.

Photo: De gauche à droite: Anne-Catherine Reymond (Sant'Egidio), Joao Lemos (Emmaüs), Yan Desarzens (Fondation mère Fofia). Véra Tchérémissinoff (Opre Rrom) et Hadrien Buclin (solidaritéS) lors de la conférence de présentation du référendum. 

Par Joël Burri

«Interdire la mendicité sans offrir une alternative crédible, c’est mépriser le pauvre, nier son existence et se déresponsabiliser. “Il y aura toujours des indigents dans le pays; c’est pourquoi je te donne ce commandement: Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays”, lit-on dans la Bible. (Dt 15:11)» La prise de position de la communauté de Sant'Egidio est sans appel.

© 2019 Protestinfo