×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

Les directeurs des 4 CSP romandsReprésentant 28% des citoyens, la classe moyenne inférieure en Suisse est proche du seuil de pauvreté sans ne pouvoir bénéficier d’aucune aide sociale. Les Centres sociaux protestants mettent en lumière cette tranche de la population fragilisée, lors de leur campagne annuelle de mars.

Photo: Les quatre directeurs des CSP romands, Pierre Ammann (CSP Berne-Jura), Pierre Borer (CSP Neuchâtel), Alain Bolle (CSP Genève) et Bastienne Joerchel (CSP Vaud)

Par Laurence Villoz

«Beaucoup de personnes sont surprises de devoir frapper à notre porte. Elles nous disent: ‘Avant, j’étais donateur pour le Centre social protestant (CSP)’. De plus en plus de personnes perdent pied alors qu’elles pensaient que ce genre de situation ne leur arriverait jamais», lâche Pierre Ammann, le directeur du CSP Berne-Jura, lors d’une conférence de presse, mardi 14 mars, à Genève. Pour leur campagne de mars 2017, les quatre CSP romands ont choisi de se focaliser sur la fragilité de la classe moyenne inférieure. 

gaspillage alimentaire CC(by) U.S. Department of Agriculture  via https://flic.kr/p/qiAHRfL’organisation d’aide «Table Suisse» a mis en ligne la première base de donnée web pour récolter les excédant alimentaire. Cet outil se trouve sur food-bridge.ch.

Photo: CC(by) U.S. Department of Agriculture

(Ref.ch/Protestinfo) Grâce à «Food Bridge», les acteurs du commerce et de l’industrie alimentaire peuvent faire don simplement et rapidement de leur surplus, explique un communiqué de presse. Des œuvres d’entraide les distribuent ensuite en Suisse. Des quantités de marchandises dès une palette peuvent être mises à disposition.

referendum mendiciteIl y a deux semaines, une initiative de l’UDC visant a interdire la mendicité sur le territoire cantonal a été acceptée de justesse. Lundi 10 octobre, un groupe regroupant des représentants associatifs et politiques annonçait le lancement d’un référendum. Bien que solidaires avec la cause, les grandes Eglises en sont absentes.

Photo: De gauche à droite: Anne-Catherine Reymond (Sant'Egidio), Joao Lemos (Emmaüs), Yan Desarzens (Fondation mère Fofia). Véra Tchérémissinoff (Opre Rrom) et Hadrien Buclin (solidaritéS) lors de la conférence de présentation du référendum. 

Par Joël Burri

«Interdire la mendicité sans offrir une alternative crédible, c’est mépriser le pauvre, nier son existence et se déresponsabiliser. “Il y aura toujours des indigents dans le pays; c’est pourquoi je te donne ce commandement: Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays”, lit-on dans la Bible. (Dt 15:11)» La prise de position de la communauté de Sant'Egidio est sans appel.

SecheressePlusieurs pays d’Afrique sont touchés par une forte sécheresse. Les associations chrétiennes et humanitaires font leur possible pour éviter la famine. 

Photo et texte: Fredrick Nzwili (RNS/Protestinter)

Nairobi, Kenya – Les Eglises à l’est et au sud de l’Afrique font appel à l’aide humanitaire de la région, alors que 36 millions de personnes subissent une des pires sécheresses depuis des années. Liée à des conditions météorologiques extrêmes dues au courant saisonnier El Nino, la sécheresse a frappé entre autres la Somalie, l’Ethiopie, le Kenya, le Soudan du Sud, le Malawi et le Zimbabwe. Ces conditions particulières ont renversé le climat habituel, bouleversant les activités professionnelles des habitants.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Les autorités vident les bières mortellesPrès de quatre millions de Kenyans consomment des boissons alcoolisées illégales potentiellement mortelles. Les autorités publiques et religieuses réagissent.

Photo: RNS/Fredrick Nzwili

Par Fredrick Nzwili, RNS-Protestinter, Nairobi, Kenya

Des ecclésiastiques kenyans soutiennent le décret présidentiel interdisant les bières faites maison, qui ont causé une vague de décès au Kenya. Ces breuvages alcoolisés, populairement surnommés «chang’aa» –qui signifie «tue-moi rapidement»– ou «Kumi Kumi» ont beaucoup de succès auprès des pauvres qui ne peuvent pas acheter des bières dans les commerces, car elles sont lourdement taxées.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2017 Protestinfo