×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mercredi, 06 mars 2019 10:04

Une lutte inégale

Se battre contre les abus des entreprises minières aux côtés des communautés locales: c’est le travail de Sœur Nathalie Kangaji en République démocratique du Congo (RDC). Elle est soutenue par les œuvres d’entraide protestante et catholique, Pain pour le prochain et Action de Carême.

Par Camille Andres, Réformés

Elle n’est pas facile à joindre, Sœur Nathalie. Cette avocate un peu particulière est souvent sur les routes. Son rôle? Coordinatrice du Centre d’aide juridico-judiciaire (CAJJ) en République démocratique du Congo (RDC). Elle défend les droits des communautés locales de Kolwezi, un important centre minier dans la province du Katanga, au sud-est du pays, qui compte 400’000 habitants. Cette zone est un réservoir mondial de cobalt et de cuivre.

La campagne œcuménique de carême souffle ses 50 bougies cette année. Portée par les œuvres d’entraide protestante et catholique, Pain pour le prochain et Action de Carême, elle touche chaque année plus de deux millions de personnes en Suisse. Rencontre avec les directeurs des deux organisations, Bernard DuPasquier et Bernd Nilles.

Par Laurence Villoz

Comment expliquez-vous que, dans une société où tout change très rapidement, la campagne perdure depuis 50 années?

Bernd Nilles: Nous nous sommes toujours attaqués aux causes des problèmes. C’est une niche qui provoque, mais qui résonne avec l’idée d’être chrétien et touche aussi un public plus large. Nous n’avons pas peur du changement et promouvons clairement la justice sociale et la dignité.

Bernard DuPasquier: La force de cette campagne, c’est qu’elle est ancrée dans les deux Églises et qu’on ne doit pas rechercher chaque année un nouveau public. Ce modèle fonctionne et le public nous suit depuis 50 ans.

mardi, 27 novembre 2018 13:25

Les œuvres critiquent à nouveau Glencore

Le géant suisse des matières premières Glencore est accusé par les œuvres d’entraide de prendre des mesures de protection environnementales et sociales dont le niveau n’atteint pas ce que l’on pourrait légitimement attendre d’une entreprise responsable.

Par Joël Burri

Métaux lourds rejetés dans les rivières, droits humains bafoués et stratégie d’optimisation fiscale lourdement défavorable à la République démocratique du Congo (RDC). Tels sont les grands thèmes abordés dans les rapports successifs publiés en 2011, 2012 et 2014 par Pain pour le prochain et Action de Carême sur les impacts sociaux et environnementaux des filiales dans ce pays d’Afrique du groupe suisse de matière première Glencore. Le quatrième rapport des œuvres d’entraide, publié ce mardi 27 novembre, note quelques améliorations, «Néanmoins, les deux organisations notent que la diligence raisonnable de Glencore en matière de droits humains et de l’environnement est incomplète», insiste leur communiqué de presse.

Une culture intensive de palme en Indonésie visitée par un envoyé de Pain pour le prochain en 2013. ©Pain pour le prochain via https://flic.kr/p/R6Ga1ZDans le domaine alimentaire, les marques Coop remplaceront l’huile de palme par d’autres matières grasses lorsque cela est possible et se fourniront auprès de filières appliquant des standards plus élevés lorsqu’une substitution n’est pas envisageable.

Photo: Une culture intensive de palme en Indonésie visitée par un envoyé de Pain pour le prochain en 2013. ©Pain pour le prochain 

Par Joël Burri

La culture de la palme pose de graves problèmes écologiques et sociaux. Les œuvres Pain pour le prochain et Action de carême en on fait l’un de leurs combats avec le soutien de l’organisation écologiste Pro Natura. Accaparement des terres par de grandes entreprises au détriment des populations locales, déforestations, diminution de la diversité écologique, détournement des eaux potables: la liste des conséquences de la monoculture de la palme est longue. En septembre 2017, Pain pour le prochain et Action de carême ont lancé une pétition demandant que les distributeurs suisses renoncent à cette matière grasse polyvalente et bon marché. Jeudi 5 juillet, les organisations ont annoncé que Coop s’était engagée pour une diminution. «Une victoire d’étape», selon les œuvres qui rappellent que sur le terrain politique aussi, se mène un combat contre l’huile de palme.

Laudato Si CC(by)Johan Bergström-Allen/British Province of Carmelites via https://flic.kr/p/DvcwtBÀ la veille de la visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE), à Genève, Bernd Nilles directeur de l’Action de Carême (AdC) des catholiques romains en Suisse, et Bernard DuPasquier, directeur de l’œuvre d’entraide protestante Pain pour le prochain (PPP), évoquent ensemble l’importance de l’engagement commun des chrétiens pour un développement durable.

Photo: CC(by)Johan Bergström-Allen/British Province of Carmelites

Propos recueillis par Maurice Page, cath.ch

Le pape François, qui vient à Genève le 21 juin prochain, est l’auteur de Laudato si, l’encyclique sur «la sauvegarde de notre maison commune» qu’en pensez-vous?

Bernd Nilles (AdC): Le pape François a adressé Laudato si à tous les habitants de «notre maison commune». Par hasard ou peut-être pas, nous avons développé au même moment notre message stratégique. Le pape François nous dit: «Je veux une autre économie, je veux une autre compréhension du progrès, je veux que l’on respecte les limites de la planète. Je veux une transformation sociale, économique, mais aussi personnelle». À AdC et PPP, nous sommes exactement dans ce «Zeitgeist» (esprit du temps).

© 2019 Protestinfo