×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

VitolUne enquête de Pain pour le prochain et d’Action de Carême, présentée lundi 24 août à Berne, accuse la multinationale suisse Vitol, active notamment dans le négoce de charbon en Afrique du Sud, de ne pas remplir son devoir de diligence. 

Photo: Les villageois s'opposent aux projets miniers © PPP/Daniel Tillmanns
Par Laurence Villoz

«Vitol n’a pas répondu au questionnaire concernant son application des droits humains, envoyé par Pain pour le prochain, en mai 2015. De plus, la multinationale n’a pas répondu à la proposition de discussion des résultats de notre enquête. C’est seulement trois jours avant la publication du rapport que l’entreprise nous a contactés», explique Yvan Maillard Ardenti, spécialiste entreprises et droits humains de Pain pour le prochain (PPP). Lundi 24 août, les œuvres d’entraide Pain pour le prochain et Action de carême ont présenté à la presse, une étude qui évalue l’approche des droits humains de Vitol et de l’un de ses fournisseurs Coal of Africa, qui exploite des mines de charbon, en fonction des normes préconisées par l’ONU (http://www.humanrights.ch/fr/dossiers-droits-humains/stn/normes/onu/). Le rapport conclut que «Vitol n’a pas appliqué les Principes directeurs sur les entreprises et les droits humains et qu’elle n’a pas pris les mesures nécessaires pour réduire son implication potentielle dans des violations de droits humains.»

Affiche de la campagne oecuménique 2015La campagne œcuménique 2015, qui commence le 18 février, s’intéresse à ce qu’il y a dans nos assiettes. Entre cuisse de poulet et steak de bœuf, l’industrie agroalimentaire a un lien direct avec la production de CO2, qui fait partie des gaz responsables du réchauffement climatique. 

Photo: affiche de la campagne 2015

Par Laurence Villoz

«La campagne 2015 vise à réfléchir à notre consommation, à manger mieux en choisissant des aliments qui ont un impact minime sur le climat», explique Johanna Monney, responsable des relations publiques pour cette campagne menée par Pain pour le prochain, Action de Carême et Etre partenaire, du 18 février au 5 avril. Cette année, les trois associations s’intéressent à la façon dont la viande, les changements climatiques et la faim dans les pays du Sud sont interreliés.

Une ouvrière dans une fabrique d’ordinateurs ©Pain pour le prochainLors d'un prochain achat de smartphone, mieux vaut choisir un Nokia qu'un HTC. D'un point de vue éthique du moins. Une enquête des oeuvres d'entraide Pain pour le prochain et Action de Carême, montre, en effet d'énormes disparités entre les marques en ce qui concerne le respect des travailleurs et de l'environnement.

Photo: Une ouvrière dans une fabrique d’ordinateurs ©Pain pour le prochain

Par Joël Burri

Un téléphone portable est composé notamment de 45% de plastique, de 20% de cuivre et de 20% de divers métaux utilisés en électronique (or, tantale, coltan, cobalt, aluminium, cassitérite, etc.). «Et combien de sang se trouve dans nos portables?» se sont demandée les œuvres d’entraide protestante et catholique Pain pour le prochain et Action de Carême. Pour y répondre, elles ont mené l’enquête avec leurs partenaires sur les dix marques de téléphones mobiles et d’ordinateur portables les plus vendues en Suisse. Et les ont notées selon trois critères: respect de l’environnement, respect des droits des travailleurs et recours à des minerais d’origine douteuse, finançant ainsi des bandes armées qui se livrent un conflit meurtrier en République démocratique du Congo (RDC).

Des mineurs à l'entrée d'une mine ©Pain pour le prochain, Chantal Peyer Autrefois champion du «sans commentaire», le groupe Glencore, géant suisse du commerce de matières premières, tente depuis 2013 de se donner une image d’entreprise responsable auprès de ses actionnaires, des autorités et du grand public. Mais une enquête menée sur place par plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) et publiée aujourd’hui 17 juin, dénonce violences policières, pollutions, violations des droits de l’homme et optimisation fiscale à outrance. Si quelques améliorations sont constatées, Pain pour le prochain et Action de carême estiment que Glencore pourrait faire nettement mieux, alors que Glencore, qui demandait que la publication soit repoussée d’au moins un mois, nie tout en bloc.

Photo: Des mineurs à l’entrée d’une mine © Pain pour le prochain, Chantal Peyer

Par Joël Burri

A en croire le rapport annuel 2013 de GlencoreXstrata, l’entreprise –rebaptisée Glencore depuis– est un modèle de développement durable et de respect des droits de l’homme. «Nous nous engageons à respecter les bonnes pratiques commerciales, à atteindre ou dépasser les lois applicables et à appliquer d’autres exigences externes. Nous nous efforçons d’adopter une approche sûre et durable de nos activités, et à contribuer à la croissance socio-économique des communautés dans lesquelles nous exerçons nos activités.»

Sept jours de jeûnes rompus par une pomme ©Protestinfo/jobPrésent dans de nombreuses religions et confessions, le jeûne est plutôt rare chez les protestants. Pourtant, Jésus, lui-même avait jeûné dans le désert, selon les textes bibliques. Le point avec la théologienne Martina Schmidt, secrétaire romande de Pain pour le prochain, l’une des rares ONG protestantes qui –dans le cadre de la campagne œcuménique– invite à cette pratique durant le carême.

Par Joël Burri

Le délaissement de la pratique du jeûne chez les protestants est dû à l’opposition des réformateurs aux «dérives de l’Eglise de leur époque», explique Martina Schmidt, secrétaire romande de Pain pour le prochain. Les réformateurs rejetaient, en effet les pratiques d’autojustification. «Toute ma vie est pénitence», écrivait Luther fermant ainsi la porte à toute pratique de pénitence.

© 2019 Protestinfo