×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Monoculture de palme en Malaisie ©Campagne Voir et AgirPolyvalente et bon marché, l’huile de palme a tout pour plaire à l’industrie alimentaire. Aujourd’hui, un produit sur six vendu dans les supermarchés suisses en contient. Alors que les organisations humanitaires constatent l’échec de la certification garantissant une huile de palme durable et lancent une pétition pour demander aux détaillants du pays de réduire leur recours à ce produit miracle, les commerçants défendent les normes en vigueur.

Photo: Monoculture de palme en Malaisie ©Campagne Voir et Agir

Par Joël Burri

L’huile de palme durable est une utopie. C’est en résumé l’argument des organisations caritatives Pain pour le prochain et Action de carême qui ont lancé lundi 4 septembre une pétition demandant aux détaillants suisses de réduire le nombre de produits contenant cette matière grasse, économique, neutre en goût et dont la durée de conservation est très longue. Actuellement, un produit sur six en contient dans les supermarchés suisses. Or lors de leurs voyages, les délégués de Pain pour le prochain et Action de carême ont constaté que la culture de la palme provoque la destruction de la forêt tropicale, des phénomènes d’accaparement des terres des populations locales et de violations des droits humains. Des observations également partagés par les organisations locales.

tronc eglise CC0 via http://maxpixel.freegreatpicture.com/Restorative-Box-Money-Offertory-Box-Donate-Donation-402211Les dons des paroisses diminuent, alors que Pain pour le prochain poursuit son développement grâce aux dons qui lui sont directement adressés. Comme cette œuvre fait également office d’organe de répartition, les partenaires grognent.

Par Joël Burri

Les comptes et rapports annuels de l’Entraide protestante suisse (EPER) et de Pain pour le prochain (PPP) ont été présentés à l’assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS). Le travail de ces deux organisations nationales a été salué par les représentants des différentes Eglises membres, réunis lundi et mardi à Berne, tout comme les activités des deux œuvres missionnaires, Mission 21 en Suisse alémanique et DM échange et mission en Suisse romande. Lors de sa présentation la présidente du conseil de fondation de PPP a toutefois jeté un pavé dans la marre. «Pain pour le prochain a dû investir beaucoup d’énergie pour corriger les interprétations erronées à notre encontre de Mission 21.»

Des mineurs artisanaux ©Twerwaneho Listeners‘ Club TLCPour éviter les problèmes d’images liés au travail des enfants, une filiale du groupe franco-suisse aurait abandonné le travail avec des mineurs artisanaux, laissant toute une région sans ressource. L’entreprise s’en défend.

Photo: Des mineurs artisanaux ©Twerwaneho Listeners Club TLC

Par Joël Burri

Alors que le groupe franco-suisse LafargeHolcim annonce ce mercredi de bons résultats pour le 1er trimestre 2017, avec une progression de 5,3% du chiffre d’affaires, l’ONG protestante Pain pour le prochain publie un rapport mettant en avant les manquements d’une filiale du groupe envers les populations d’une région minière d’Ouganda.

groupe de jeûne unil epfl ©Caroline Amberger/ProtestinfoQuinze étudiants de l’université et de l’école polytechnique de Lausanne ont pratiqué une semaine de jeûne dans le cadre du carême, en partenariat avec la campagne œcuménique de Pain pour le prochain et Action de carême et sous la supervision de l’aumônerie des hautes écoles. Trois étudiants racontent cette expérience.

Photo: de gauche à droite: Guillaume, Noémie et Diane (étudiants) et Alexandre Gravend (aumônier).

Par Caroline Amberger

Diane est une habituée de cette pratique. Etudiante en génie électrique à l’EPFL, elle a décidé cette année de répondre à l’invitation faite aux étudiants par les aumôniers de l’université et de l’école polytechnique de Lausanne. «La dimension du groupe a été magique pour moi, d’habitude je pratique seule». Une découverte pour cette scientifique qui souhaite travailler dans les énergies renouvelables. «Nous sommes ensemble dans la même galère», explique-t-elle. «La question de l’alimentation et du jeûne pour la terre — thème de la campagne œcuménique — est une dimension importante pour moi. Parfois difficile à faire comprendre à l’entourage qui peut même s’inquiéter d’une telle pratique».

JasonChanJason Chan, directeur de l’organisation Labor Action China, partenaire de Pain pour le prochain, a participé au débat qui a suivi la première suisse de «Complicit».Présenté au Festival du film et forum international sur les droits humains, ce documentaire présente le combat contre le benzène d’un ouvrier chinois empoisonné par ce solvant.

Propos recueillis par Joël Burri

Quelles sont les activités de votre organisation?

Labor Action China (LAC) est une organisation indépendante basée à Hong Kong. Récemment, l’organisation s’est alarmée de la recrudescence d’empoisonnements chimiques en particulier de maladies du sang telle que la leucémie liées à l’exposition au benzène des ouvriers des usines d’assemblage électronique. L’ONG a été créée en 2005. A l’époque, les financiers hongkongais investissaient dans la province voisine de Guangdong. Dans l’industrie de la pierre précieuse, il y avait beaucoup d’ouvriers atteints de maladies professionnelles, telles que la silicose, une maladie pulmonaire provoquée par l’inhalation de poussières de pierre. LAC c’est battu pour qu’ils puissent être indemnisés et mieux formés. Notre organisation a aussi lancé une campagne internationale. Nous sommes par exemple venus manifester à Baselworld et avons obtenu des modifications des règles internationales dans le marché de la pierre.

© 2019 Protestinfo