×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mercredi, 26 décembre 2018 15:46

Le feu du pont Bessières réchauffe les cœurs

Depuis près de quarante ans, le Feu de la solidarité brûle sur le pont Bessières à Lausanne. Jusqu’au 3 janvier, des bénévoles accueillent les passants à la recherche d’une oreille attentive.

Par Laurence Villoz

Mardi 25 décembre sur le pont Bessières à Lausanne. La nuit est tombée, il fait froid, mais le ciel est étoilé. Caroline et Yahya discutent tranquillement autour d’un brasero. Tous deux sont bénévoles au Feu de la solidarité qui se tient sur le pont lausannois du 21 décembre au 3 janvier. «C’est ma première fois», sourit Caroline, une cinquantenaire qui sera en poste jusqu’à minuit. Autour du brasier, quelques chaises. Un banc recouvert de couvertures a été placé contre la balustrade du pont. De chaque côté, une petite cabane en bois. L’une sert de garde-manger. Dans l’autre, un matelas est posé à même le sol et des sacs de couchage sont empilés dans un coin.

vendredi, 21 décembre 2018 11:29

Une présence en cadeau

Comme chaque année à la période des fêtes, l’aumônerie œcuménique des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) va remettre personnellement un petit cadeau aux deux mille patients actuellement hospitalisés. Financé par la population genevoise, ce petit geste représente plus qu’un objet bien emballé.

Par Myriam Bettens

«Bonjour, nous sommes les aumôniers des HUG et nous venons vous apporter un petit cadeau financé par les dons de la population genevoise.» Rachel Wicht, aumônière catholique, s’adresse à une femme alitée dans une unité d’orthopédie. Juste le temps de déposer sur la table de nuit le petit cadeau. La patiente tend déjà la main pour se saisir de celle de l’aumônière. «Je vais me faire opérer cet après-midi et j’ai peur», lui dit-elle de but en blanc. Rachel Wicht, sa main dans celle de la patiente, la rassure et lui propose de repasser la voir plus longuement dans l’après-midi. Cette femme, comme de nombreux autres patients, ne rentrera pas à temps pour passer les fêtes entourée de sa famille. «Ce petit présent signifie aussi que quelqu’un pense à eux. Plus qu’un objet, c’est notre présence qui compte», explique l’aumônière.

lundi, 17 décembre 2018 17:29

La nativité: un récit de migration

Le temple de Plainpalais à Genève accueillait dimanche une relecture de la Nativité sous l’angle de la fuite et de la migration. Invités, les requérants d’asile et les réfugiés étaient mis à l’honneur.

Par Myriam Bettens

«Cette peur d’être détrôné n’est-elle finalement pas source de beaucoup de discriminations?», se demande un participant présent à la fête de Noël du Lab, l’espace de l’Église protestante de Genève (EPG) pour les jeunes adultes en recherche de sens et de spiritualité. «Rien n’a changé, des personnes continuent de fuir la tragédie et c’est une question de survie», répond la pasteure Carolina Costa, à la réflexion qui vient d’être soumise, ce dimanche 16 décembre au temple de Plainpalais à Genève.

vendredi, 22 décembre 2017 08:10

A Noël, les Eglises font le plein

Un culte à la Cathédrale de LausanneLe culte du 24 décembre au soir fait partie des cérémonies les plus populaires dans les Eglises. Un grand nombre de personnes qui ne vont jamais aux offices religieux s’y rendent pour célébrer Noël.

Photo: Le culte du 19 février 2017 à la Cathédrale de Lausanne © Sonia Zanou

Par Laurence Villoz

«Le culte du 24 décembre au soir est celui qui rassemble le plus numériquement. La plupart des personnes que nous rencontrons ce soir-là ne viennent qu’à cet office de toute l’année. Cet événement répond à une attente sacrale», raconte Virgile Rochat, pasteur à la Cathédrale de Lausanne. Même son de cloches du côté de Jacques-Etienne Deppierraz, pasteur de la région La Côte dans l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud. «C’est certain qu’au culte de Noël, un grand nombre de personnes trouvent du sens à venir en particulier ce jour-là».

Daniel MargueratA travers «Le musicien des anges», le théologien Daniel Marguerat revisite de façon inattendue Noël et Pâques sous la forme de contes. Rencontre.

Photo: Daniel Marguerat

Par Laurence Villoz

Professeur honoraire de Nouveau Testament à l’Université de Lausanne et pasteur, Daniel Marguerat s’est prêté au jeu de l’écriture narrative à travers treize contes et récits qui illustrent les fêtes de Noël et de Pâques. Publié début novembre, «Le musicien des anges» destinés aux enfants et aux adultes redonne un sens, parfois oublié, aux fêtes religieuses.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire un livre de contes et de récits?

Il y a urgence à redire les événements de Noël et de Pâques, d’une manière nouvelle, à une société qui en est lassée. Je suis convaincu que le récit est un mode de communication de l’Evangile, une façon de transmettre des valeurs, d’interpeller et de s’interroger sur le monde dans lequel nous vivons. A la différence du discours ou de la prédication, il fait appel à l’imaginaire. J’ai donc tenté de réfléchir non seulement au charme du récit, à la magie qu’il dégage, mais à la théologie qu’il transmet. Il faut dire qu’on assiste à un effacement dramatique du sens de la fête de Noël. Sous prétexte de ne pas heurter d’autres croyances, on transforme l’événement de Noël en une gigantesque braderie commerciale.

© 2019 Protestinfo