×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation. SPLes archives historiques de la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois intègrent définitivement les Archives de l’Etat de Neuchâtel. Conservé sous forme de dépôt depuis 1955, ce fonds vient de faire l’objet d’une donation. Un transfert de propriété qui, comme celui de la Bibliothèque des pasteurs en 2015, découle de la fermeture de la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel.

Photo: Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation.

Par Nicolas Bringolf

Moins de deux ans après la donation de la Bibliothèque des pasteurs (BPa) à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN), la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois (SPMN) cède gracieusement ses archives historiques à l’Etat de Neuchâtel. Un acte qui assure la pérennité de ces trésors inestimables dans le canton, et ce en libre accès.

VISITE COLLEGIALE - photo CGLes trésors que recèle la Collégiale de Neuchâtel sont désormais expliqués aux enfants. Un guide destiné à ces jeunes visiteurs vient de paraître dans le cadre du jubilé des 500 ans de la Réforme. Auteures de «Visite de la Collégiale de Neuchâtel», Elisabeth Reichen et Béatrice Zumwald ont convié le public à une visite initiatique conduite par un guide hors norme.

Par Nicolas Bringolf

La population ne le savait pas et les touristes de passage à Neuchâtel encore moins: un des «oiseauxooooooh» de l’artiste-peintre Béatrice Zumwald s’est installé sur l’une des gargouilles de la Collégiale. Ce volatile adore jouer et raconter des histoires. Une particularité qui l’incite à guetter l’arrivée des visiteurs, surtout celles des enfants, pour leur faire découvrir son église fétiche.

Série «L’imprimerie et la Réforme»

Placard contre la messe, capture d'écran, http://gallica.bnf.fr/Une attaque cinglante contre la messe et l’eucharistie est placardée dans l’entourage du roi de France, durant une nuit d’octobre 1534. Le texte a été écrit et rédigé à Neuchâtel. Mais cette démonstration de force des partisans des idées nouvelles provoque de lourdes répressions.

Par Joël Burri

«Dans la nuit du 17 octobre 1534, de petites affiches, des “placards” furent apposés en plusieurs endroits, à Paris et jusque sur la porte de la chambre de François Ier au château d’Amboise», relate l’Encyclopédie Universalis. «La légende veut même qu’un de ces placards soit tombés dans le thé du roi», complète en souriant l’historienne Geneviève Gross.

Synode EREN Montmirail (archive)

Le Synode réformé neuchâtelois a décidé de doter l’Eglise d’une structure d’aide spirituelle pour son personnel indépendante des autorités d’engagement.

Photo: La bannière de l’EREN à l’entrée de Montmirail (archive) 

Par Joël Burri

«Dès que l’on travaille en Eglise, on est au cœur des émotions humaines», a rappelé Antoinette Hurni, membre du Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN), devant le Synode (organe délibérant) réuni mercredi à Montmirail (Thielle-Wavre). «On a l’habitude de dire que les cordonniers sont les plus mal chaussés, quand une personne néglige pour elle-même un soin qu’elle prodigue aux autres et qu’elle juge essentiel, il en va peut-être de même pour les pasteurs et diacres de notre Eglise», a poursuivi la conseillère synodale.

le cinéma BioRéalisé par Nicole Weyer, «Le balayeur à la rose» a remporté le prix du jury et celui du public lors du festival du film à thématique religieuse, le Prix Farel, dimanche 23 octobre, à Neuchâtel. Ce documentaire raconte le quotidien de Michel Simonet, un cantonnier et écrivain fribourgeois.

Photo: Le cinéma Bio, à Neuchâtel

Par Noriane Rapin et Laurence Villoz

«Balayer et penser, ça peut être la même chose», souffle le cantonnier fribourgeois Michel Simonet dans le documentaire «Le balayeur à la rose». Lauréat du Prix Farel 2016, un festival international de films à thématique religieuse, ce moyen-métrage a obtenu le prix du jury pour sa catégorie, jury qui a été séduit par «la délicatesse de ce portrait d’un balayeur poète qui rappelle avec grâce que pour vivre une vie ‘riche’ point n’est besoin de grand-chose, si ce n’est parfois d’un balai, d’une pelle et d’une rose». Cette appréciation n’a pas été démentie par une assistance enthousiaste, qui a aussi décerné au documentaire le prix du public, dimanche 23 octobre, à Neuchâtel. «Le fait que Michel Simonet ait vraiment choisi de faire une profession totalement dévalorisée m’a donné envie d’en faire un film. Je trouve cela admirable», explique la réalisatrice Nicole Weyer, qui a créé ce reportage dans le cadre de l’émission «Passe-moi les jumelles», à la RTS.

© 2017 Protestinfo | création site :