×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le synode missionnaire des Églises romandes adopte un nouveau paradigme dans son mode de travail, mais la crainte de voir la facture s’alourdir pour les Églises a provoqué de vifs débats.

Par Joël Burri

Samedi 17 novembre à Épendes, les délégués au synode missionnaire ont débattu d’une nouvelle orientation stratégique pour DM-échange et mission (DM). Plutôt que de continuer sur un modèle où les Églises du Nord viennent en aide aux Églises du Sud, le Conseil de l’organisation proposait d’entrer dans une relation de réciprocité où par l’envoi de personnes les communautés du Nord comme du Sud se soutiennent mutuellement. (Notre article de vendredi.) Constatant que le «centre de gravité du christianisme s’est déplacé au Sud», selon la formule de pasteur Étienne Rochat président du Conseil de DM, les Eglise du Nord pourraient bénéficier de forces de témoignage renouvelées.

Davantage de réciprocité dans les relations Nord-Sud, c’est l’orientation que le Conseil de DM-échange et Mission soumet, ce samedi, au synode missionnaire. Les Églises suisses devront apprendre à exprimer leurs besoins.

Par Joël Burri

Ce samedi à Épendes, près d’Yverdon-les-Bains (VD) se joue l’avenir de DM-échange et mission, le département missionnaire des Églises réformées romandes (DM). Les délégués des différentes Églises cantonales réunis en synode sont en effet appelés à se prononcer sur les nouvelles orientations stratégiques de l’organisation. «Nous constatons que dans un monde globalisé, le centre de gravité du christianisme s’est déplacé au Sud, que partout la mission traditionnelle a porté des fruits et participé à la fondation d’Églises vivantes, alors que l’Europe doit maintenant se remettre à la tâche pour témoigner dans son propre contexte, avec l’aide des partenaires du Sud», expliquait, il y a une dizaine de jours, le pasteur Étienne Roulet, président du Conseil de DM devant l’assemblée des délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS).

Des touristes devant l’église gonflable, à Sankt-Peter-Ording en juillet 2013 (Allemagne), DR (collection privée).Un pasteur baptiste allie sa foi et sa passion pour le cerf-volant. Il se déplace sur les plages du nord de l'Allemagne avec une église gonflable.

Photo: Des touristes devant l’église gonflable, à Sankt-Peter-Ording en juillet 2013 (Allemagne), DR.

Par Holger Wetjen

La génératrice électrique et la pompe font un peu de bruit, en dix minutes les toiles se déplient et se tendent pour faire apparaître une église. Sa surface et de quatre mètres sur six. Son clocher culmine à six mètres. Sur la toile est imprimé un motif de briques rouges. Au bout du clocher, il y a une croix. Nous sommes sur la plage, à Sankt-Peter-Ording, au bord de la mer du Nord, en Allemagne. Les touristes s’approchent et se questionnent: «Mais, c’est quoi ça? C’est une église? C’est marrant!» Et ils entrent. En short et en T-shirt. Un touriste entre avec son chien. «C’est comme ça qu’il faut faire l’Église: aller vers les gens!», s’exclame une personne enthousiasmée. Depuis dix ans, le pasteur Carsten Hokema voyage avec son église gonflable de plage en plage, en Allemagne du Nord. Il invite les touristes et les cerfs-volistes à participer à un culte. C’est en 2008 que le pasteur aujourd’hui âgé de 46 ans a fondé son projet «Ewigkite»: jeu de mots entre l’allemand Ewigkeit qui signifie éternité et l’anglais kite qui veut dire cerf-volant. Son objectif était de pratiquer son sport, le sport du cerf-volant, tout en partageant la foi chrétienne.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Emmanuel Fuchs devant les déléguésEntre répartition des postes et mission, les délégués de l’Église protestante de Genève, réunis en Consistoire les 14 et 15 juin, cherchent à renouveler le fonctionnement de leur Église.

Photo: Emmanuel Fuchs devant les délégués

Par Laurence Villoz

«La Mission est absolument fondamentale. Il s’agit de susciter un dynamisme fécond à l’interne et de mieux se faire connaître à l’externe», insiste Emmanuel Fuchs, président de l’Église protestante de Genève (EPG). Réunis en Consistoire les 14 et 15 juin au temple de Malagnou, les délégués de l’EPG ont poursuivi leur réflexion sur leur «Vision de l’Église». Une consultation des différents lieux a permis de proposer quatre actions communes et transversales: la prière, le témoignage, la communauté ainsi que les familles et la jeunesse.

Capture d’écran d’une vidéo YouTube présentant une campagne d’évangélisation à Pyeongchang, DR. https://youtu.be/PaOxedVIthEDistribution de littérature chrétienne, échange de pin’s pour entamer la conversation, café offert le temps qu’un smartphone se recharge: les actions d’évangélisation ont été très nombreuses durant les Jeux olympiques.

Photo: Capture d’écran d’une vidéo YouTube présentant une campagne d’évangélisation à Pyeongchang, DR.

Par Madeline Mulkey, Pyeongchang, RNS/Protestinter

Pour ceux qui ont assisté aux Jeux olympiques d’hiver au travers de leur poste de télévision, les compétitions semblaient être éloignées du thème de la religion. Pourtant, en dehors des feux des projecteurs, on estime qu’environ 3000 missionnaires étaient à pied d’œuvre en Corée du Sud. Environ 2000 étaient à Gangneung où se déroulaient les compétitions en intérieur. Les 1000 autres travaillaient sur le site de Pyeongchang où se déroulaient les compétitions de ski, de snowboard et d’autres évènements.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo