×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

des migrants sur un bateau https://flic.kr/p/uGYxeoL’Entraide protestante suisse et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés ont déposé ce matin à Berne une pétition demandant des mesures légales et sécurisées pour les personnes qui fuient leur pays ainsi que l’augmentation du contingent à 10'000 migrants par année.

Photo: CC (by-nc-nd) Coast Guard News

Par Laurence Villoz

«Nous avons récolté plus de 38'000 signatures en quatre mois, cela montre que des personnes sont prêtes à s’engager», se réjouit Joëlle Herren Laufer, responsable médias à l’Entraide protestante suisse (EPER). Jeudi 28 juin, l’EPER et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) ont déposé à Berne une pétition pour améliorer les conditions des migrants. Le document demande, essentiellement, la création de voies sûres et légales pour les réfugiés, l’augmentation du contingent à 10'000 migrants par année en Suisse et l’établissement des bases légales pour renforcer les initiatives de la société civile et des Églises.

Des migrants qui s'apprêtent à partir https://flic.kr/p/9EeRDZLe Bureau européen d'appui en matière d'asile cherche à informer les migrants sur les possibilités de demander une protection internationale. Différents outils sont mis en place pour leur fournir ces renseignements.

Photo: CC (by-nc-nd) Meriama Moutik 

Rome (NEV/Protestinter) «La connaissance est le pouvoir», dit le dicton. Une maxime qui est peut-être encore plus pertinente pour ceux qui ont besoin d'une protection internationale. Comment les gens peuvent-ils y avoir accès? Quels sont les critères? Comment ces critères peuvent-ils être correctement remplis? À moins que ceux qui ont besoin d'une protection internationale comprennent comment la demander, leur long et dangereux voyage vers un port plus sûr, sera tout à fait vain.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

mercredi, 18 avril 2018 08:00

Brèves

Candidatures pour le prix du service Migration
La 9e de Beethoven sous la loupe
Oser la théologie

Les invités à la conférenceConstruction de murs entre les pays, détérioration des conditions de vie dans les camps de réfugiés, dignité bafouée. Plusieurs experts tirent la sonnette d’alarme, lors de la première conférence des «rendez-vous de la migration», au Centre de politique de sécurité, à Genève.

Photo: Les invités lors de la conférence au GCSP

Par Laurence Villoz

«Le rejet des migrants est de plus en plus fort», déplore Bawélé Tchalim, chargé de programme à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). «Les lois se durcissent et les frontières se ferment». Dans le cadre de la première conférence des «rendez-vous de la migration», jeudi 12 avril à Genève, plusieurs spécialistes se sont penchés sur la question des routes migratoires et des conditions de vie dans les camps. Hasan Hawar, un réfugié syrien étudiant en Suisse, a raconté la périlleuse odyssée qu’il a dû effectuer en quittant son pays.

consistoireEPGRéuni jeudi et vendredi derniers, le Consistoire de l’Eglise protestante de Genève a discuté d’un rapport autour du statut de membre. Une démarche qui s’inscrit dans une situation de crise financière.

Par Noriane Rapin

Photo: Le Consistoire de l’Eglise protestante de Genève

«Jamais l’Eglise genevoise n’a dû expliquer qui elle était ni ce qu’elle faisait, parce que c’était inscrit dans les gènes de tout protestant genevois. Si on reconnaît que l’on ne naît plus forcément protestant à Genève, alors nous sommes prêts à débattre du statut de membre.» C’est par ces mots que le président de la Commission d’étude du statut de membre de l’Eglise protestante de Genève (EPG) a introduit le débat autour du rapport qu’il présentait au Consistoire, l’organe délibérant. Ce rapport est l’une des conséquences de la volonté de restructuration initiée en 2013, et comprend des considérations légales et théologiques. Il s’agissait pour la commission de faire état de la situation actuelle et d’établir des bases pour le futur.

© 2018 Protestinfo