×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Les tours en crochetUn collectif aide les femmes africaines, réfugiées en Israël, à résoudre leurs traumatismes grâce à la pratique du crochet. Leurs œuvres ont été exposées récemment dans une galerie à New York.

Photo: © Rona Yefman

Par Liz Donovan, Tel-Aviv, Israël, RNS/Protestinter

Le crochet est utilisé par les artistes pour réaliser des œuvres et par les artisans pour fabriquer des paniers et des vêtements. Mais il a aussi d’autres fonctions. Selon l'artiste israélien Gil Yefman, «il peut être un moyen de résoudre les traumatismes». Récemment, les œuvres de Gil Yefman ont été présentées à côté de paniers fabriqués par des femmes africaines cherchant l’asile en Israël, dans le cadre d’une exposition à New York intitulée «Violated! Les femmes pendant l'Holocauste et le génocide». L'exposition, organisée par l'Institut «Remember the women», s’est tenue à la galerie Ronald Feldman à New York, début mai.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Manifestation contre le renvoi de migrants à Tel-Aviv en 2009. CC(by-sa) Roi Boshi via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:There_Are_No_Illegal_Children!.jpgAlors qu’Israël veut expulser les réfugiés africains de son pays, les responsables religieux d’Ouganda sont partagés sur la question de l’accueil. Le manque de ressources en est la cause.

Photo: Manifestation contre le renvoi de migrants à Tel-Aviv en 2009. CC(by-sa) Roi Boshi 

Par Frederick Nzwili, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Certains dirigeants religieux ougandais affirment que leur pays devrait accepter les réfugiés africains menacés d’expulsion d’Israël, tandis que d’autres rétorquent que leur accueil imposerait un fardeau trop lourd aux programmes de réfugiés déjà surchargés. Jusqu’à récemment, l’Ouganda et le Rwanda étaient clairement considérés comme les deux pays africains qui allaient accueillir les réfugiés, selon un accord avec Israël. Ce traité affirme qu’environ 40’000 réfugiés africains vivent illégalement dans ce pays et doivent être expulsés.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Des champions du monde à Lampedusa, tiré de la série «dessins de la frontière» ©Francesco Piobbico/Mediterranean hopeAlors que l’Établissement vaudois d’accueil des migrants prévoit de fermer l’un des centres d’accueil pour mineurs non accompagnés au grand dam du personnel, l’exécutif de l’Église réformée lance un appel afin qu’un traitement adéquat soit offert à ces enfants

 

Image: Des champions du monde à Lampedusa, tiré de la série «dessins de la frontière» ©Francesco Piobbico/Mediterranean hope

Par Joël Burri

«Il nous semble fondamental que les migrants mineurs non accompagnés (MNA) aient de véritables chances d’intégration», explique Paolo Mariani, responsable communication de l’Église évangélique réformée vaudoise (EERV). «C’est une préoccupation portée par nos valeurs issues de l’Évangile.»

EPER28362L’Entraide protestante et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés récoltent des signatures afin de demander au gouvernement que la Suisse accueille chaque année un contingent de 10’000 personnes. Plusieurs voies légales sont à explorer.

Photo: ©EPER

Par Joël Burri

«Le nombre de personnes fuyant la guerre et les persécutions n’a jamais été aussi élevé. On estime que fin 2016, 65,6 millions d’êtres humains étaient en situation d’exil forcé. Nombre d’entre eux décèdent en essayant de trouver refuge en Europe. En 2016 et 2017, plus de 8000 personnes ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée», rappelle Magaly Hanselmann, directrice du secrétariat romand de l’Entraide protestante (EPER). En collaboration avec l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR), l’EPER a lancé ce lundi 5 mars une pétition adressée au Conseil fédéral pour que la Suisse fasse un effort supplémentaire en matière d’accueil.

balai et pelle CC(by-sa) Pierre NolaneLe portrait type du sans-papier genevois est une employée de maison d’Amérique latine attirée en Suisse par son employeur. Pour lutter contre la sous-enchère salariale dans ce domaine, le canton du bout du lac expérimente depuis un an un programme combinant la régularisation de ces personnes et davantage de lutte contre le travail au noir. Les autorités tirent de cet essai un bilan «tout à fait positif».

Photo: CC(by-sa) Pierre Nolane

Par Joël Burri

Lancé il y a un an, le projet pilote genevois Papyrus vise à régulariser les sans-papiers travaillant dans le canton. Faute de personnel local, l’économie domestique, en particulier, fait régulièrement appel à des employés étrangers. À côté des mesures visant à donner un statut légal à ces personnes, le canton de Genève a renforcé sa lutte contre le travail au noir et la sous-enchère salariale. À mi-chemin de ce programme mis en place pour deux ans, autorités et associations tirent un bilan positif «tant sur les plans humain qu’économique», selon le communiqué officiel.

© 2018 Protestinfo