×

Message

Failed loading XML...

télécommande CC(by-nc) Stig Morten Waage via https://flic.kr/p/5EmTALPlusieurs organisations religieuses appellent à rejeter l’initiative populaire demandant la suppression des redevances radio et télévision obligatoires. Quelques voix évangéliques, favorables au texte se font toutefois entendre.

Photo: CC(by-nc) Stig Morten Waage

Par Joël Burri

«Une Suisse démocratique a besoin de médias de service public, qui assurent une couverture médiatique plurielle et donnent une voix aux minorités ainsi qu’aux plus faibles», prévient la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) dans sa prise de position. «La FEPS rejette toutes les initiatives qui cherchent à couper la parole aux minorités et aux groupes de population les plus faibles. Si on laisse jouer les seules forces du marché, si la radio et la télévision ne sont plus soutenues de façon solidaire par l’ensemble de la population, ces minorités n’auront plus de voix», prévient encore l’organisation faitière.

L'Hotel de Ville à BerneLa motion signée par trente-cinq délégués des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure n’a pas suffi à maintenir le partenariat avec «Reformierte Medien», mercredi 13 décembre à Berne.

Photo: L’Hôtel de ville à Berne

Par Laurence Villoz

«Nous sommes tous dans le même bateau, nous voulons une bonne couverture des réformés dans la presse», a soutenu Hans Ulrich Germann, dépositaire d’une motion urgente, cosignée par 34 délégués, visant la réactivation de l’adhésion des Eglises Berne-Jura-Soleure (Bejuso) à «Reformierte Medien». Fin septembre, le Conseil synodal (exécutif) a décidé de résilier, au terme de l’année 2018, son affiliation au département des médias des Eglises réformées de Suisse alémanique. Un service qui offre une visibilité aux Eglises sur son site internet ref.ch, à travers le magazine «Bref» ainsi que sur les ondes TV et radio de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF).

radio rouge CC(by-sa) Mario Spann via https://flic.kr/p/7GaDRYDepuis lundi, les différents chroniqueurs qui se succèdent durant la matinale la plus écoutée de Suisse romande sont invités à intervenir en direct. Objectif: favoriser les interactions, en particulier avec l’invité. Rédacteur en chef de l’actualité radio de la RTS, Laurent Caspary considère que la chronique RTSreligion trouve sa place dans ce dispositif. Interview.

Photo: CC(by-sa) Mario Spann

Propos recueillis par Joël Burri

Dans la nouvelle formule de la Matinale, non seulement on retrouve la chronique RTSreligion, mais en plus le journaliste qui la présente peut interagir avec l’invité. Pourquoi?

Pour moi, la chronique RTSreligion doit continuer. Elle traite d’un sujet de société important; or l’objectif de la nouvelle formule de la matinale est justement de favoriser les sujets de société en les traitant au travers de différents prismes. Par ailleurs, pour l’ensemble des interventions de la matinale, nous avons choisi de privilégier le direct. Pour des raisons d’effectifs, certaines interventions continueront d’être enregistrées —et pas seulement pour RTSreligion —, mais nous souhaitons que les chroniqueurs puissent interagir entre eux et avec l’invité présent en studio de 5h45 à 6h30.

Vitrail de l'église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d'Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:StJohnsAshfield_StainedGlass_GoodShepherd_Portrait.jpgProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Joël Burri, rédacteur responsable de Protestinfo revient sur la «crise» des ressources humaines au sein de l’Eglise évangélique réformée vaudoise.

Image: Jésus, le Bon Berger. Vitrail de l’église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d’Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie)

Qu’un employeur qui compte plus de 300 employés se sépare de deux personnes en période d’essai: cela arrive et cela ne fait, en principe, pas l’objet d’articles dans la presse. Et même en précisant qu’au cours des trois dernières années une demi-douzaine d’autres cas sont à signaler, il n’y aurait, en principe, pas de quoi émouvoir le moindre journaliste. En plus, il faut bien admettre qu’en matière de traitement médiatique, il y a plus intéressant à traiter qu’une fin de contrat. Que dire, qu’écrire, quand d’un côté on a un employeur tenu à une certaine réserve afin de respecter la sphère privée de l’employé dont il se sépare alors que de l’autre, le travailleur éconduit a toute latitude à laisser entendre toute sorte d’accusations.

smartphone utilisation CC0 via https://pixabay.com/fr/doigt-smartphone-%C3%A9cran-2056030/Les Eglises doivent s’engager dans la formation aux médias. Cet appel œcuménique a été lancé lors du 40e anniversaire des «journées de Stuttgart pour l’éducation aux médias».

Stuttgart (EPD/Protestinter). D’après les évêques wurtembergeois catholique Gebhard Fürst et protestant Frank Otfried July, les Eglises doivent plus que jamais s’engager dans une démarche pédagogique et éducative vis-à-vis des médias. Cette nécessité s’impose, car les médias numériques influencent la vie des gens de manière de plus en plus importante, et même difficile à évaluer, ont-ils tous deux déclaré mi-mars à Stuttgart. «Nous défendons une philosophie du “réfléchir avant de poster”», a dit Frank Otfried July, d’après un communiqué commun du diocèse catholique de Rottenbourg-Stuttgart et de l’Eglise régionale protestante du Wurtemberg.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo