×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Alimata TraoréAlors que 80% de la population au Mali travaille dans l’agriculture, des initiatives locales prônent l’agroécologie, la culture durable et la production de semences. Invitée dans le cadre de la campagne œcuménique, Alimata Traoré, présidente de la Convergence des femmes rurales pour la souveraineté alimentaire raconte leurs combats. Interview.

Photo: Alimata Traoré

Par Laurence Villoz

Réunissant plus de 4000 agricultrices maliennes, la Convergence des femmes rurales pour la souveraineté alimentaire (COFERSA) s’inscrit dans un processus de transition en valorisant la culture de produits régionaux sans pesticides et la production des semences locales. Maïs, millet, sorgo, tubercules, haricots, ces femmes cultivent toutes sortes de denrées pour nourrir les communautés. Rencontre avec Alimata Traoré, présidente de l’association.

Voeux larribe2Ingénieur minier au Niger pour la société française Areva, Daniel Larribe a été l’otage d’Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali pendant plus de trois ans. Enlevé avec sa femme et cinq autres personnes le 16 septembre 2010, il s’est retrouvé seul avec un compagnon d’infortune, Thierry Dol, lorsque sa femme a été libérée cinq mois et demie après l’enlèvement. Daniel et Françoise Larribe, étaient à Genève en décembre pour raconter, à l'équipe de Faut pas croire, trois ans d’une vie entre parenthèses, entre espoir et angoisse.  

Photo: Daniel Larribe sur le plateau de Faut pas croire (RTS religion)

Propos recueillis par Aline Bachofner, Médiaspro

Daniel Larribe, deux mois après votre libération, le 29 octobre, comment vous sentez-vous? 

Bien. Mais je n’ai pas encore vraiment atterri… J’ai trois ans d’ignorance à combler! Je n’ai eu aucun moyen de m’informer pendant ma détention et je ne sais presque rien de ce qui s’est passé en France et dans le monde. D’ailleurs, quand François Hollande m’a présenté sa compagne à la descente de l’avion, je suis resté sans voix… Je ne savais pas qu’il était avec Valérie Trierweiler!

Françoise Larribe, est-ce que vous avez retrouvé votre mari comme avant?

Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre! C’est toujours Daniel, mais il a acquis une autre dimension, une dimension plus sereine. Comme si trois ans de désert et de solitude lui avaient permis de faire le point. 

© 2018 Protestinfo