×

Message

Failed loading XML...
lundi, 03 juillet 2017 08:30

Cherche rabbin, désespérément

La synagogue de Lausanne en 2008 CC(by-sa) Archipat via https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Lausannesynagogue.jpgPour les communautés juives vivant hors d’Israël, se trouver un chef religieux relève parfois du parcours du combattant. Les difficultés rencontrées par les traditionalistes de Lausanne et les libéraux de Genève en sont la preuve.

Photo: La synagogue de Lausanne. CC(by-sa) Archipat 

Par Aline Jaccottet

Le 12 octobre, les juifs de Lausanne n’auront peut-être plus de rabbin. Lionel Elkaïm repart en effet vivre en Israël et il quittera ses fonctions au lendemain de la fête des Cabanes. Une commission de recherche composée de trois femmes et de cinq hommes a été désignée pour lui trouver un remplaçant. Sa mission semble friser l’impossible: il s’agit de dénicher un rabbin dont le titre soit reconnu, d’obédience orthodoxe, ayant au moins cinq ans d’expérience à la tête d’une communauté, le baccalauréat, une parfaite maîtrise des rites ashkénaze et séfarade et parlant parfaitement français.

9.5 sur l'echelle de luther capture d'écran de la vidéo de Sonia Zanou L’église Saint-François à Lausanne accueille une installation de l’artiste Sandrine Pelletier. Nonante-cinq échelles calcinées et deux vitraux incandescents évoquent la naissance du protestantisme, en écho à notre société actuelle.

Par Marie Destraz «Réformés»

Tels les vestiges d’un événement passé encore fumant et odorant, nonante-cinq échelles calcinées habillent l’église Saint-François, au cœur de Lausanne. Les bancs de bois ont été extraits de l’édifice de pierre pour laisser s’exprimer l’art. A l’occasion du jubilé de la Réforme et à l’invitation de l’Association hospitalité artistique à Saint-François, l’installation avant-gardiste 9.5 sur l’échelle de Luther, de l’artiste Sandrine Pelletier, fait écho aux prémices de ce mouvement, tout en étant cruellement actuelle.

mardi, 27 juin 2017 09:00

Le rabbin malgré lui

Lionel Elkaïm, rabbin de Lausanne. ©Jacques Berset, cath.chLa communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud (CILV) va devoir se trouver un nouveau guide: après vingt-et-un ans à Lausanne, Lionel Elkaïm retourne vivre en Israël. Retour sur le parcours d’un chef religieux qui n’avait pas cherché à le devenir.

Photo: Lionel Elkaïm, rabbin de Lausanne. ©Jacques Berset, cath.ch

Par Aline Jaccottet

Adieu Gruyère casher, week-ends de ski et tranquillité helvétique: cet automne, le rabbin Elkaïm fait son alyah, soit le «retour» en Israël pour les juifs sionistes. Un exercice dans lequel il est passé expert: c’est la troisième fois qu’il se lance et cette fois, il espère bien que ce sera un aller simple. Les raisons de son départ sont religieuses bien sûr – vivre en Israël est considéré comme un devoir pour de nombreux juifs pratiquants –, mais pas seulement.

«Le Blues de la tortue», Compagnie ParadoxeL’ancien temple devenu théâtre a présenté sa nouvelle saison. Quinze spectacles de théâtre, musique et danse sont à l’affiche entre octobre 2017 et mai 2018. Parmi ceux-ci, on compte cinq créations.

Photo: «Le Blues de la tortue», Compagnie Paradoxe, à voir en février 2018. 

Par Joël Burri

L’Espace culturel des Terreaux a intitulé sa saison 2017-2018 «Un bateau pour le rêve», pourtant derrière ce titre onirique, c’est bien aux questions de société que le programme laisse une large place. Violence conjugale, le lobbying dans les institutions politiques, l’antisémitisme, la recherche de ses racines ou la peur de la mort sont autant de thèmes abordés dans l’un ou l’autre des 15 spectacles proposés dès la rentrée dans l’ancien temple de la rue des Terreaux, à Lausanne.

mardi, 16 mai 2017 08:15

Lumières sur les Nuits des Eglises

La Cathédrale de Lausanne de nuit https://flic.kr/p/b1gcbDLausanne et Neuchâtel organisent leur Nuit des Eglises en mai. Deux rendez-vous pour découvrir des lieux et des communautés. 

Photo: La Cathédrale de Lausanne CC (by-nc-nd) Gustave Deghilage 

Par Marie Destraz (Réformés)

Trop souvent closes la journée, les églises ont choisi l’obscurité pour s’ouvrir. Lors de cet événement, les visiteurs se laissent tenter par la lumière qui s’échappe de ces lieux de culte chrétiens. Ils en foulent le parvis, attisés par la curiosité. En mai, les villes de Lausanne, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds organisent leur propre Nuit des Eglises. 

© 2017 Protestinfo