×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le débat sur la contraception bat son plein au Kenya. Un évêque veut interdire les contraceptifs pour augmenter le nombre d’enfants susceptibles de devenir prêtres.

Par Doreen Ajiambo, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Il n'y a rien d'étrange à ce qu'un évêque catholique romain au Kenya, un pays à prédominance catholique, demande l’interdiction des contraceptifs. Mais lorsqu’il justifie sa position par la pénurie importante de prêtres, cela suscite un débat plus large sur la taille de la famille et la pauvreté. «Je demande aux chrétiens d'avoir plus d'enfants et de ne pas avoir peur des questions économiques», a recommandé l’évêque Paul Kariuki aux catholiques, lors d'une cérémonie d'ordination à la cathédrale Saint-Pierre et Paul à Nembu, en novembre dernier. «Ayons une grande famille de trois, quatre, cinq ou plus d’enfants afin que nous ayons des personnes pour servir notre pays.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Légalisée depuis quatre ans, la polygamie séduit de plus en plus de chrétiens au Kenya. Toutefois, la majorité des Églises s’y oppose.

Par Tonny Onyulo, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Tout en sirotant son café devant chez lui, dans un bidonville à Kibera, James Oketch a autant de raisons de soutenir la polygamie qu’il a de femmes. «Je suis fier de ma grande famille. C’est une bénédiction de Dieu. Nous ne devrions pas considérer cette pratique comme un péché», affirme ce menuisier de 49 ans, marié trois fois et père de 13 enfants. «La Bible ne condamne nulle part la polygamie», ajoute James Oketch qui assiste à la messe de l’Église catholique Christ the King, chaque dimanche, malgré la désapprobation du prêtre.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Au Kenya, les dirigeants chrétiens et musulmans et des représentants gouvernementaux appellent les entreprises pharmaceutiques mondiales à fabriquer plus de médicaments adaptés aux enfants atteints du VIH et de la tuberculose.

Par Frederick Nzwili, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Alors qu'ils s'engagent à ouvrir des églises et des mosquées aux enfants atteints du VIH et de la tuberculose, les dirigeants chrétiens et musulmans du Kenya ont exhorté, mardi 20 novembre, les entreprises pharmaceutiques mondiales à fabriquer davantage de médicaments qui soient adaptés aux enfants. L'appel a été lancé à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance, instituée par les Nations Unies en 1954 pour sensibiliser la communauté internationale aux problèmes de l'enfance dans le monde entier et améliorer leur bien-être.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Un jeune couple s’est vu interdit de se marier à l’Église, car la jeune femme était séropositive. Bien que la loi kenyane condamne cette décision, certains pasteurs persistent à stigmatiser les personnes touchées par le VIH.

Par Frederick Nzwili, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Un pasteur pentecôtiste de la ville de Bahati, dans l’ouest du Kenya, a déclenché l’indignation en refusant de célébrer le mariage d’un jeune couple jusqu’à ce qu’il se soumette à sa demande de dépistage du VIH, le virus responsable du sida. Le pasteur Jesse Karanja, chef de l’Église de la Maison de prière Mizpah, a insisté pour que Joyce Waithera et Paul Waithaka subissent des tests du VIH et de grossesse alors que des invités anxieux et des parents ont attendu dans l’église pendant plus de huit heures. Lorsque les résultats du test ont indiqué que Joyce Waithera était séropositive et enceinte, Jesse Karanja a refusé de célébrer le mariage, selon les médias locaux.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

la carte de la forêt MauDes expulsions de masse dans la forêt Mau au Kenya divisent les responsables religieux. Si tout le monde s’accorde sur la préservation de l’environnement, les mesures d’évacuation sont qualifiées, par certains, d’inhumaines.

Photo: La forêt Mau ©RNS/Google Maps

Par Fredrick Nzwili, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Quand les gardes forestiers sont arrivés au Complexe de la forêt Mau (Mau Forest Complex), au Kenya, en juin dernier pour procéder à des expulsions massives, les occupants ont pris peur et ont commencé à partir. Ils ont cherché refuge dans des églises, des écoles et des centres commerciaux, alors que la fumée s'élevait de leurs maisons rasées. Des édifices religieux, des collèges et des récoltes ont été brûlés lors de cette opération de nettoyage mise en place par le gouvernement dans le but de sauver la principale source d’approvisionnement d'eau.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Page 1 sur 4
© 2019 Protestinfo