×

Message

Failed loading XML...
lundi, 11 septembre 2017 08:10

Donner la parole à ceux qui protestent

Le temple de MartignyEn clin d’œil au réformateur Martin Luther, le «Festival protestation» accueille cinq spécialistes qui se battent pour une cause actuelle telle que l’inclusivité des minorités, la justice ou l’écologie. Du 12 septembre au 9 octobre, à Martigny.

Photo: Le temple de Martigny

Par Laurence Villoz

«Nous avons invité des personnes engagées et qui protestent aujourd’hui», explique le pasteur Pierre Boismorand de l’Eglise réformée évangélique du Valais. Dans le cadre des événements autour du 500e anniversaire de la Réforme, la paroisse du Coude-du-Rhône à Martigny organise un cycle de cinq conférences du 12 septembre au 9 octobre. Le «Festival protestation» donne la parole à des personnes qui défendent une cause comme les libertés religieuses, l’écologie, la justice ou encore l’accueil des minorités.

Roger GannamDes organisations juridiques chrétiennes conservatrices utilisent des stratégies agressives pour promouvoir leurs valeurs morales et s’opposer à la protection des droits des LGBT.

Photo: Roger Gannam © RNS/AP Photo/Timothy D. Easley

Par Kelsey Dallas (RNS/Protestinter)

Salt Lake City –  Roger Gannam cite la Bible pour définir la mission de son entreprise. Ce ne serait pas étonnant s'il travaillait dans une Eglise ou pour la soupe populaire. Mais Roger Gannam travaille pour un cabinet d'avocats, il attaque des personnes en justice et représente celles qui ont été poursuivies. Son employeur, Liberty counsel, défend les intérêts chrétiens conservateurs dans les cas liés à la sainteté de la vie, aux valeurs familiales et à la liberté religieuse. «Nous cherchons à aider les chrétiens à se prévaloir de leurs droits du Premier amendement pour vivre selon leurs valeurs», a expliqué Roger Gannam, vice-président adjoint aux affaires juridiques de l'entreprise, à Orlando, en Floride.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

RNS RUSSIA EXTREMISM ©Reuters/RNSLa Cour suprême russe a formellement qualifié les témoins de Jéhovah d’organisation extrémiste, selon les médias russes. Le mouvement est désormais interdit sur le territoire et ses biens seront saisis.

Photo: Des piles de fascicules des témoins de Jéhovah lors d’un précédent procès en 2010. © Alexandr Tyryshkin/Reuters/RNS

Par Doug Stanglin «USA Today»/RNS/Protestinter

Après six jours d’audition, la Cour suprême russe a ordonné jeudi 20 avril la fermeture du quartier général national des témoins de Jéhovah ainsi que des 395 salles du Royaume disséminées dans le pays. Les témoins de Jéhovah sont une menace pour la Russie, selon la procureure du Ministère de la Justice, Svetlana Borisova, citée par l’agence Interfax. «Ils menacent les droits des citoyens ainsi que la sécurité et l’ordre publics», a-t-elle déclaré devant la cour. La procureure a également souligné qu’en refusant les transfusions sanguines, le mouvement enfreint les lois sanitaires russes.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar via https://flic.kr/p/5j53H4

Le verdict était attendu pour mi-novembre, mais c’est pourtant ce vendredi que le Conseil synodal a annoncé au Synode et par communiqué que le Tribunal des Prud’hommes n’avait retenu «aucune charge contre lui» dans l'affaire qui l'opposait à un de ses ex-ministres.

Photo: Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar

«Le Conseil synodal constate avec soulagement que le cadre réglementaire de l’EERV et la gestion RH qui en a découlé dans l’affaire qui l’opposait au pasteur Daniel Nagy sont conformes au droit du travail et qu’aucune charge n’est retenue contre lui», a communiqué l’exécutif de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) par oral devant le synode (organe délibérant) et par communiqué.

Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar via https://flic.kr/p/5j53H4 Maltraité par les ressources humaines ou entêté dans un projet irréaliste. Ce sont ces deux réalités qui ont été dépeintes durant les plaidoiries devant le tribunal des prud’hommes dans une affaire opposant un pasteur licencié à l’Eglise réformée vaudoise.

Photo: Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar

Par Joël Burri

Deux perceptions très différentes des évènements ont été présentées au Tribunal des prud’hommes de Lausanne, mercredi soir, lors de la troisième soirée d’audience dans le conflit de travail opposant l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) à Daniel Nagy, pasteur licencié en 2014, aujourd’hui employé par l’Eglise réformée fribourgeoise. Durant cette dernière audience, les avocats ont présenté leurs plaidoiries.

© 2017 Protestinfo