×

Message

Failed loading XML...
vendredi, 08 septembre 2017 08:10

Une semaine à l’écoute de Dieu

Un homme priant https://flic.kr/p/Fk3wyWLa pasteure Hetty Overeem appelle les croyants de toutes confessions à consacrer la semaine précédant le jeune fédéral pour «accueillir Dieu gratuitement» dans nos vies.

Par Joël Burri

«On demande toujours beaucoup de choses à Dieu, mais on prend rarement le temps d’écouter ce qu’il veut pour son Eglise», explique la pasteure de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) Hetty Overeem. Avec un groupe de croyants de diverses confessions de «la grande famille chrétienne», elle propose donc de cheminer vers le jeûne fédéral dans le jeûne et la prière.

groupe de jeûne unil epfl ©Caroline Amberger/ProtestinfoQuinze étudiants de l’université et de l’école polytechnique de Lausanne ont pratiqué une semaine de jeûne dans le cadre du carême, en partenariat avec la campagne œcuménique de Pain pour le prochain et Action de carême et sous la supervision de l’aumônerie des hautes écoles. Trois étudiants racontent cette expérience.

Photo: de gauche à droite: Guillaume, Noémie et Diane (étudiants) et Alexandre Gravend (aumônier).

Par Caroline Amberger

Diane est une habituée de cette pratique. Etudiante en génie électrique à l’EPFL, elle a décidé cette année de répondre à l’invitation faite aux étudiants par les aumôniers de l’université et de l’école polytechnique de Lausanne. «La dimension du groupe a été magique pour moi, d’habitude je pratique seule». Une découverte pour cette scientifique qui souhaite travailler dans les énergies renouvelables. «Nous sommes ensemble dans la même galère», explique-t-elle. «La question de l’alimentation et du jeûne pour la terre — thème de la campagne œcuménique — est une dimension importante pour moi. Parfois difficile à faire comprendre à l’entourage qui peut même s’inquiéter d’une telle pratique».

Sept jours de jeûnes rompus par une pomme ©Protestinfo/jobPrésent dans de nombreuses religions et confessions, le jeûne est plutôt rare chez les protestants. Pourtant, Jésus, lui-même avait jeûné dans le désert, selon les textes bibliques. Le point avec la théologienne Martina Schmidt, secrétaire romande de Pain pour le prochain, l’une des rares ONG protestantes qui –dans le cadre de la campagne œcuménique– invite à cette pratique durant le carême.

Par Joël Burri

Le délaissement de la pratique du jeûne chez les protestants est dû à l’opposition des réformateurs aux «dérives de l’Eglise de leur époque», explique Martina Schmidt, secrétaire romande de Pain pour le prochain. Les réformateurs rejetaient, en effet les pratiques d’autojustification. «Toute ma vie est pénitence», écrivait Luther fermant ainsi la porte à toute pratique de pénitence.

jeudi, 06 mars 2014 08:15

Ça jeûne et ça ne fait rien!

Un verre d'eau et c'est tout! Photo: Joël Burri Alors que débute le Carême, Olivier Bauer, professeur de théologie pratique à l’Université de Montréal et directeur du Groupe de recherche sur l’alimentation et la spiritualité (GRAS), cherche à plaire à l’immense majorité de celles et ceux qui ne le font pas et à déculpabiliser les chrétiens qui éprouveraient quelques remords à en faire partie.

À quoi bon jeûner? À quoi bon se priver? À quoi bon suivre le Carême, faire le Ramadan, respecter la Cacherout? À quoi bon se priver pour toujours, pour un mois, pour un jour? À quoi bon s'interdire la viande mais s'autoriser le poisson? À quoi bon s'interdire le porc, mais s'autoriser le bœuf? À quoi bon renoncer au sucre, parce qu'il est solide, mais consommer du sirop d'érable parce qu'il est liquide? À quoi bon se permettre de manger la nuit, mais s'obliger à jeûner le jour? À quoi bon se refuser un steak le vendredi? À quoi bon manger gras le mardi et maigre le mercredi? À quoi bon être végétarien, végétalien ou frugivore? À quoi bon faire preuve de tempérance? À quoi bon consommer avec modération? À quoi bon manger cru, manger moins, manger rien?

tarte aux pruneauxreformiert.info/ProtestInfo - L'an dernier, 119 parlementaires ont signé un appel pour une 'revitalisation' du Jeûne fédéral. Appel entendu puisqu'un grand rendez-vous oecuménique d'envergure nationale est organisé pour la première fois à Berne samedi soir.

Le Jeûne fédéral? «Je crois que c’était autrefois une journée sans voitures.» - «Ma grand-mère faisait toujours la première tarte aux pruneaux de la saison.» - «N’est-ce pas un jour de recueillement ordonné par l’État?» Trois réponses, choisies au hasard, à une question simple: «Qu’est-ce, en fait, que la ‘Journée du Jeûne fédéral'?» Ces réponses montrent au moins une chose: plus personne ou presque ne sait exactement ce qu’on célèbre concrètement à la mi-septembre, et cela bien que le «Jeûne», comme on a l’habitude de l’appeler pour simplifier, soit un jour 'férié' dans plusieurs cantons.

© 2017 Protestinfo