×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mardi, 12 mars 2019 16:08

L’humilité crucifiée par Zaric

De mars à juin, l’art s’invite dans les murs de l’église Saint-François à Lausanne avec le projet «Passions Zaric». Des artistes se réunissent et créent autour de la dernière œuvre du sculpteur Nikola Zaric, un Christ à la tête d’âne.

Par Marie Destraz

Les bras en croix, il flotte au-dessus du sol avec la légèreté d’un funambule que son corps de bronze n’entache pas. Dans son fragile équilibre, le Christ est retenu par une tige en fer. Il a le corps d’un homme et la tête d’un âne. Le «Christâne» est l’ultime œuvre du sculpteur suisse Nikola Zaric, décédé en 2017. Les Lausannois connaissent l’œuvre de Zaric au travers de ces sculptures à hauteur d’homme, mi-humaine, mi-animale. Il nous surprend ici avec ce bronze de 18 cm. À tel point qu’il faut fouiller du regard l’immensité de l’église Saint-François avant d’apercevoir dans le coeur, le crucifié sans croix. Une dernière demeure comme le stigmate d’un rêve à jamais inachevé, celui d’un projet que Nikola Zaric ne réalisera pas. En effet si cette œuvre est de si petite taille, c'est qu'il s'agit d’une ébauche préparatoire d'une sculpture monumentale que le créateur n'a pas eu le temps de produire.

mercredi, 13 février 2019 16:51

Clichés du Christ

Les photographes contemporains ont réinvesti la figure du Christ pour transmettre des messages engagés au public. Nathalie Dietschy, docteure en lettres et auteure de l’ouvrage «Le Christ au miroir de la photographie contemporaine» s’est penchée sur le sujet lors d’une conférence à l’Espace culturel des Terreaux, à Lausanne, le 11 février dernier.

Par Marie Destraz

Les cheveux longs, la raie au milieu du crâne, une barbe, une moustache et un teint pâle. Ces traits sont généralement ceux que l’on attribue à la figure de Jésus. Longtemps restée la chasse gardée des artistes religieux, la figure de Jésus entre dans le champ profane dès la fin du XIXe siècle. Les photographes contemporains s’en emparent pour la détourner et transmettre un message revendicateur. «La figure de Jésus devient militante, porte-parole d’une cause, le plus souvent en faveur des populations minoritaires ou marginalisées», explique Nathalie Dietschy, docteure en Lettres de l’université de Lausanne, spécialiste de la photographie et auteure de l’ouvrage «Le Christ au miroir de la photographie contemporaine», (Ed. Alphil, 2016), lors d’une conférence à l’Espace culturel des Terreaux à Lausanne le 11 février dernier.

vendredi, 08 juillet 2016 08:15

Elise Cairus: «Dieu aussi a de l’humour!»

Elise CairusDans «l’humour des Evangiles», Elise Cairus propose quinze passages des Evangiles où elle a décelé quelques traces de fantaisies et d’esprit. Dans une époque où l’ironie sur la religion est toujours plus cadrée, ce livre montre subtilement l’humour biblique.

Photo: Elise Cairus DR

Par Emmanuelle Jacquat

Le premier livre d’Elise Cairus, doctorante en théologie pratique, l’humour des Evangiles, n’est pas un livre de blagues et s’adresse avant tout à un public large. Il présente quinze passages bibliques choisis par l’auteure où la Bonne Nouvelle et le second degré se marient avec subtilité. Interview.

Jésus enseigne dans les synagogues. James Tissot (1836-1902)

Les juifs et les chrétiens doivent pouvoir connaître la religion de l’autre. Les derniers doivent comprendre le judaïsme, afin de mieux connaître la vie de Jésus, sa pensée et aussi le contexte dans lequel il a évolué. Et les juifs devraient aussi avoir une certaine connaissance du christianisme. C’est ce que déclare le rabbin Evan Moffic.

Image: Jésus enseigne dans les synagogues. James Tissot (1836-1902)

Par Brandon Ambrosino, RNS/Protestinter

Imaginez un texte sur les religions du monde, qui pose cette question: qui a créé le christianisme? Jésus, non? Faux! C’est ce qu’a fait le rabbin Evan Moffic, auteur du livre «What Every Christian Needs to Know About the Jewishness of Jesus» (Ce que chaque chrétien doit savoir sur la judéité de Jésus). Jésus a vécu, est mort et ressuscité, en étant juif. Ses croyances et pratiques, comprenant son amour de Dieu et du prochain, ont été formées dans un environnement juif. Finalement, les enseignements de Jésus et les écrits au sujet de sa vie, de sa mort et de sa résurrection se sont développés dans le christianisme. Mais plusieurs chercheurs ne croient pas que Jésus a vu sa vocation comme une création d’une nouvelle religion.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

jeudi, 25 février 2016 08:15

Mais qui était vraiment Jésus?

Cours sur le Jésus historiqueDivinisé par certains, rejeté par d’autres, Jésus Christ a-t-il réellement existé? L’Université de Genève propose un cours public sur le Jésus historique de mars à mai 2016. 

Par Laurence Villoz

Figure centrale du christianisme, dont la vie a été illustrée à maintes reprises sur le grand écran depuis les débuts du cinéma, tour à tour super héros, révolutionnaire ou marginal, Jésus Christ intrigue et fascine depuis plus de 2000 ans. Mais qui était-il? L’Université de Genève organise, à partir du jeudi 3 mars, un cours public hebdomadaire dédié à la recherche du Jésus de l’histoire, dispensé par une dizaine d’éminents chercheurs. Protestinfo a rencontré le professeur Andreas Dettwiler, spécialiste du Nouveau Testament et organisateur de l’événement.

Jésus a-t-il réellement existé?

Cela ne fait raisonnablement aucun doute. Toute une série d’arguments et de sources soutiennent cette position. Dès la fin du XVIIIe siècle, on a pourtant essayé ici ou là de démontrer le contraire à travers la thèse d’un Jésus complètement imaginaire. Cette thèse n’a pas pu s’imposer dans les milieux académiques, indépendamment des convictions personnelles et des appartenances confessionnelles des chercheurs.

Page 1 sur 2
© 2019 Protestinfo