×

Message

Failed loading XML...

Une plage de Tel-Aviv ©Dana Friedlander/Ministère israélien du Tourisme via https://info.goisrael.com/en/all-themesnatureotherrecreation-and-leisure-6681_-umbrellas-beach-_-tel-aviv-177721L’ouverture de lignes aériennes et le terrorisme en Europe ont amené les touristes en nombre en Israël depuis 2017. Un afflux qui crée des défis considérables en termes d’infrastructures et pourrait changer l’offre du secteur.

Photo: Une plage de Tel-Aviv ©Dana Friedlander/Ministère israélien du Tourisme

Par Aline Jaccottet

Il est des coins du monde où le salut vient du Ciel. À Jérusalem, Bethléem ou Nazareth, c’est plus qu’une métaphore biblique depuis qu’en 2012, un accord appelé «Open Sky» a permis l’ouverture de lignes directes entre Tel-Aviv et toutes les capitales européennes. La soudaine accessibilité et les prix défiant toute concurrence ont drainé des curieux qui jusque-là, n’auraient pas pensé à venir passer leur week-end sur la «taielet», la plage de Tel-Aviv. Résultat, le nombre de touristes a grimpé de 25%, une très bonne nouvelle pour un secteur qui a connu des phases difficiles, violences issues du conflit israélo-palestinien obligent.

Des manifestants devant le Saint-SépulcreLe maire de Jérusalem, Nir Barkat, veut que les Églises chrétiennes paient des impôts sur leurs propriétés qui ne sont pas de lieux de cultes. Un accord établi lors de la création d’Israël les exempte de taxes financières.

Photo: Des manifestants devant l’église du Saint-Sépulcre © RNS/AP Photo/Tsafrir Abayov

Par Michele Chabin, RNS/Protestinter, Jérusalem 

Trouver un équilibre entre les besoins concrets de la ville sainte qui fait face à des difficultés financières et les besoins des nombreuses institutions qui forment son riche patrimoine religieux n'est pas une tâche facile. Cet équilibre a été bouleversé le mois dernier, selon les dirigeants des Églises chrétiennes. Ils ont reçu des factures d'impôts fonciers totalisant des millions de dollars, applicables à toutes les propriétés de l'Église qui ne sont pas de véritables lieux de culte. La levée de ces impôts a été menée par le maire Nir Barkat, qui veut consolider la petite assiette fiscale de la ville.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Des réfugiés manifestent contre leur expulsionÀ la suite de la décision de Benjamin Netanyahu de renvoyer tous les demandeurs d’asile africains dans leur pays, des rabbins se mobilisent pour leur offrir un asile ecclésiastique.

Photo: Des réfugiés manifestent contre leur expulsion RNS/AP Photo/Oded Balilty

Par Michele Chabin (RNS/Protestinter)

Jérusalem – Inspirée par les différents mouvements qui ont prôné le droit d’asile ecclésiastique à travers l’histoire, une femme rabbin reconnue en Israël a demandé à ses confrères de proposer des lieux refuges pour près de 40'000 demandeurs d’asile africains qui risquent d’être déportés par le gouvernement. Le rabbin Susan Silverman, sœur aînée de l’actrice américaine Sarah Silverman, est une activiste communautaire basée à Jérusalem. Par le passé, elle s’est faite arrêter pour avoir demandé que les femmes aient la permission de lire la Torah au pied du Mur des Lamentations.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Petite annonce dans le «Wall Street Journal» du 1er juin 1954. DRLe rabbin A. James Rudin conseiller sur les questions interreligieuses au sein du Comité juif américain relate comment l’état d’Israël qui était tenu à l’écart des célèbres manuscrits put acquérir quatre parchemins.

Par A. James Rudin, RNS/Protestinter

Image: Petite annonce dans le «Wall Street Journal» du 1er juin 1954. DR

Pour beaucoup, l’éducation biblique avec ses langues mortes et ses textes anciens est vraiment ennuyeuse. Mais les manuscrits de la mer Morte parviennent généralement à susciter un regain d’intérêt. Ils ont été trouvés par des bergers bédouins en 1947 dans le désert de la Judée, près de Jérusalem. La découverte, il y a 70 ans, de ces anciens textes religieux juifs a immédiatement passionné et titillé les imaginations autour de société secrète et d’intrigues dignes des plus grands romans.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Mur Lamentations drapeau CC(by-nc-nd)Leah L via https://flic.kr/p/3kWcV6L’accord concernant la création d’un espace de prière pluraliste a été négocié pendant trois ans, mais sous la pression des orthodoxes le gouvernement israélien l’a rompu. Les communautés juives américaines prévoient de contre-attaquer par de la communication en faveur de la pluralité au sein du judaïsme.

Photo: Le mur des Lamentations CC(by-nc-nd)Leah L

Par Michele Chabin, Jérusalem, RNS/Protestinter

Les dirigeants juifs américains ont été scandalisés par la décision récente du gouvernement israélien de rompre l’accord qui prévoyait la création financée par l’Etat d’un espace de prière pluraliste devant le mur des Lamentations. Ils ont l’intention de plaider leur cause directement devant le public israélien. «Nous voulons que la communauté juive d’Israël comprenne pourquoi nous sommes fâchés», explique Jerry Silverman, président et directeur des Fédérations juives de l’Amérique du Nord. «Il ne s’agit pas ici d’une question conservatrice ou réformiste. C’est une question juive, une question d’unité.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo