×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

peace builder CC(0) via https://pixabay.com/fr/la-paix-peacebuild-2288958/Les 193 états membres de l’ONU ont instauré une «Journée internationale du vivre ensemble en paix», en décembre dernier. Elle sera célébrée ce 16 mai pour la première fois. Différents événements se déroulent en Suisse romande à cette occasion.

Par Laurence Villoz

«C’est un signal très fort, qui montre qu’il y a un désir de paix partout dans le monde», s’enthousiasme Catherine Touaibi, porte-parole de l’Association internationale soufie Alâwiyya (AISA) Suisse. Pour la première fois, la «Journée internationale du vivre ensemble en paix» sera célébrée le 16 mai. Sur une idée du Cheih Khaled Bentounes, président d’honneur d’AISA ONG Internationale, la résolution a été adoptée à l’unanimité par les 193 états membres de l’ONU en décembre dernier.

Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/Shafin Jahan/FacebookLes couples de religions et castes différentes n’ont jamais eu la vie facile en Inde, mais depuis que le parti Bharatiya Janata est arrivé au pouvoir en 2014, les violences se sont faites de plus en plus nombreuses

Photo: Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/

Par Bhavya Dore, RNS/Protestinter, Mumbai, Inde

Quand un homme musulman et sa femme qui a grandi dans l’hindouisme sont tombés amoureux après une rencontre en ligne, ils se doutaient bien qu’il y aurait des ennuis avec leurs familles. Ils étaient loin de se douter que cela irait jusqu’à un kidnapping. Craignant pour leur vie, ils ne souhaitent pas que leurs noms apparaissent.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Jurgen LottSpécialiste en pédagogie de la religion à l’Université de Brême, le professeur Jürgen Lott s’intéresse au rapport que les jeunes entretiennent avec la religion. Interview.

Photo: Jürgen Lott DR

Par Holger Wetjen

Dans un lycée de Brême, deux garçons de treize ans discutent de religions et de prières pendant la récréation. Ils découvrent qu’ils ont la même façon de parler avec Dieu. C’est plus tard seulement qu’ils apprennent que l’un vient d’une famille musulmane, l’autre d’une famille protestante. Leur dialogue n’est pas «interreligieux» puisque celui-ci aurait pour condition que les élèves aient conscience de leur appartenance différente. C’est un dialogue religieux interpersonnel. Jürgen Lott, professeur émérite en pédagogie de la religion à l’Université de Brême pose un regard d’expert sur ce genre de phénomènes.

Des bougies https://flic.kr/p/dZf3YzDepuis deux décennies, l’Arzillier-Maison du dialogue promeut les échanges entre les différentes religions. Pour marquer le coup, l’association située à Lausanne organise une soirée d’anniversaire le 17 mars prochain.

Photo: CC (by-nc) Pandorine Box 

Par Laurence Villoz

Chrétiens, musulmans, bouddhistes, juifs, bahà’ie, hindous. L’Arizillier-Maison du dialogue rassemble depuis 20 ans des membres de multiples religions. Constituée le 17 mars 1998 à Lausanne, cette association interreligieuse a pour vocation non seulement de favoriser les échanges entre différentes religions, mais aussi au sein d’une même confession entre les différentes mouvances.

armée suisse paysage CC(by-nc-nd) Bruno Hotz via https://flic.kr/p/y4TyiLui-même aumônier de l’armée suisse, Matthias Inniger a défendu en 2016 une thèse en théologie protestante sur la question des aumôniers de confession musulmane. Se basant sur la parabole du bon Samaritain, sur son expérience de terrain et sur la pratique de plusieurs armées étrangères, il en conclut que d’un point de vue protestant, la mise sur pied d’une aumônerie multireligieuse est souhaitable.

Photo: CC(by-nc-nd) Bruno Hotz

Propos recueillis par Joël Burri

Vous avez consacré une thèse à la question des aumôniers militaires musulmans. La problématique est-elle si aiguë que cela?

Notre société a changé et les aumôniers des hôpitaux, des maisons de retraite, des prisons ou de l’armée en sont les témoins privilégiés. Comme aumônier militaire de 2002 à 2015, je me suis rendu compte que les musulmans qui représentent environ 5% de la population sont bien présents sous les drapeaux. Ils y voient une excellente possibilité d’intégration. L’armée ne tient pas de statistiques sur l’origine culturelle et religieuse de ses soldats et gradés, mais on peut estimer que 5 à 10% des effectifs sont issus de familles musulmanes. De façon similaire à la pratique des soldats chrétiens, rares sont les militaires musulmans qui vont régulièrement à la mosquée. Cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas intéressés par la religion ou par la spiritualité, mais ils ne veulent pas passer pour «le chrétien» ou le «le musulman» de la compagnie. A 20 ans, on est dans une période particulière de sa vie: on vient peut-être de quitter la maison et l’on est content de ne pas être immédiatement catalogué.

© 2018 Protestinfo