×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Plusieurs cloches avec des symboles nazis ont suscité la polémique en Allemagne. Celle d’Essingen sera changée d’ici quelques mois.

Essingen (EPD/Protestinter). La «cloche d'Hitler» dans la chapelle Wendelinus à Essingen sera remplacée d’ici Pentecôte. «Une nouvelle cloche devrait sonner pour la première fois lors d'un service œcuménique pour commémorer les victimes du nazisme», a expliqué le pasteur d’Essingen, Richard Hackländer, à l’agence de presse protestante allemande (EPD), fin décembre. La communauté locale d'Essingen, l’association Saint Wendelinus et les paroisses protestante et catholique qui se partagent la chapelle se sont mises d'accord.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Habitant de Goma en République démocratique du Congo, le pasteur et professeur de théologie, Vincent  Muderhwa, dénonce une situation de tension et de conflits alarmants dans son pays. Actuellement à l’Université de Genève pour terminer une recherche académique, il appelle à l’aide internationale. Interview.

Par Laurence Villoz

Quelle est la situation actuelle dans la ville de Goma?

À la périphérie de la ville, des conflits font rage. De plus, un fort exode rural rend la vie socio-économique dans la ville intenable. Cette instabilité dure depuis près de deux décennies, notamment dans l’est du pays, avec des conséquences dramatiques sur les plans socioculturels, mais également politiques et économiques. Des milices et des groupes armés s’affrontent dans différents coins de la province, mais on ne peut pas considérer cela comme une guerre tribale.

Affiche pour des donuts https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Doughnut_Dollies_1918_France.jpgChaque premier vendredi du mois de juin est consacré aux donuts, ces beignets ronds et sucrés. Instaurée par l’Armée du salut à Chicago pour remercier les femmes qui avaient donné ces douceurs aux soldats pendant la Première Guerre mondiale, cette journée célèbre probablement ses 80 ans cette année.

Photo: Les femmes qui distribuaient des donuts aux soldats LDD

Par Laurence Villoz

Sucré, gras, recouvert de glaçage et parfois même fourré, le donut a quelque chose du plaisir coupable. «C’est typiquement une nourriture de réconfort», explique Olivier Bauer, professeur de théologie pratique et spécialiste de la valeur spirituelle de l’alimentation. Chaque premier vendredi du mois de juin est consacré à ce beignet en forme de bouée. Cette année, la Journée du donut, particulièrement populaire aux États-Unis sous le nom de National doughnut day, aura lieu le 1er juin.

Série: «La transmission de la mémoire de la Shoah»

Paulette AngelPaulette Angel, née Rosenberg, est une rescapée. Un témoin. Originaire d’une famille juive de Metz, elle tente de gagner la Zone libre en 1942. Dénoncée par ses passeurs, elle sera emprisonnée par les Allemands et déportée à Drancy.

Photo: Paulette Angel

Par Laurence Villoz et Guillaume Henchoz

Lorsque nous avons décidé de démarrer cette série d’été sur les enjeux de la transmission de la mémoire autour de la Shoah, nous voulions consacrer un chapitre de notre investigation aux familles de rescapés et donner la parole aux survivants. Au début de l’été, nous avons rencontré Paulette Angel, née Rosenberg, en 1927 à Metz. C’est une survivante.

hacksaw ridge ©Metropolitan films Tu ne tueras point de Mel Gibson retrace l’histoire du premier objecteur de conscience de l’armée américaine à avoir été décoré de la Médaille d’honneur pour sa bravoure durant la bataille d’Okinawa.

Par Myriam Bettens

Le pilonnage sans répit des troupes ennemies s’est calmé, Desmond Doss interpelle Dieu sur la falaise de Maeda durant la bataille d’Okinawa. Cette ultime bataille à laquelle les ministres des Cultes catholiques, réformés et évangéliques de Suisse romande ont été conviés à participer par l’entremise d’une projection en avant-première du film de Mel Gibson. Un film qui sortira le 1er février sur les écrans romands et qui retrace le parcours de Desmond Doss, premier objecteur de conscience à avoir été décoré au combat. L’avant-première de Tu ne tueras point s’est déroulée sous les auspices de trois médias chrétiens de Suisse romande au cinéma Odéon de Morges, la projection s’est poursuivie par une table-ronde à laquelle était conviés trois intervenants: Le capitaine aumônier Jean-Marc Savary, John Graz qui dirige le Département des affaires publiques et de la liberté religieuse au sein de l’Eglise adventiste mondiale ainsi que Michael Mutzner, secrétaire général adjoint du Réseau évangélique suisse.

© 2019 Protestinfo