×

Message

Failed loading XML...

Une croix https://flic.kr/p/6G4WMGUne récente enquête montre que les jeunes ont une vision factuelle des religions. Les préjugés arrivent plus tard.

Photo: CC (by-nc-nd) Steluma

Par Laure Salamon, Réforme

La nouvelle est plutôt bonne! Les jeunes interrogés par Coexister, mouvement interconvictionnel des jeunes, ont peu de préjugés sur les religions. Pour arriver à cette conclusion, l'association a exploité ses fiches sur le rapport entre les jeunes et les religions. Les formateurs les font remplir aux élèves lors des ateliers de sensibilisation menés depuis deux ans, dans les collèges et lycées. Les élèves doivent choisir parmi quatre colonnes qui représentent une religion ou conviction. Ils entourent le symbole dont ils se sentent le plus proches (une croix, un croissant, une étoile de David ou AT pour athéisme). Puis, en quelques minutes, ils écrivent jusqu’à trois mots pour la conviction entourée et pour les autres.

Paray Le Monial ©Caroline ambergerLa communauté du renouveau charismatique catholique de l’Emmanuel à Paray-le-Monial (9000 habitants) en Bourgogne accueille plus de 200’000 pèlerins durant l’année. Six sessions d’une semaine ont lieu l’été et rassemblent à elles seules 30’000 participants. Accompagnement spirituel pour les homosexuels, camps Optimum destinés à la revirilisation masculine ou semaines de la bioéthique sont des thèmes proposés. Reportage

Par Caroline Amberger

Il est 8h30 du matin et la petite ville de Paray-le-Monial semble déjà en effervescence. D’énormes barnums ont pris place sur le parc du Moulin Liron attenant à la basilique. Un parking de voitures et de camping-cars orne l’entrée de ce festival religieux. Louanges, messes et veillées rythment les longues journées. Au choix des carrefours abordant des thématiques comme éducation, bioéthique, famille, sexualité, engagement chrétien dans la société. Des familles bon chic bon genre en shorts et mocassins à glands déambulent, beaucoup de jeunes et d’enfants sont sur le site. Les louanges, chants des missions évangéliques commencent à 9h. Chauffage de la salle digne d’un concert pop, l’ambiance monte rediffusée sur écrans géants. Les bras se lèvent, certains parlent en langue.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

lundi, 26 juin 2017 08:30

Pourquoi je suis devenu protestant

L’Eglise des Billettes, au centre de Paris ©Holger WetjenEn France et en Allemagne, les jeunes adultes découvrent l’Eglise Protestante: âgés de 20 à 40 ans, ils veulent se détacher du matérialisme, se recentrer sur le présent, améliorer la relation humaine— six néo-protestants expliquent pourquoi ils sont devenus protestants Photo: L’Eglise des Billettes, au centre de Paris, attire les jeunes gens.

Par Holger Wetjen (texte et photo)

En France, un protestant sur cinq n’était pas protestant auparavant, mais il l’est devenu, selon une enquête de l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Sur cent de ces néo-protestants, 59 étaient auparavant catholiques, 28 sans religion, 11 d’une autre religion et 2 étaient musulmans. En Allemagne du Nord, l’Eglise Protestante est en croissance: dans l’Eglise du Nord (qui couvre Hambourg, le Land de Schleswig-Holstein et celui du Mecklembourg), le nombre de personnes qui sont entrées dans l’Eglise Protestante a augmenté de 3017 personnes en 2014 à 3140 personnes en 2015. En même temps, les protestants qui sont membres de l’Eglise hésitent de plus en plus à quitter l’Eglise: le nombre de personnes qui ont quitté l’Eglise Protestante a reculé en 2015 d’un quart en comparaison avec l’année 2014.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Emmanuelle Seyboldt via https://www.youtube.com/watch?v=VJGk2c3pEZoLe synode de l’Eglise protestante unie de France qui regroupe luthériens et réformés a désigné la pasteure de Besançon comme présidente. La ministre de 46 ans prend la tête du plus grand courant du protestantisme français avec 250’000 membres. Interview.

Propos recueillis par Joël Burri

La majorité des articles annonçant votre élection titrent sur le fait que vous êtes une femme. Le fait d’avoir une femme à la tête de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF) plutôt qu’un homme va-t-il changer quelque chose?

Dans mon Eglise, ça ne change rien. C’est très naturel. Le fait que je sois une femme n’a pas été un facteur décisif pour la commission chargée du discernement. Mais pour d’autres à l’extérieur de cette Eglise, qui se posent la question de la place de la femme dans leur institution religieuse, ça peut faire réfléchir. L’omniprésence de cette mention dans les articles me concernant montre bien le décalage entre ce que l’on vit dans notre Eglise et le regard que porte la société sur les religions.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Carte de vote https://flic.kr/p/HoyZAProtestinfo laisse régulièrement carte blanche à des personnalités réformées.
Le pasteur Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres revient sur les élections présidentielles françaises.

Photo: CC (by-nc) Tonio Vega

A sa fille qui s'apprête à partir en soirée, un père protestant déclare: «Ma fille, je ne vais pas te dire ce que tu dois faire ou ne pas faire. Tu sais ce que tu dois faire...». Inscrite dans l'ADN protestant au point d'avoir été croquée, dans mon souvenir, par Albert de Pury, la scène prête toujours à sourire. Pourtant, au moment où ce savoir s'estompe, où cette sorte d'évidence des valeurs transmises se voit inquiétée, plus rien ne prête à sourire.

© 2018 Protestinfo