×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Jean Decorvet, recteur de la HET-PRO ©HET-PRODepuis l’automne passé, le cursus de l’école biblique Emmaüs a été complètement revu pour devenir Haute École de théologie HET-PRO. Une fois les premiers titres délivrés sur ce nouveau programme, les responsables prévoient de demander la reconnaissance comme haute école spécialisée (HES) de leur institut de formation. Les facultés de théologie des universités de Lausanne et Genève ont déjà fait savoir qu’elles ne collaboreraient pas avec ce «nouveau» venu. Recteur de la HET-PRO, Jean Decorvet répond par écrit aux questions de Protestinfo.

Photo: Jean Decorvet, recteur de la HET-PRO ©HET-PRO

David Hamidovic le doyen de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne (FTSR) a annoncé devant le Synode de l’Église réformée du canton de Vaud qu’une collaboration avec la HET-PRO ne serait pas possible. Interrogé par Protestinfo, il s’en est expliqué. Comment accueillez-vous cette nouvelle?

Avec un certain étonnement. Ce n’est pas le principe d’une non-entrée en matière qui m’étonne, car cela est la prérogative des facultés de théologie, du moins tant que l’accréditation fédérale ne nous est pas octroyée. En revanche, la façon dont la HET-PRO est dépeinte révèle une méconnaissance réellement surprenante du dossier. Sans vouloir relever l’ensemble des approximations ou caricatures commodes qui parsèment le texte de M. Hamidovic, il est essentiel de rappeler ce qu’est cette Haute École de théologie. La HET-PRO entend offrir des formations qui conjuguent spiritualité vivante, excellence académique, compétences pratiques et dynamique missionnelle (NDLR Trop connoté, le terme missionnaire tend à être abandonné. Il s’agit de l’engagement du croyant à partager sa foi.) La perspective est donc clairement professionnalisante en ce sens qu’elle veille dès la conception des programmes de formation à la «transférabilité» dans la pratique des connaissances et compétences visées. Comme cela est demandé de tout HES, la HET-PRO veille à diffuser sa «culture professionnalisante» dans l’ensemble de ses activités académiques.

CC(by-nc-nd) David King via https://flic.kr/p/4izg1eAprès une volée de pasteurs et diacres formés selon un dispositif commun à l’ensemble de la Suisse romande, les erreurs de jeunesse du règlement ont été corrigées, lundi soir à Lausanne.

Photo: CC(by-nc-nd) David King 

Par Joël Burri

Depuis trois ans, l’accompagnement des diacres et pasteurs en formation est commun au sein des Eglises réformées romandes. Comme cette formation débute une fois tous les deux ans et dure dix-huit mois, une volée a terminé sa formation et une deuxième l’a commencée ce printemps. L’occasion, déjà, d’un toilettage du règlement, de la Commission romande des stages (Corosta), d’autant plus que la responsable romande des stages, qui a accompagné la première volée a pointé différents dysfonctionnements comme l’un des motifs de sa démission, en avril 2017. Un exercice auquel l’assemblée générale de la Conférence des Eglises réformées romandes (CER) s’est livré lundi soir à Lausanne.

mercredi, 22 mars 2017 10:00

Le risque de l’argument divin

Le campus de Saint-Légier ©HET-PROProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres de Médias-pro ou des rédactions partenaires.

Journaliste à «Réformés», Marie Destraz décortique le malaise suscité par la question soulevée de la place des homosexuels dans la future HET-Pro.

Photo: Le campus de Saint-Légier ©HET-PRO

Vivre une relation homosexuelle et étudier à la HET-Pro est inimaginable. Il aura suffi de cette seule phrase parue dans un article sur le site alémanique ref.ch résumant hors citation la position de Jean Decorvet, futur recteur de la Haute école de théologie en Suisse romande (HET-Pro) pour remettre le feu aux poudres entre les milieux évangéliques et LGBT. La position n’étonne pas dans le sérail protestant, mais alors que l’information est reprise dans les médias, sur les réseaux sociaux, les internautes s’écharpent.

Le campus de Saint-Légier ©HET-PROLe projet d’une haute école de théologie est en préparation depuis plusieurs mois et vient de nommer ses professeurs. Le futur établissement qui fait débat s’installera sur le site de l’institut biblique Emmaüs, à Saint-Légier. Les étudiants sont attendus à la rentrée 2017.

Photo: Le campus de Saint-Légier ©HET-PRO

Par Myriam Bettens

Le projet d’une formation théologique de type «haute école», davantage axée sur la pratique que les traditionnelles études universitaires se dessine en Suisse romande. La haute école de théologie (HET-PRO) propose, dès la rentrée prochaine des cursus d’études avec à la clé des diplômes de bachelor et de master en théologie. Porteur de ce projet, l’Institut biblique Emmaüs disparait au profit de la nouvelle formation HET-PRO à Saint-Légier. Le corps professoral vient d’être désigné choisi. «Les huit enseignants sont d’arrière-plan très différent, seuls deux enseignants de feu Emmaüs poursuivront à la HET-PRO. Des chargés de cours interviendront dans plusieurs domaines au niveau du master afin de garantir une diversité d’enseignement», explique Jean Decorvet, recteur de cette nouvelle institution.

statue guillaume farel

Les délégués des différentes Eglises réformées romandes étaient réunis samedi à Neuchâtel en assemblée générale.

Photo: la CER s'est réunie à la Salle des pasteurs, à quelques mètres de la statue de Guillaume Farel sur l’esplanade de la collégiale. guillaumefarel.ch

Par Joël Burri

«Dans beaucoup de métiers, le collègue, c’est “celui qui fait le même métier que moi, mais moins bien”. A l’Office protestant de la formation (OPF) nous voulons amener les ministres à considérer leurs collègues comme leur première ressource», a expliqué Didier Halter, directeur de cet office, samedi à Neuchâtel devant l’assemblée générale de la Conférence des Eglises réformées romandes (CER). Les premières volées de diacres et de pasteurs depuis que les Eglises ont décidé d’unifier leur force dans la formation initiale et la validation des compétences, terminent leur formation cet été.

Page 1 sur 4
© 2018 Protestinfo