×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Une femme battue https://flic.kr/p/7H9LBwUn nouveau rapport de l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers, publié mardi 8 mars, accuse les autorités suisses de ne pas garantir une protection effective et sans discrimination à toutes les victimes de violences conjugales. Différents cas concrets illustrent cette injustice.

Photo: CC (by-nc-nd) European Parliament

Par Laurence Villoz

«Parler de violences conjugales est un tabou alors même que cette problématique touche toutes les classes sociales. Mais pour les femmes étrangères, la situation est encore plus compliquée, car sans titre de séjour indépendant elles craignent de dénoncer leur mari et de se voir expulser hors de Suisse avec leurs enfants. Certaines d’entre elles continuent à subir et à souffrir plutôt que de prendre ce risque», explique Inge Hoffmann, présidente de l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE), lors de la présentation du nouveau rapport sur les femmes étrangères victimes de violences conjugales, mardi 8 mars, à Lausanne.

Victory Waits On Your Fingers. Affiche pour le recrutement de sténographe durant la Seconde Guerre. (Archives nationales des Etats-Unis) via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:%22Victory_Waits_On_Your_Fingers_-_Keep_%27Em_Flying_Miss_U.S.A.%22_-_NARA_-_515979.jpgLes femmes doivent-elles, comme les hommes, être inscrites au Selective Service? Le débat fait rage aux Etats-Unis autour de leur affiliation à ce contingent des citoyens et résidents pouvant être tirés au sort pour faire du service militaire actif en cas de crise. Plusieurs leaders évangéliques se sont opposés à cette proposition affirmant que cela affaiblirait la préparation militaire du pays et que ce serait en contradiction avec les relations traditionnelles hommes femmes.

Image: affiche pour le recrutement de sténographe durant la Seconde Guerre. (Archives nationales des Etats-Unis) 

Par Aysha Khan, Washington, RNS/Protestinfo

«Une nation se fondant sur des femmes combattantes est une nation qui a été mise à genoux par la rectitude politique», écrit Andrew Walker de la commission d’éthique et la liberté religieuse de la Convention baptiste du Sud, sur le site web du mouvement. La semaine dernière au Congrès, l’organe législatif des Etats-Unis, des chefs de l’Armée et du corps des Marines ont plaidé en faveur de l’inscription des femmes au Service sélectif. Cette agence fédérale tient le registre des conscrits (actuellement les hommes de 18 à 25 ans) pouvant être appelés par tirage au sort à servir sous les drapeaux.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Affiche Lapidee 2016En 2015, le spectacle écrit et mis en scène par le metteur et scène et pasteur vaudois Jean Chollet avait été annulé. Le texte, toujours criant d’actualité, revient sur une scène parisienne.

Par Joël Burri

«C’est jour pour jour un an après les attentats de Charlie Hebdo… ce n’est pas un hasard!», écrit laconiquement Jean Chollet dans une invitation à la première représentation de cette reprise de «Lapidée», à voir depuis ce jeudi soir à la Comédie Bastille.

graphique GMMP 2015, DRElles représentent environ 50% de la population mondiale, mais dans les médias d’actualité, les femmes ne sont que 24% des personnes dont on parle. Ce chiffre n’a pas varié en 5 ans.

Graphique: GMMP 2015

Par Joël Burri

«Qui figure dans les nouvelles?», pour répondre à cette question L’Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC) organise tous les 5 ans depuis 1995 la plus vaste étude mondiale des médias sur les questions de genre. La cinquième édition de ce rapport a été menée par des équipes de bénévoles dans 114 pays qui ont scruté 22’136 reportages publiés, diffusés ou tweetés le 25 mars 2015 par 2’030 maisons d’information, écrits ou présentés par 26’010 journalistes et mettant en évidence 45’402 personnes interviewées ou sujets de la nouvelle. Tous les articles produits ce jour-là n’ont pas été pris en compte: seuls ceux mis en avant par les éditeurs (par exemple, annoncés en une du journal).

Pour la première fois, une femme fait partie des 26 évêques anglicans qui siègent à la chambre haute du Royaume-Uni

Londres (EPD/Protestinter). Pour la première fois, une femme évêque a occupé, la semaine passée, un siège à la Chambre des Lords. Rachel Treweek, évêque du diocèse de Gloucester, est désormais membre de la Chambre des Lords, devenant ainsi la première femme évêque de l’histoire de la Chambre haute. Elle fait partie des 26 évêques choisis traditionnellement pour siéger parmi les 800 membres de la Chambre des Lords.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2019 Protestinfo