×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

La prédication de Paul https://flic.kr/p/r4kvCcCatholiques et évangéliques peuvent désormais participer au Prix suisse de la prédication 2017. Précédemment, il n’était ouvert qu’aux membres de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse.

Photo: La prédication de Paul de Joseph-Benoit Suvée, 1779. 

Par Laurence Villoz

«L’art de la prédication est profondément chrétien, c’est pourquoi nous avons décidé d’ouvrir le Prix 2017 à toutes les confessions chrétiennes plutôt que de le limiter aux Eglises membres de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), comme c’était le cas lors de la précédente édition en 2015», explique Anne Durrer, chargée de communication de la FEPS, à l’origine du concours. «Cela met en évidence qu’entre les différentes Eglises, il existe un dénominateur commun fondamental qui est l’importance de communiquer la Bonne Nouvelle. Il y a un œcuménisme de la parole qui se joue autour de la proclamation de l’Evangile», ajoute le professeur de théologie Simon Butticaz, membre du jury.

Une Bible https://flic.kr/p/8CLbwhRassemblant environ 4500 membres, la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE) fête ses dix ans d’existence en 2017. Depuis plusieurs années, elle s’efforce de créer de nouvelles formes d’Eglises.

Photo: CC (by-ny) Greg Swan 

Par Laurence Villoz

Après 10 ans d’existence, la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE) rassemble une cinquantaine d’Eglises et quelque 4500 membres. «L’annonce de l’Evangile localement et au-delà a toujours été au cœur de notre identité», rappelle Philippe Thueler, secrétaire de la FREE depuis 2013. Mais les défis ont évolué au fil du temps. Si l’intégration des jeunes de 20 à 35 ans est un enjeu perpétuel, la FREE s’efforce depuis plusieurs années de renforcer le leadership au sein des Eglises et met l’accent sur la création de nouvelles formes d’Eglises.

camp biblique CC0 PIXABAY via https://pixabay.com/p-1216063/?no_redirectPour bénéficier du soutien de l’Etat, les activités jeunesse d’une organisation ne doivent pas avoir la transmission de la foi comme but principal. Le Tribunal administratif fédéral ayant confirmé une décision de l’Office fédéral des assurances sociales allant dans ce sens, l’Office fédéral du sport retire à son tour son soutien à une dizaine d’organisations évangéliques. Une pétition est lancée.

Par Joël Burri

Alterner activités sportives ou culturelles et découverte de la Bible ou de la foi, tel est le programme des week-ends et camps offert par diverses organisations chrétiennes. Après l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) qui a privé ces activités de subventions en 2014, l’Office fédéral du sport (OFSPO) suit le même chemin. Dès 2018, les camps évangéliques seront exclus de Jeunesse et sport (J+S), le programme d’encouragement aux activités physiques de la Confédération.

Le campus de Saint-Légier ©HET-PROLe projet d’une haute école de théologie est en préparation depuis plusieurs mois et vient de nommer ses professeurs. Le futur établissement qui fait débat s’installera sur le site de l’institut biblique Emmaüs, à Saint-Légier. Les étudiants sont attendus à la rentrée 2017.

Photo: Le campus de Saint-Légier ©HET-PRO

Par Myriam Bettens

Le projet d’une formation théologique de type «haute école», davantage axée sur la pratique que les traditionnelles études universitaires se dessine en Suisse romande. La haute école de théologie (HET-PRO) propose, dès la rentrée prochaine des cursus d’études avec à la clé des diplômes de bachelor et de master en théologie. Porteur de ce projet, l’Institut biblique Emmaüs disparait au profit de la nouvelle formation HET-PRO à Saint-Légier. Le corps professoral vient d’être désigné choisi. «Les huit enseignants sont d’arrière-plan très différent, seuls deux enseignants de feu Emmaüs poursuivront à la HET-PRO. Des chargés de cours interviendront dans plusieurs domaines au niveau du master afin de garantir une diversité d’enseignement», explique Jean Decorvet, recteur de cette nouvelle institution.

Trump PenceQuelques jours après les élections, les élites évangéliques expriment leurs attentes vis-à-vis de Trump. Celles-ci tournent principalement autour des nominations à la Cour suprême, de l’avortement et des droits LGBT.

Par Emily McFarlan Miller, RNS/Protestinter

Photo: Le vice-président élu Mike Pence et le président élu Donald Trump à New York après leur élection le 9 novembre dernier. ©Reuters/Mike Segar

Selon Ralph Reed, fondateur et président de la Coalition pour la foi et la liberté, Donald Trump aurait perdu l'élection présidentielle de 2016 si les évangéliques étaient restés chez eux le jour du vote, ou «si l’Enlèvement avait eu lieu». En effet, les évangéliques blancs représentaient un peu plus d'un quart de ceux qui sont allés voter: en gagnant 81% de leur vote, Trump s’est assuré la présidence. A présent, les évangéliques attendent beaucoup d'un président élu qui n'a pas mentionné Dieu dans son discours de victoire, qui était «fortement» en faveur des droits à l'avortement jusqu'à ce qu'il se prononce contre, qui a dit qu'il ne croyait pas au repentir, et qui a fait des commentaires obscènes laissant deviner des agressions sexuelles.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2017 Protestinfo