×

Message

Failed loading XML...

 L’inscription sur l’église luthérienne de la Rédemption (IXe de Paris) date de 1841. Aujourd’hui, les luthériens ne se désignent plus comme «évangéliques». ©Holger WetjenEn Allemagne, l’homosexualité, l’ordination des femmes et la lecture historico-critique de la Bible motivent des protestants évangéliques à rejoindre les paroisses luthéro-réformées

Photo:  L’inscription sur l’église luthérienne de la Rédemption (IXe de Paris) date de 1841. Aujourd’hui, les luthériens ne se désignent plus comme «évangéliques». ©Holger Wetjen

Par Holger Wetjen

Qu’est-ce que la Bible? Révélation ou texte inspiré par Dieu? Est-ce que les hommes et les femmes sont pareillement appelés au sacerdoce? Est-ce que c’est l’Eglise qui bénit? Ou Dieu seul? Voici les questions auxquelles en Allemagne, les Eglises évangéliques de l’EAD (Alliance évangélique d’Allemagne) et les Eglises luthéro-réformées de l’EKD donnent actuellement des réponses très différentes.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Le château de Neuchâtel https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_de_Neuch%C3%A2tel_en_automne.jpgUn organe de l’Eglise mennonite Les Bulles à La-Chaux-de-Fonds prend position contre la reconnaissance des communautés évangéliques par l’Etat de Neuchâtel. Principalement par crainte de perdre sa liberté religieuse.

Photo: La château de Neuchâtel CC (by) Martouf

Par Laurence Villoz

«Les prérogatives octroyées aux communautés reconnues ne suffisent pas à expliquer toute l’énergie déployée par les milieux évangéliques pour obtenir cette reconnaissance de la part des autorités», écrit Thomas Gyger, pasteur mennonite dans une prise de position publiée le 16 août et présentée par le site lafree.ch. La pastorale de l’Eglise mennonite Les Bulles, à La-Chaux-de-Fonds, signataire de ce texte met en avant quatre principaux arguments défavorables à la reconnaissance des communautés évangéliques par le canton de Neuchâtel.

Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nick_Vujicic_at_the_World_Economic_Forum_Annual_Meeting,_Davos,_Switzerland_-_20110130.jpgPour ses 100 ans, la Socitété biblique de Genève a fait venir une star du web. L’éditeur évangélique de bibles et de livres chrétiens ne s’attendait pas à remplir des stades avec cet invité. Plusieurs Eglises diffuseront la conférence en direct.

Photo: Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF

Par Joël Burri

Si vous avez un compte Facebook, Nick Vujicic fait partie de ces visages qui apparaissent régulièrement sur votre fil d’actualité. Les vidéos de ce trentenaire australien font en effet partie de ces messages qui ne cessent de circuler de partages en partages. Il faut dire que bien qu’il soit né sans bras ni jambe, il a appris à s’accepter comme il est. Il dit avoir longtemps prié pour que Dieu le guérisse de son handicap, mais a fini par apprendre à être reconnaissant pour ce qu’il a. Une clé du bonheur déclinée dans de nombreuses vidéos où on le voit nager, jouer de la batterie, faire le pitre, plonger, jongler avec un ballon, le visage radieux. Et son message encourageant fait un tabac. Si bien que ce conférencier-star, de passage en Europe pour trois soirées à l’occasion des 100 ans de la Société biblique de Genève, jouera à guichets fermés à Turin mercredi soir et à Bienne jeudi soir. Il reste quelques places pour la présentation de vendredi au Havre ainsi que dans les Eglises qui diffuseront la soirée en direct.

drapeau vaudois CC(by-sa) Roland Zumbühl (Picswiss) via: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3APicswiss_VD-43-08.jpgReconnaître la prohibition de la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Cet ajout empêche, pour l’heure, plusieurs communautés membres de la Fédération évangélique vaudoise de signer la déclaration liminaire d’engagement. La procédure de reconnaissance de la fédération est donc en pause, une fois de plus.

photo: CC(by-sa) Roland Zumbühl (Picswiss) 

Par Joël Burri

Les évangéliques vaudois apprennent une fois de plus la patience. Dès l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution cantonale en 2003, ils ont manifesté leur intérêt pour une reconnaissance de leur communauté par l’Etat. Mais cette possibilité apparue dans le nouveau texte fondateur n’est devenue réalité qu’en 2015 avec l’entrée en vigueur du règlement d’application de la loi sur la reconnaissance des communautés religieuses de 2007. Ils ont depuis dû adapter les statuts de la Fédération évangélique vaudoise (FEV) pour être enfin prêts à déposer leur demande formelle et engager la procédure qui dure cinq ans. Mais un nouvel écueil est apparu, selon laFREE.ch, le site de la Fédération romande des Eglises évangéliques. L’ensemble des communautés de la FEV ne peut signer la déclaration liminaire d’engagement qui leur est proposée.

La prédication de Paul https://flic.kr/p/r4kvCcCatholiques et évangéliques peuvent désormais participer au Prix suisse de la prédication 2017. Précédemment, il n’était ouvert qu’aux membres de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse.

Photo: La prédication de Paul de Joseph-Benoit Suvée, 1779. 

Par Laurence Villoz

«L’art de la prédication est profondément chrétien, c’est pourquoi nous avons décidé d’ouvrir le Prix 2017 à toutes les confessions chrétiennes plutôt que de le limiter aux Eglises membres de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), comme c’était le cas lors de la précédente édition en 2015», explique Anne Durrer, chargée de communication de la FEPS, à l’origine du concours. «Cela met en évidence qu’entre les différentes Eglises, il existe un dénominateur commun fondamental qui est l’importance de communiquer la Bonne Nouvelle. Il y a un œcuménisme de la parole qui se joue autour de la proclamation de l’Evangile», ajoute le professeur de théologie Simon Butticaz, membre du jury.

© 2017 Protestinfo