×

Message

Failed loading XML...

bulles d'eau dans un verre CC0 via http://www.publicdomainpictures.net/view-image.php?image=152222&picture=&jazyk=FRProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Responsable éditorial de reformes.ch, Guillaume Henchoz revient sur le suicide assisté en Suisse d'un DJ italien.

Fabiano Antoniani, connu sous le nom de DJ Fabo est mort en exil, en Suisse, le 27 février 2017. Tétraplégique et aveugle, à la suite d’un accident de voiture survenu en 2014, l’Italien a passé la frontière pour bénéficier du soutien de l’association Dignitas et mettre fin à ses jours, car l’Italie lui a toujours refusé ce droit. L’euthanasie active est toujours considérée comme un crime passible d’un emprisonnement compris entre 5 et 16 ans en Italie. Passons rapidement sur le fait qu’il parait incohérent de vouloir enfermer une personne soupçonnée de vouloir mettre fin à ses jours. Fabiano était de toute façon déjà en prison depuis son accident: «Je me sens dans une cage. Je voudrais pouvoir choisir de mourir sans souffrir», avait-il écrit en janvier au président de la République, Sergio Mattarella.

deux mains qui se touchent https://flic.kr/p/FPEcdMEntretien avec Luca Savarino, coordinateur de la Commission bioéthique des Eglises baptiste, méthodiste et vaudoise en Italie. 

Photo: CC (by-sa) Alberto Biscalchin

Par Gaelle Courtens (NEV / Protestinter)

Le cas de DJ Fabo a mis en lumière la question taboue de l’euthanasie et du suicide assisté dans le débat public italien. Le DJ italien Fabiano Antoniani est décédé le lundi 27 février en Suisse. Il était gravement atteint dans sa santé, à la suite d'un accident de la route survenu en 2014. Tétraplégique et aveugle, DJ Fabo militait pour le droit à l’euthanasie dans son pays. C’est finalement à Zurich, avec les services de l’association Exit, qu’il a mis fin à ses jours. La Commission de bioéthique formée par les Eglises baptiste, méthodiste et vaudoise en Italie s’est emparée de la question depuis un certain temps. Ce nouveau cas a-t-il modifié le questionnement sur le sujet? Réponses de Luca Savarino, coordinateur de la commission de bioéthique. 


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

mardi, 24 janvier 2017 08:15

Les pasteurs face au suicide assisté

holdinghands https://flic.kr/p/PETFKL’Eglise évangélique réformée vaudoise a récemment fait parvenir à ses employés une recommandation sur l’accompagnement du suicide assisté. Préférant ne pas imposer de directives éthiques, le Conseil synodal laisse aux ministres le choix de la marche à suivre et la possibilité de ne pas intervenir.

Par Noriane Rapin

Photo: g_cowan CC (by-nc)

«On ne saurait donner ici de directives éthiques définitives tant les positions des uns et des autres varient en fonction de leur approche des questions touchant au respect de la vie, de la dignité et de la liberté individuelle.» Cet extrait de la recommandation du Conseil synodal de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV), donne le ton du document transmis aux ministres le 13 janvier dernier et intitulé «Assistance au suicide et accompagnement pastoral». L’exécutif y rappelle d’une part qu’il n’est pas question de juger du bien-fondé des demandes de suicide assisté, et d’autre part que la vie humaine, selon la Bible, se définit surtout comme un ensemble de relations. Les pasteurs sont donc encouragés à offrir un accompagnement au demandeur et à ses proches avant et après l’acte, mais on laisse à leur jugement la possibilité d’intervenir ou non au moment même du suicide.

fin de vie CC(by-nc-nd) anique via https://flic.kr/p/5aiVfSLes autorités locales du District de Columbia ont débattu du suicide médicalement assisté, alimentant un débat national sur le sujet.

Photo: CC(by-nc-nd) anique 

Par Lauren Markoe RNS/Protestinter, Washington

Le Conseil de la capitale des Etats-Unis a adopté à une écrasante majorité un texte qui permettra aux malades en phase terminale de demander une mort médicalement assistée. Le District de Columbia est ainsi la sixième juridiction américaine à approuver ce que les opposants décrivent souvent comme un suicide avec l’aide d’un médecin. Le texte prévoit que les requérants doivent avoir moins de six mois d’espérance de vie, qu’ils ne doivent pas être dépressifs et qu’ils doivent en faire la demande plusieurs fois.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Gottfried Locher ©FEPSLe président du conseil de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse a accordé une interview à Ref.ch sur un sujet délicat: l’euthanasie et le suicide assisté.

Photo: ©FEPS

Gottfried Locher, êtes-vous membre d’une organisation d’aide aux mourants?

Oui, je suis membre de l’Eglise. C’est la plus grosse et la plus éprouvée des organisations d’aide aux mourants. Au fait, elle prodigue aussi une aide aux vivants.

Page 1 sur 2
© 2017 Protestinfo