×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le Musée de la Bible à Washington expose la Bible des esclaves. Un recueil de textes qui met l’accent sur la servitude, sans tenir compte de la liberté.

Par Adelle M. Banks, Washington, RNS/Protestinter 

Au rez-de-chaussée du Musée de la Bible, à Washington, on peut voir un volume qui se distingue des nombreuses versions présentées dans le bâtiment consacré au livre saint. Il s'agit d'un petit recueil d'Écritures, dont on lit sur la couverture: «Parties de la Sainte Bible, sélectionnées pour l'usage des esclaves noirs, dans les îles britanniques de l'ouest de l'Inde.» La soi-disant Bible des esclaves, prêtée par l'Université Fisk de Nashville, au Tennessee, exclut 90 % de la Bible hébraïque, ou Ancien Testament, et 50 % du Nouveau. Le livre contient notamment le passage «Obéissez à ceux qui sont vos maîtres» tiré de la lettre de Paul aux Éphésiens, mais il manque la partie de sa lettre aux Galates qui dit qu’«Il n'y a ni lien ni liberté... car vous êtes tous un en Jésus Christ».


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Le discours de l’unité du peuple juif face à l’antisémitisme n’aura pas suffi à masquer les profondes divergences entre juifs américains et gouvernement israélien

Aline Jaccottet, Rehovot

Les larmes n’ont pas fait oublier les divisions. Dimanche, dans une interview à un journal orthodoxe israélien, le grand-rabbin ashkénaze d’Israël David Lau refusait de qualifier de «synagogue» le lieu de prière où a eu lieu l’attaque de Pittsburgh.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Pendant la Seconde guerre mondiale, une filiale de l’Agence télégraphique juive s’associe aux services de renseignements britanniques pour propager de fausses informations au sujet d’Hitler dans les médias américains.

Par Menachem Wecker, RNS/Protestinter

Lorsque l'Agence télégraphique juive (Jewish Telegraph Agency, JTA) lance l'Agence de presse étrangère (Overseas News Agency, ONA) en 1940, celle-ci promet de rapporter les faits et de «ne se livrer à aucune propagande, de ne prêcher ni théories ni philosophies.»

Or, selon un ouvrage récent, avant même de fêter sa première année d’existence, l'ONA s’était déjà associée à l'agence de renseignement étranger britannique pour diffuser de fausses informations qui serviraient à discréditer Hitler et obtenir l'aide des États-Unis dans la guerre en Europe. L'agence de presse aurait également tenté, en vain, de travailler avec le FBI et aurait collaboré avec l’ancêtre de l'agence d'espionnage russe, le KGB.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Figurant dans divers guides touristiques, BibleWalk est une collection de plus de 300 figures de cire représentant des personnages bibliques, parfois sous les traits de stars. On peut y voir un roi Salomon incarné par John Travolta ou un Jésus ayant les traits de Tom Cruise.

Par Emily McFarlan Miller, RNS/Protestinter, Mansfield, Ohio,

Au musée de cire BibleWalk (balade biblique) à Mansfield, Ohio, les visiteurs peuvent voir Jésus, Moïse, Paul et quelques autres personnages bibliques. Ils peuvent même y trouver Tom Cruise.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

jeudi, 06 septembre 2018 08:00

L’art de manger en pleine conscience

La nonne bouddhiste Thubten Chodron va publier un ouvrage où elle rassemble ses enseignements autour de la nourriture. Il s’agit de manger dans la compassion et la reconnaissance.

Par Tracy Simmons, Newport, État de Washington, RNS/Protestinter

Thubten Damcho se tenait devant une demi-douzaine de plates-bandes débordant de légumes, tout en pensant à sa vie avant de devenir nonne bouddhiste. Par le passé, elle travaillait à Singapour et ne prenait que rarement le temps de bien manger. À cette époque, elle grignotait entre les réunions ou sortait au restaurant le soir pour socialiser et enrichir son réseau. À part les nouilles ramen, elle ne savait pas vraiment cuisiner.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo