×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

La réforme fiscale fédérale péjorera d’environ 5% le budget des paroisses fribourgeoises. Des mesures d’économie vont être mises en place.

Par Laurence Villoz

La réforme fédérale de la fiscalité des entreprises qui vise à abolir les régimes fiscaux spéciaux va avoir un impact financier négatif sur les paroisses tant catholiques que réformées du canton de Fribourg. Dans ce canton, les personnes morales paient un impôt ecclésiastique qui a son pesant dans les finances des Églises. Or, dès la mise en pratique de cette réforme, en 2020, les Églises réformée et catholique fribourgeoises vont perdre 5 millions de francs par année. «Le canton a prévu 7,7 millions de compensations pour les Églises réparties sur sept ans. Pour atténuer le choc, 1,3 million sera versé aux Églises les trois premières années, puis 1 million les deux suivantes et finalement 900'000 francs les deux dernières», explique Anne-Élisabeth Nobs, conseillère synodale de l’Église évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) en charge des finances.

Une récente étude montre que le nombre de femmes a plus que doublé parmi les ministres des principales Églises américaines.

Par Adelle M. Banks, RNS/Protestinter

Le nombre de femmes parmi les ministres des Églises américaines a doublé, voire triplé, ces vingt dernières années, révèle une nouvelle étude publiée au mois d’octobre. «J'ai été surprise du taux de progrès réalisés en vingt ans», s'étonne l'auteure de l'étude, Eileen Campbell-Reed, professeure associée au Séminaire théologique baptiste central à Nashville dans le Tennessee. «On entend souvent que le nombre de femmes dans les ministères ne bouge plus et que rien n'a vraiment changé. C’est absolument faux.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Habitant de Goma en République démocratique du Congo, le pasteur et professeur de théologie, Vincent  Muderhwa, dénonce une situation de tension et de conflits alarmants dans son pays. Actuellement à l’Université de Genève pour terminer une recherche académique, il appelle à l’aide internationale. Interview.

Par Laurence Villoz

Quelle est la situation actuelle dans la ville de Goma?

À la périphérie de la ville, des conflits font rage. De plus, un fort exode rural rend la vie socio-économique dans la ville intenable. Cette instabilité dure depuis près de deux décennies, notamment dans l’est du pays, avec des conséquences dramatiques sur les plans socioculturels, mais également politiques et économiques. Des milices et des groupes armés s’affrontent dans différents coins de la province, mais on ne peut pas considérer cela comme une guerre tribale.

Depuis que le gouvernement rwandais a fermé de nombreux lieux de culte qui n’étaient pas aux normes, les fidèles peinent à trouver des endroits où se recueillir. Certains d’entre eux se rassemblent dans leur propre maison.

Par Tonny Onyulo, Kigali, Rwanda, RNS/Protestinter

Grace Umutesi habite dans le bidonville de Bannyahe, dans la banlieue de Kigali, au Rwanda. Depuis que les autorités ont fermé son église, en juillet dernier, parce qu’elle ne respectait pas les normes de sécurité des bâtiments, elle effectue secrètement des cérémonies religieuses chez elle. «Je suis très déçue par la décision du gouvernement de fermer notre église», a déclaré cette mère de quatre enfants, âgée de 35 ans. «Mais nous ne pouvons pas nous arrêter de prier et louer Dieu parce que notre église a été fermée. Dieu est partout et il écoute nos prières.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Les présidents des Églises de Hesse-Nassau, en Allemagne et vaudoise du Piémont tirent la sonnette d’alarme. Ils appellent les gouvernements européens à mettre en place de véritable force pour sauver les migrants en méditerranée.

Darmstadt/Torre Pellice (EPD/Protestinter). Volker Jung, le président de l’Église protestante de Hesse-Nassau, en Allemagne, et Eugenio Bernardini, son équivalent à la tête de l’Église vaudoise du Piémont (ou Union des Églises méthodistes et vaudoises), ont émis dimanche dernier de fortes critiques envers la politique migratoire de leurs pays respectifs. Lors d’une rencontre à Torre Pellice, une commune proche de Turin, les deux ecclésiastiques ont mis en garde contre une érosion grandissante du droit d’asile en Europe.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Page 1 sur 38
© 2018 Protestinfo