×

Message

Failed loading XML...

affiche du festival réformaction, DRLe compteur de bénévoles ne s’affole pas aussi vite que le compteur des inscrits pour le festival jeunesse qui clôturera les manifestations du jubilé de la Réforme, début novembre à Genève.

Par Joël Burri

Un succès! Le festival pour les jeunes «Reformaction» qui aura lieu à Genève durant le week-end du 3 au 5 novembre bat déjà des records. «Nous avons passé la barre des 4000 inscrits», se réjouis André Assimacopoulos, membre du comité local d’organisation. Venus de toute la Suisse, la moitié à bord de trains spéciaux, les jeunes profiteront de diverses activités dans la cité de Calvin. Grands rassemblements, concerts, prières de Taizé, unihockey, silent party, louange, cours de mime avec Carlos Martinez… le programme est varié. Mais en ce qui concerne l’accueil et l’encadrement de cette joyeuse troupe, le comité local d’organisation pousse un appel à l’aide: «Il manque encore près de 300 bénévoles!»

Veronique Laufer, capture d'écran du «Plan fixe» qui lui était consacré, DRNée dans une famille bourgeoise en 1922, Véronique Laufer s’est «décapée» de cette éducation en tenant un lieu d’accueil avec une association œcuménique pour les ouvriers qui reconstruisent Caen après-guerre. Cette expérience marque cette femme qui luttera toute sa vie pour plus de justice et pour une Eglise incarnée.

Photo: Véronique Laufer, capture d'écran du «Plan fixe» qui lui était consacré, DR

Par Joël Burri

«Elle est morte adulte avec une maturité et un calme incroyable; très confiante qu’il y a quelqu’un de l’autre côté pour l’accueillir», souffle le pasteur Nicolas Besson, responsable des ressources humaines de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) en évoquant le décès dimanche 1er octobre de Véronique Laufer. «Elle était ma copine de 96 ans», sourit-il. Une amitié qui est née alors que Nicolas Besson était pasteur à Morges où Véronique Laufer s’est installée avec sa sœur lorsque la pasteure de l’Eglise protestante de Genève a pris sa retraite en 1987. «Fin juin, elle m’a téléphoné. Elle m’a dit “mon médecin pense que je vais mourir”», raison pour laquelle elle s’est rendue dans un centre de soins palliatifs.

Formation homophobie LabL’Antenne LGBTI du Lab, soutenue par l’Eglise protestante de Genève a proposé une formation aux pasteurs et accompagnants jeunesse. Succès d’une première mouture pour prévenir l’homophobie et la transphobie.

Par Caroline Amberger 

«Nous sommes là parce qu’il y a une urgence et des besoins réels de la communauté LGBTI», a déclaré Adrian Stiefel, chargé de ministère et responsable de l’antenne LGBTI du Lab. (laboratoire de l’Eglise protestante de Genève) lors de cette première journée de formation qui a eu lieu mi-septembre à Genève. Confortablement installés dans les moelleux divans du Temple de Plainpalais, pasteurs, enseignants et travailleurs sociaux ont été subtilement invités à déconstruire les stéréotypes de genre et à prendre la mesure des souffrances que peuvent vivre tous ceux qui ne rentrent pas dans les cases d’une majorité présumée hétérosexuelle. Ouvrant la journée, Adrian Stiefel a témoigné de son parcours personnel, se revendiquant «à la fois gay et chrétien», fruit d’une réconciliation après la déconstruction d’enseignements littéralistes. Un dépérissement pour ce jeune croyant qui ne voyait pas sa foi le guérir de son orientation sexuelle comme l’église évangélique qu’il fréquentait le lui avait annoncée.

Cathédrale Saint-Pierre à Genève. CC(By 2.0) Daniel Jolivet

Séance animée au Consistoire! Les autorités ecclésiales à peine réinstallées lors d’un culte, la première rencontre de l’organe délibérant de la législature a donné lieu à quelques échanges musclés autour des priorités de l’Eglise.

Photo: La cathédrale Saint-Pierre Daniel Jolivet CC(by)

Par Joël Burri

«Chers amis, frères et sœurs. Nous sommes-là au cœur du débat. Il faut faire des choix», a tonné Emmanuel Fuchs, président de l’Eglise protestante de Genève (EPG) jeudi devant le Consistoire. Cette notion de choix dans une Eglise qui a dû réduire de façon importante le nombre de ses ministres est revenue à plusieurs reprises lors des débats de l’organe délibérant de l’EPG qui se réunissait jeudi et vendredi soir à Malagnou.

CulteLGBT ©LVDes groupes LGBTI voient le jour dans les Eglises réformées. Mardi soir, celui de Neuchâtel vivait sa première soirée grand public alors que celui de Genève méditait sur le sens de l’accueil au sein des Eglises.

Par Laurence Villoz et Joël Burri

«Les Eglises sont appelées à être les ferments de la société, mais la réalité montre que souvent ce sont plutôt des freins», a constaté le théologien Pierre Bühler, mardi 5 septembre au temple des Valangines à Neuchâtel. Il était invité de la première soirée publique de la nouvelle Association LGBTI et alliés «Arc-en-ciel». En automne 2016, le groupe chrétien Arc-en-ciel avait vu le jour et les responsables ont eu le désir d’en faire une association pour pouvoir organiser des événements publics promouvant l’inclusivité au sens large. Après un culte œcuménique, Pierre Bühler a proposé une réflexion sur la façon dont les Eglises se situent face à la question LGBTI et leurs réactions variées.

Page 1 sur 15
© 2017 Protestinfo