×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mardi, 27 novembre 2018 13:25

Les œuvres critiquent à nouveau Glencore

Le géant suisse des matières premières Glencore est accusé par les œuvres d’entraide de prendre des mesures de protection environnementales et sociales dont le niveau n’atteint pas ce que l’on pourrait légitimement attendre d’une entreprise responsable.

Par Joël Burri

Métaux lourds rejetés dans les rivières, droits humains bafoués et stratégie d’optimisation fiscale lourdement défavorable à la République démocratique du Congo (RDC). Tels sont les grands thèmes abordés dans les rapports successifs publiés en 2011, 2012 et 2014 par Pain pour le prochain et Action de Carême sur les impacts sociaux et environnementaux des filiales dans ce pays d’Afrique du groupe suisse de matière première Glencore. Le quatrième rapport des œuvres d’entraide, publié ce mardi 27 novembre, note quelques améliorations, «Néanmoins, les deux organisations notent que la diligence raisonnable de Glencore en matière de droits humains et de l’environnement est incomplète», insiste leur communiqué de presse.

Clip vidéo et prises de position, les réformés appellent les citoyens suisses à la réflexion dimanche 25 novembre au moment de se prononcer sur l’initiative de l’UDC sur les juges étrangers. Ils dénoncent la mise en danger du respect des droits humains dans le cas d’un oui dans les urnes.

Par Marie Destraz

Assurer ses droits humains pour 999 fr. par mois, c’est ce que propose le courtier de l’assurance Justo aux passants de la ville de Zurich, dans une vidéo signée de l’Entraide protestante suisse (EPER), qui met en scène l’acteur alémanique Gilles Tschudi, dans le rôle de l’assureur. Le clip démontre par l’absurde que la protection de leurs libertés et droits fondamentaux pourrait coûter cher aux Suisses, dans le cas d’un oui à l’initiative sur les juges étrangers, dimanche dans les urnes. Selon les opposants, l’adoption du texte lancé par l’UDC entraînerait à terme la résiliation de la Convention des droits humains. Privés de recours devant la Cour européenne des droits de l’homme, à qui les Suisses pourraient-ils faire appel en cas de violation de leurs droits? Et à quel prix?

Lampedusa Assassini in diretta TV ©Mediterraneanhope/Francesco PiobbichiOutre la fermeture des ports aux bateaux venant en aide aux migrants, l’Italie a été le théâtre de plusieurs débats xénophobes ou racistes cet été. Dans une lettre ouverte, les Églises et diverses associations dénoncent ces violations des droits humains. Les protestants ont, en outre, approuvé une déclaration dans laquelle ils déclarent que toute forme de racisme est une hérésie théologique.

Image: ©Mediterraneanhope/Francesco Piobbichi

Protestinter avec NEV - «A ceux qui – au sein même du gouvernement et réconfortés par les sondages – critiques ceux qui travaillent pour protéger les droits de l’homme, nous disons que certains principes ne sont pas à défendre parce qu’ils sont populaires, mais parce qu’ils sont au cœur de la culture civile et juridique du pays», a déclaré le pasteur Luca Maria Negro, président de la Fédération des Églises protestantes en Italie (FCEI). «L’image des immigrés nourris vivant de dons du ciel et des subventions de l’État est une caricature intolérable qui ne peut être acceptée par ceux qui ont le sens de la réalité et une conscience morale», a-t-il ajouté début août, alors que plusieurs associations catholiques, protestantes et laïques ont demandé aux autorités et au gouvernement italien d’appliquer le droit international et de rouvrir les ports aux navires venant en aide aux migrants, au travers d’une lettre ouverte commune.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

mercredi, 05 avril 2017 08:30

Merci à Amnesty International!

mapmonde dans une main CC0 via https://pixabay.com/fr/carte-du-monde-union-enfants-mains-2164673/Protestinfo laisse régulièrement carte blanche à des personnalités réformées.

Le professeur de théologie systématique Pierre Bühler réagit à la lecture du dernier rapport annuel d’Amnesty International

En petites bandes dessinées d’une seule ligne, le dessinateur argentin Quino nous invite à découvrir les réflexions de Mafalda dans toutes sortes de situations quotidiennes, avec ses parents, ses camarades d’école, etc. Mais cette petite fille est aussi très soucieuse de l’état du monde, soigne sa mappemonde, lui mesure la fièvre… Dans l’une de ces bandes dessinées, on voit tout d’abord sa maîtresse d’école enseigner la classe, puis la classe tout entière éclater en pleurs. À la maison, Mafalda explique à sa maman inquiète de la voir revenir si triste de l’école: «Rien. Ça va passer. Mais aujourd’hui on a eu une leçon sur les droits de l’homme.»

Amnesty rapport 2016Amnesty International a présenté son rapport annuel mardi matin à Paris. Pour l’ONG, les discours déshumanisants se sont généralisés durant l’année 2016. Un tournant inquiétant pour l’avenir.

Photo: Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International, présente le rapport 2016-2017 de l’organisation

Par Noriane Rapin, Paris, en partenariat avec «Réforme» hebdomadaire protestant d’actualité

«L’année 2016 a été salie par le mépris des droits humains.» Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International, a dressé un constat alarmant et pessimiste lors de la présentation du rapport annuel 2016-2017, mardi dernier à Paris. Pour la première fois de son histoire, Amnesty International tenait la conférence de lancement en dehors de son quartier général de Londres. Le choix de la France n’était pas un hasard: il s’agissait pour l’ONG de signifier son inquiétude face aux dérives sécuritaires et idéologiques qui menacent un pays pourtant fondé sur la Déclaration des droits de l’homme.

Page 1 sur 5
© 2018 Protestinfo