×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

castellion a vandœuvres couvertureLes quatre conférences du jubilé des cinq cents ans de la naissance de Castellion viennent d’être publiées. Une occasion de redire la modernité de cet humaniste.

Par Caroline Amberger

On doit à Sébastien Castellion la maxime «Tuer un homme, ce n’est pas défendre une idée, c’est tuer un homme», en réponse à Jean Calvin qui condamne Michel Servet au bûcher pour hérésie le 23 octobre 1553. Précurseur de la liberté d’opinion avant la conception moderne de la liberté de conscience, trop rarement cité, Castellion ouvrira la voie des grands penseurs de la tolérance au XVIIe siècle.

livre conseil france castellionProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Rédacteur responsable de Protetinfo, Joël Burri partage son questionnement à la lecture d'une récente édition d'un texte de Sébastien Castellion, auteur de la célèbre citation: «Tuer un homme, ce n'est pas défendre une doctrine: c'est tuer un homme»

«Conseil à la France désolée», tel est le titre de l'ouvrage que viennent de publier les éditions de La passe du vent. Encore un essayiste français qui pense avoir trouvé recette à tous les maux de notre grande voisine, me direz-vous? Et bien non, car malgré son titre troublant d'actualité, vous ne verrez l'auteur de cet opus ni dans «On n'est pas couché», ni dans «Vivement dimanche». Sébastien Castellion a une bonne excuse pour refuser à son éditeur d'assumer la promotion de son livre: il est mort depuis 451 ans!

les Amis de la Tour autour de la stèle de Castellion, de gauche à droite: Christian mercier, Patrick Martel, Jacky Rambert, Denise Mercier-Ligny, Alain Davenel et Jean-Pierre Laravoire ©Elisabeth Schenker Samedi 13 juin prochain, le village de France voisine dont Sébastien Castellion est originaire va lui rendre un vivant hommage. Exposition itinérante, conférences, mais surtout animations, banquet historique et spectacle son et lumière ont été organisés avec soin. Les réservations sont ouvertes.

Photo: les Amis de la Tour autour de la stèle de Castellion, de gauche à droite: Christian mercier, Patrick Martel, Jacky Rambert, Denise Mercier-Ligny, Alain Davenel et Jean-Pierre Laravoire

Par Elisabeth Schenker

Saint-Martin du Fresne est un petit village du département de l’Ain, situé à 70 km de Genève, qui comptait 820 habitants en 1793 et en compte presque 1100 aujourd’hui. C’est là qu’est né Sébastien Castellion, théologien protestant et penseur de la tolérance, l’année du sacre de François Ier, il y a 500 ans.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

castellion500Une bière commémorative a été brassée pour célébrer les 500 ans de la naissance de Sébastien Castellion qui avait dit à Calvin «Tuer un homme, ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme». Les bénéfices de l’opération seront versés à Reporters sans frontières.

Photo: Les pasteurs Corinne Baumann et Matteo Silvestrini

Par Joël Burri

«Jean Calvin a sa bière, et bien Sébastien Castellion aura la sienne aussi!», c’est un peu ce que se sont dit Corinne Baumann, pasteure à Sonvilier et Matteo Silvestrini, pasteur à Villeret, deux localités du Vallon de St-Imier (BE). Pour marquer les 500 ans de la naissance de ce réformateur méconnu, en 2015, les deux pasteurs souhaitaient organiser des évènements pour faire connaître ce défenseur de la liberté d’opinion et du droit à l’erreur et opposant à la peine de mort. La création d’une bière commémorative s’inscrit donc dans cette optique.

Sébastien Castellion, DR«Tuer un homme, ce n’est pas défendre une idée, ce n’est que tuer un homme.» Sébastien Castellion, grande figure de la Réforme, va retrouver enfin une juste place dans la cité de Calvin. A l’initiative de Vincent Schmid, pasteur à la cathédrale de Genève, et promoteur du projet, la ville de Vandœuvres s’apprête à lui rendre hommage du 26 au 31 mai 2015.

Par Elisabeth Schenker

«Rien ne rappelle la présence de Sébastien Castellion à Genève, pas plus que la trajectoire de cet homme hors du commun», explique le pasteur Vincent Schmid. «Ce projet me tient à cœur depuis 20 ans, il s’agit de réparer un oubli de l’histoire, continue le théologien. Genève commémore à raison les pères fondateurs, mais on a oublié Castellion, sans doute à cause de sa brouille avec Calvin. Il s’agit pourtant du premier philosophe de la tolérance dans l’histoire de l’Europe.»

© 2017 Protestinfo | création site :