×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

La situation des sans-papiers dans le canton de Vaud ne s’améliore pas. C’est le constat qu’ont fait le Centre social protestant, le syndicat Unia et le collectif vaudois des sans-papiers, lors d’un point de situation organisé le 26 novembre. La situation pourrait changer si l’Opération Papyrus qui se termine à Genève à la fin de l’année s’étend à d’autres cantons.

Par Marie Destraz

Ils seraient 12’000 à travailler dans le canton de Vaud sans titre de séjour en règle, selon des chiffres de 2015, qui restent évidemment approximatifs. Parmi ceux qu’on nomme les sans-papiers, les clandestins, «18% sont des requérants déboutés, 19% de ressortissants européens et de l’Association européenne de libre-échange, avec un permis de séjour périmé. Quant aux travailleurs sans statut légal, issus d’États tiers (non bénéficiaires de l’Accord sur la libre circulation), ils constituent les deux tiers des sans-papiers présents sur le territoire vaudois», énumère Caroline Regamey, chargée des politiques et de recherches sociales au Centre social protestant (CSP) Vaud.

crousille serre joints CC(by) TaxRebate.org.uk via https://flic.kr/p/9VAtycL’impôt à la source serait une solution simple pour éviter de nombreuses situations de surendettement. Le Centre social protestant — Vaud reprend à son compte cette revendication. La proposition ne fait pas l’unanimité.

Photo: CC(by) TaxRebate.org.uk

Par Joël Burri

«Les dettes fiscales sont majoritaires sur l’ensemble des créances des ménages surendettés», rappelle le Centre social protestant — Vaud (CSP-VD) dans la dernière édition vaudoise de Nou[s]velles, la feuille d’infos des CSP. Faisant sienne une revendication de la faîtière Dettes conseil Suisse, le CSP-VD revendique que l’impôt puisse être prélevé directement sur le salaire des Suisses et détenteurs de permis C volontaires. L’impôt à la source, déjà pratiqué pour les étrangers autres que permis C travaillant en Suisse serait la solution idéale pour éviter que les salariés ne tombent dans l’engrenage du surendettement. Un risque qui touche particulièrement les personnes entrant dans le système de l’impôt classique, à savoir les jeunes majeurs et les personnes obtenant le permis C.

Une des affiches de la campagne des CSP 2018A l’occasion du lancement de leur campagne 2018 sur le thème du renoncement aux soins médicaux faute de moyens, les CSP romands innovent dans leurs recherches de fonds. Des affiches disposées dans les principales localités romandes comportent un code Twint qui permet de faire des dons spontanés de 5 ou 10 francs.

Photo: Une des affiches de la campagne © CSP

Par Laurence Villoz

«Le renouvellement de nos donateurs est essentiel. Nous avons actuellement un socle de personnes très attachées aux activités des CSP âgées de plus 50 ans. Il s’agit de toucher un nouveau public plus jeune», explique Alain Bolle, président de l’association suisse des Centres sociaux protestants (CSP) et directeur du CSP Genève. Mardi 20 mars à Lausanne, les quatre CSP romands ont présenté leur nouvelle campagne intitulée «Renoncer aux soins faute de moyens?» devant la presse. L’objectif est double: militer pour une simplification du système de soins en soutenant l’initiative fédérale «Pour des primes plus justes», mais aussi informer le public qu’il existe des structures d’aide qui peuvent apporter soutien et conseils face aux problèmes financiers liés aux soins médicaux.

Les directeurs des 4 CSP romandsReprésentant 28% des citoyens, la classe moyenne inférieure en Suisse est proche du seuil de pauvreté sans ne pouvoir bénéficier d’aucune aide sociale. Les Centres sociaux protestants mettent en lumière cette tranche de la population fragilisée, lors de leur campagne annuelle de mars.

Photo: Les quatre directeurs des CSP romands, Pierre Ammann (CSP Berne-Jura), Pierre Borer (CSP Neuchâtel), Alain Bolle (CSP Genève) et Bastienne Joerchel (CSP Vaud)

Par Laurence Villoz

«Beaucoup de personnes sont surprises de devoir frapper à notre porte. Elles nous disent: ‘Avant, j’étais donateur pour le Centre social protestant (CSP)’. De plus en plus de personnes perdent pied alors qu’elles pensaient que ce genre de situation ne leur arriverait jamais», lâche Pierre Ammann, le directeur du CSP Berne-Jura, lors d’une conférence de presse, mardi 14 mars, à Genève. Pour leur campagne de mars 2017, les quatre CSP romands ont choisi de se focaliser sur la fragilité de la classe moyenne inférieure. 

Helene Kung DanseQuelque 200 invités se sont réunis à l’espace culturel des Terreaux pour prendre congé d’Hélène Küng et accueillir Bastienne Joerchel Anhorn à la direction de Centre social protestant du canton de Vaud.

Photo: avant son discours, Hélène Küng fait quelques pas de danse avec son petit-fils dans les bras, sur la musique de Ion Miu et Alexandre Cellier.

Par Joël Burri

«Lors de chacune de mes rencontres avec Hélène Küng, je garde le souvenir d’une personne souriante et chaleureuse qui rendait même les désaccords presque agréables», a déclaré Pierre-Yves Maillard dans l’hommage qu’il a rendu mercredi à Lausanne à celle qui fut, pendant 10 ans, directrice du Centre social protestant – Vaud. (CSP). Le président du Conseil s’est réjouis de faire un métier étrange lui permettant dans la même journée de serrer la main du président chinois Xi Jinping et d’Hélène Küng, soulignant que cette deuxième rencontre lui tenait vraiment à cœur.

Page 1 sur 3
© 2018 Protestinfo