×

Message

Failed loading XML...

Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nick_Vujicic_at_the_World_Economic_Forum_Annual_Meeting,_Davos,_Switzerland_-_20110130.jpgPour ses 100 ans, la Socitété biblique de Genève a fait venir une star du web. L’éditeur évangélique de bibles et de livres chrétiens ne s’attendait pas à remplir des stades avec cet invité. Plusieurs Eglises diffuseront la conférence en direct.

Photo: Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF

Par Joël Burri

Si vous avez un compte Facebook, Nick Vujicic fait partie de ces visages qui apparaissent régulièrement sur votre fil d’actualité. Les vidéos de ce trentenaire australien font en effet partie de ces messages qui ne cessent de circuler de partages en partages. Il faut dire que bien qu’il soit né sans bras ni jambe, il a appris à s’accepter comme il est. Il dit avoir longtemps prié pour que Dieu le guérisse de son handicap, mais a fini par apprendre à être reconnaissant pour ce qu’il a. Une clé du bonheur déclinée dans de nombreuses vidéos où on le voit nager, jouer de la batterie, faire le pitre, plonger, jongler avec un ballon, le visage radieux. Et son message encourageant fait un tabac. Si bien que ce conférencier-star, de passage en Europe pour trois soirées à l’occasion des 100 ans de la Société biblique de Genève, jouera à guichets fermés à Turin mercredi soir et à Bienne jeudi soir. Il reste quelques places pour la présentation de vendredi au Havre ainsi que dans les Eglises qui diffuseront la soirée en direct.

femme islamIls sont 22 musulmanes et musulmans qui se sont livrés à l’objectif du photographe Stefan Maurer, portraits couleurs complétés d’une interview et de certaines infos personnelles. Visite de l’exposition itinérante «...car nous sommes tous frères et sœurs» qui se tient à l’Eglise du Pasquart à Bienne jusqu’au 26 mai.

Par Céline Latscha

«Ce n’est pas la première fois que j’accepte un tel mandat», confie le photographe bernois Stefan Maurer, «car je m’intéresse de près à tout ce qui touche à l’«invisible», au divin en quelque sorte.»

A l'origine de cette exposition qui va à la rencontre des musulmans qui vivent dans le canton de Berne? Le service migration de l'Eglise réformée Berne-Jura-Soleure, en collaboration avec la Maison des Religions de Berne et l'Eglise catholique.  

«La plupart des personnes contactées étaient ouvertes et prêtes à collaborer. Il y a toujours une ou deux exceptions qui hésitent à se présenter publiquement et à accepter de porter l’«étiquette» de musulman, mais franchement, ce n’était pas le plus grand défi ici», relève encore Stefan Maurer.

CubaJeune artiste cubain de 22 ans, Richard Torres Martínez expose pour la deuxième fois en Suisse. Il jette un regard à la fois lucide et enjoué sur son univers, tout en s’interrogeant sur des valeurs telles que la solidarité, l’individualisme et l’espérance. Ses gravures racontent son parcours personnel, mais également l’histoire de son pays. Rencontre.

Par Céline Latscha

ProtestInfo: Richard Torres Martínez, comment se fait-il que vous exposiez à Bienne?

Guy_GilbertDepuis plus de 40 ans, Guy Gilbert, prêtre atypique, a troqué son aube contre un blouson noir et des santiags. Invité à Bienne, puis à Neuchâtel et à la Chaux-de-Fonds, il fera le voyage le 23 mars prochain pour notamment venir y rencontrer jeunes et détenus et leur faire part de son expérience en milieu marginal. Il leur parlera surtout de sa quête quotidienne, qui consiste à sortir les jeunes de la rue et de la détresse. Rencontre.

Par Céline Latscha

ProtestInfo: Guy Gilbert, avez-vous l’impression que la situation en Suisse est fort différente de celle vécue en France?


Guy Gilbert: J’ai l’impression pour ma part que ce qui se passe en Suisse est plus «soft» qu’en France. Chez nous, dans les banlieues, on assiste à une véritable guerre des gangs, et personne n’hésite à abattre un camarade pour pouvoir dealer sur son terrain.

amandesDepuis le 17 avril, la ville bernoise accueille l'exposition « Jardins sacrés, les plantes de la Bible ». Elle compte stimuler tous les sens des visiteurs jusqu'au 18 mai. Ce mercredi 27 avril, la conteuse Alix Noble investit d'ailleurs le décor – pour le coup un brin méditerranéen – de l'Eglise réformée du Pasquart.

Cyprès ou sycomores, hysopes ou térébinthes. La Bible est truffée de noms de plantes, parfois énigmatiques, mais qui invitent souvent au dépaysement. A quoi ressemblent-elles? Quels en sont les goûts ou les odeurs?

© 2017 Protestinfo