×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Brouillon de la traduction de la Bible King JamesLe professeur américain Jeffrey A. Miller a découvert, par hasard, des brouillons de la traduction originale de la Bible King James. C’est la première preuve solide qui confirme l’hypothèse d’une traduction individuelle de cette version de la Bible.

Photo: Les traductions de Samuel Ward

Par Lauren Markoe (RNS/Protestinter)

A son retour d’Angleterre, l’année passée, Jeffrey A. Miller, un professeur de l’Université d’Etat Montclair aux Etats-Unis, n’avait pas encore réalisé le trésor qu’il avait trouvé dans un des livres rares de l’Université de Cambridge. Alors qu’il était à l’étranger, ce professeur assistant d’anglais à la New Jersey School, s’était intéressé à quelques une des septante pages d’un cahier de notes ayant appartenu à Samuel Ward, un bibliste du XVIIe siècle. Mais ce n’est qu’une fois de retour à la maison et après avoir étudié attentivement les photographies des pages qu’il avait fait que Jeffrey A. Miller a compris la valeur de sa découverte. Le cahier contenait des ébauches des plus importantes traductions anglaises de la Bible: la version King James, publiée en 1611, dont le nom vient du roi James Ier.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Extrait de la Bible en langue des signesL’évangile de Luc, le livre de Jonas ainsi qu’un lexique de mots bibliques sont désormais accessibles en langue des signes française sur internet. Un groupe d’aumôniers romands compte poursuivre le travail de traduction de la Bible.

Photo: extrait d’une vidéo © www.bible-lsf.org

Par Laurence Villoz

«L’idée consiste à rendre la Bible accessible à tous gratuitement, à libérer des informations prisonnières», explique Robin Masur, coresponsables du groupe romand à l’origine du projet de Bible en langue de signes sur internet et président de la communauté vaudoise des sourds et malentendants de l’Eglise réformée évangélique du canton de Vaud (EERV). Depuis début septembre, l’Evangile de Luc, le livre de Jonas ainsi qu’un lexique de vocabulaire biblique se trouvent sur internet sous forme de vidéo en langue des signes française. 

Thomas Römer. Photo:jobUn projet de collaboration entre chercheurs en sciences bibliques de Lausanne et Zurich et archéologues de Tel-Aviv obtient un financement «Sinergia» d’un million et demi de francs sur trois ans pour mener des recherches mêlant les deux spécialités.

Par Joël Burri

Les spécialistes en sciences bibliques utilisent, pour dater les divers textes de l’Ancien Testament, toutes sortes de théories basées sur des références internes: comparaisons linguistiques et visions théologiques véhiculées par les différents textes. Dès janvier 2016, une collaboration entre universités de Lausanne, Zurich et Tel-Aviv questionnera ces hypothèses sur la base des éléments factuels en main des archéologues.

MurielSchmidThéologienne suisse, Muriel Schmid (photo) vit aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années. Depuis un an, elle est directrice de programme pour les Equipes chrétiennes pour la paix à Chicago. Interview autour des enjeux théologiques qui fondent le devoir d’accueil des chrétiens envers les migrants.

Propos recueillis par Joël Burri

Muriel Schmid, on dit souvent du christianisme qu’il appelle les croyants à l’accueil des migrants. Qu’est-ce qui fonde théologiquement cela?

On fait souvent référence à la fin du chapitre 25 de l’évangile de Mathieu «Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger et vous m’avez accueilli chez vous…» Cela est devenu un peu bateau et cela conduit souvent nos communautés à de grandes réflexions sur qui est l’étranger pour moi, qui est le prisonnier pour moi. Je peine à m’inscrire dans ce mouvement.

mardi, 18 août 2015 08:05

Brèves

Les Eglises célèbrent le 200e du Valais
Une collecte pour les prisonniers
Cours bibliques par correspondance

© 2019 Protestinfo