×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

La collégiale Saint-Vincent de Berne https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Muenster_Bern.jpg#/media/File:Muenster_Bern.jpgLes discussions sur la fusion des douze paroisses de la Ville de Berne vont débuter, dès le 8 septembre prochain. Si elles aboutissent, un vote devrait avoir lieu en été 2019.

Photo: La collégiale Saint-Vincent de Berne CC (by-sa) André P. Holzer 

Il y a un an, les douze paroisses réformées de la ville de Berne décidaient d’ouvrir des négociations en vue d’un processus de fusion. Celles-ci peuvent désormais commencer, a rapporté le comité de pilotage lors d’une conférence de presse organisée le 22 août, relayée par ref.ch. À partir du 8 septembre, le comité entamera les discussions autour d’un projet de fusion censé déboucher sur la transformation des douze paroisses en une seule communauté. Ces débats dureront probablement jusqu’au début de l’année 2019. En cas d’issue favorable, les fidèles concernés et chacune des paroisses seront appelés à voter sur le processus au cours de l’été suivant.

La manifestation du 23 juin devant le Palais fédéral, DR, Persecution.chFin juin, le groupe Persécution.ch réunissait 1200 personnes sur la Place fédérale à Berne en signe de soutien pour les chrétiens persécutes. Prenant la parole au nom du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, la vice-présidente Esther Gaillard a appelé les croyants à agir aussi en Suisse et dans les Églises.

Photo: La manifestation du 23 juin devant le Palais fédéral, DR, Persecution.ch

«Il est particulièrement douloureux de voir les Églises qui ont vu naitre le christianisme au Moyen-Orient être confrontées depuis de nombreuses années à une vague d’émigration sans précédent due aux attentats terroristes, à la guerre et à des pressions extrêmes. Des chiffres récents montrent que la population chrétienne en Irak aujourd’hui ne représente plus que 10% de ce qu’elle était il y a encore 15 ans. En Syrie, le patriarche orthodoxe Éphrem II affirmait il y a quelques semaines que 45% de la population chrétienne avait quitté le pays depuis huit ans», a affirmé Esther Gaillard le 23 juin sur la place fédérale s’exprimant au nom du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). 1200 personnes ont participé à la manifestation organisée par Persécution.ch qui avait notamment pour but de rappeler qu’«actuellement, 200 millions de chrétiens sont mis sous pression ou persécutés en raison de leur foi dans le monde», selon le communiqué du Réseau évangélique suisse annonçant la manifestation.

Prix du DialogueMardi à Berne, deux membres du comité de la Plateforme interreligieuse de Genève ont reçu le Prix du dialogue interreligieux

Par Joël Burri

Un parcours dans le musée d’ethnographie de Genève à la découverte des objets du sacré, la publication en plusieurs langues de «neuf propositions pour vivre ensemble et se respecter dans la diversité religieuse», l’organisation de rallye interreligieux et une collaboration avec un module de formation de la Haute école de travail social de Genève pour aborder les questions de spiritualité avec les futurs professionnels de l’action sociale: depuis 25 ans, la Plateforme interreligieuse de Genève s’engage en faveur du dialogue interreligieux. Deux membres de son comité ont reçu mardi 29 mai à Berne en présence d’Alain Berset, président de la confédération, le Prix du dialogue des Juives et des Juifs de Suisse.

Berne GCVotefinal LoiEglisesNationalesLe Grand Conseil bernois a largement adopté la nouvelle Loi sur les Églises nationales. À moins d’un référendum, pasteurs et prêtres ne seront plus employés de l’État, mais les Églises resteront largement soutenues par les finances publiques.

Par Joël Burri

Par 118 voix pour, 10 contre et 8 abstentions, le Grand Conseil bernois a adopté mercredi en deuxième lecture la nouvelle loi cantonale sur les Églises nationales. Les ministres des cultes réformé, catholique romain et catholique chrétien sont aujourd’hui salariés de l’État. La nouvelle loi en fait des employés de leur Église respective, mais pas question pour autant pour l’État de profiter de cette révision pour faire quelques économies. Les Églises seront largement soutenues par un système de financement basé sur deux principes. Le Canton versera 43 millions de francs par année par fidélité à l’engagement pris, il y a deux siècles, de financer les ministres en échange d’une partie du patrimoine de l’Église. Il versera en plus, une subvention dont le montant sera rediscuté tous les six ans pour les prestations d’intérêt général que les Églises fournissent. Cette subvention devrait être de l’ordre de 30 millions de francs les premières années. À moins d’un référendum, la nouvelle loi entrera en vigueur en 2020.

Une main tendue https://flic.kr/p/9t5d8KLe Grand Conseil bernois a adopté en première lecture la modification de la loi sur l’aide sociale. Cette décision est critiquée par les différentes Eglises. Il s’agit pour elles d’un texte purement politique, qui se fait au détriment des personnes dans le besoin.

Photo: CC (by-nc-nd) Cristian Bernal 

Le canton de Berne souhaite réduire la couverture des besoins matériels de base pour les personnes dans le besoin — une baisse qui pourra aller jusqu’à 8%. C’est ce que prévoit la loi révisée sur l’aide sociale approuvée en première lecture par le Grand Conseil le 6 décembre dernier. Dans un communiqué de presse, la Conférence interconfessionnelle (CIC) a critiqué cette décision. La politique d’austérité appliquée à travers ces dispositions aggrave les difficultés de vie des bénéficiaires et frappe tout particulièrement les familles, souligne la CIC.

© 2019 Protestinfo