×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
vendredi, 21 décembre 2018 11:29

Une présence en cadeau

Comme chaque année à la période des fêtes, l’aumônerie œcuménique des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) va remettre personnellement un petit cadeau aux deux mille patients actuellement hospitalisés. Financé par la population genevoise, ce petit geste représente plus qu’un objet bien emballé.

Par Myriam Bettens

«Bonjour, nous sommes les aumôniers des HUG et nous venons vous apporter un petit cadeau financé par les dons de la population genevoise.» Rachel Wicht, aumônière catholique, s’adresse à une femme alitée dans une unité d’orthopédie. Juste le temps de déposer sur la table de nuit le petit cadeau. La patiente tend déjà la main pour se saisir de celle de l’aumônière. «Je vais me faire opérer cet après-midi et j’ai peur», lui dit-elle de but en blanc. Rachel Wicht, sa main dans celle de la patiente, la rassure et lui propose de repasser la voir plus longuement dans l’après-midi. Cette femme, comme de nombreux autres patients, ne rentrera pas à temps pour passer les fêtes entourée de sa famille. «Ce petit présent signifie aussi que quelqu’un pense à eux. Plus qu’un objet, c’est notre présence qui compte», explique l’aumônière.

mercredi, 21 novembre 2018 15:02

La Lanterne fête ses trois lustres

L’Aumônerie de rue de Neuchâtel, la Lanterne, célèbre ses 15 ans d’existence. Pour marquer le coup, elle invite le public à venir découvrir ses locaux, du 26 novembre au 3 décembre.

Par Laurence Villoz

«L’aumônerie de rue a réellement comblé un manque», affirme Jean-Claude Zumwald, président de l’association DORCAS – en référence à la figure féminine biblique aidant les pauvres – qui gère cette structure œcuménique au centre de Neuchâtel. Créée en 2003 sous l’impulsion de Josef Egli, dit Frère Léo, un aumônier catholique né dans le canton de Lucerne en 1931, la Lanterne fête ses quinze ans d’existence. Pour l’occasion, elle propose au public de venir découvrir les lieux du 26 novembre au 3 décembre autour de petits-déjeuners et autres collations durant la journée.

Moins confessant et plus professionnel, le domaine de l’accompagnement spirituel en milieux hospitaliers vit une profonde mutation. Le CHUV accueille un symposium sur les enjeux du «spiritual care».

Par Joël Burri

Le pasteur ou le prêtre parachuté dans un hôpital par son Église fera peut-être bientôt partie de l’histoire. Désormais, l’idée fait son chemin que l’hôpital pourrait charger des spécialistes venant de disciplines telles que la théologie ou les sciences des religions pour faire de l’accompagnement spirituel ou des soins spirituels. Cette évolution se vit un peu partout en occident sous des formes variées. «On en est encore au b-a-ba de cette évolution, mais sentant le vent tourner, le psychiatre Michaël Saraga parle de l’accompagnement spirituel comme de l’un des “nouveaux métiers de l’hôpital”», explique Etienne Rochat, responsable de la plateforme Médecine, spiritualité, soins et société (MS3) du Département de formation et de recherche du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

L’Aumônerie genevoise œcuménique auprès des réfugiés organise une semaine de festivités pour ses 30 années d’existence. Au programme, conférences, café-philo et spectacle des Théopopettes.

Par Laurence Villoz

«Il y a trente ans, l’accueil des migrants n’était pas assuré. Il y a eu un sursaut de conscience au sein des Églises et de la société qui ont donc décidé de mettre quelque chose en place», raconte le pasteur Etienne Sommer, président de l’Aumônerie genevoise œcuménique auprès des requérants d’asile et des réfugiés (AGORA). Créée en 1988 par les Églises protestante, catholique romaine et catholique chrétienne, sur l’initiative du diacre et travailleur social Maurice Gardiol, l’AGORA célèbre ses 30 ans du 10 au 16 septembre prochain.

vendredi, 29 juin 2018 08:10

L’aumônerie militaire, version 2.0

Des aumôniers militairesDepuis cette année, des laïcs et des étudiants en théologie pourront être formés pour rejoindre l’aumônerie militaire. Cette ouverture répond aux besoins actuels.

Photo: Les aumôniers militaires © VBS/DDPS - ZEM

Par Nicolas Meyer, Réformés

L’aumônerie de l’armée était jusqu’alors réservée aux pasteurs réformés, aux prêtres, diacres et assistants pastoraux catholiques romains et catholiques chrétiens. À partir de cette année, des laïcs et des étudiants en théologie pourront entreprendre une formation de base avec ces derniers pour obtenir le titre d’officier spécialiste de l’aumônerie de l’armée.

© 2019 Protestinfo