×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

FEPSLa nouvelle procédure d’asile qui entrera en vigueur en mars 2019 demandera une plus grande présence d’aumôniers. Pour y répondre, la Fédération des Églises protestantes de Suisse augmente son soutien de 70'000 francs.

Par Laurence Villoz

«Prendre soin de l’âme, voilà en quoi consiste la tâche des aumôniers dans les centres fédéraux», explique Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Lundi 18 juin, les délégués de la FEPS, réunis à Schaffhouse, ont décidé, à l’unanimité, d’augmenter leurs contributions pour l’asile, passant de 350'000 francs à 420'000 francs. Depuis 1999, les Églises membres de la FEPS participent à un «financement solidaire» qui doit être rediscuté à chaque nouvelle législature. Pour la période de 2019 à 2022, les délégués ont non seulement accepté de le poursuivre, mais également de l’augmenter de 70'000 francs en raison de la restructuration du domaine de l’asile.

Gottfried LocherAprès des échanges intenses, les délégués de la FEPS ont réélu leur actuel président Gottfried Locher pour un troisième mandat, dimanche 17 juin à Schaffhouse. Il a remporté 43 voix, contre 24 pour sa concurrente la pasteure zurichoise Rita Famos.

Photo: Gottfried Locher © FEPS

Par Laurence Villoz

«Faire un choix permet un réel processus démocratique. Et si l’on élit une femme, ce serait un signe fort pour l’œcuménisme», affirme Ruth Kremer de l’Église argovienne. Pendant près de deux heures, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) ont exprimé leurs opinions face aux deux candidats à la présidence: la pasteure zurichoise Rita Famos et l’actuel président Gottfried Locher. À l’issue du vote à bulletin caché, le pasteur bernois de 51 ans a obtenu 43 voix sur 67, remportant un troisième mandat pour la législature de 2019 à 2022.

FEPS AD 2017 11Après des années de travaux préparatoires, les délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse se sont attelés à la première lecture du projet de nouvelle constitution de l’organe faîtier. Ils ont adopté un calendrier serré prévoyant l’adoption finale du texte à la fin de l’année prochaine déjà.

Par Joël Burri

La faîtière protestante suisse s’appellera «Eglise», mais restera une communion d’Eglises. C’est ce qui ressort de deux jours d’assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), lundi 6 et mardi 7 novembre à Berne. L’organe réunit les Eglises réformées cantonales du pays, ainsi que l’Eglise méthodiste et l’Eglise évangélique libre de Genève. Une large partie des deux jours a été consacrée à la première lecture de la nouvelle constitution de la FEPS, mais en raison des discussions riches, mais abondantes, les délégués ne sont parvenus à se prononcer que sur 10 des 41 articles du projet de texte fondamental.

mutualisation communication CC(by-nc)uncoolbob via https://flic.kr/p/pm1eZmLes délégués de la Fédération des Eglises protestantes ont refusé d’adopter un rapport final sur la communication de l’Eglise en Suisse. Ils en veulent plus.

Photo:  CC(by-nc)uncoolbob

Par Joël Burri

Renforcer l’identité protestante grâce à la mutualisation des moyens de communication des Eglises membres de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS). Depuis 2012, ce sujet revient régulièrement à l’ordre du jour des assemblées des délégués de la faîtière. Mardi, le Conseil de la FEPS espérait enfin arriver à un rapport final. Mais restés sur leur faim, les délégués ont refusé le clap final.

Les participants au débatA Berne s’est ouvert lundi 7 novembre l’Assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse. Après un culte doté d’une toute nouvelle liturgie, une table ronde sur l’actualité de la Réforme a entrainé une réflexion sur la société moderne.

Photo: Les participants à la table ronde. De gauche à droite: Rudolf Wehrli, président du conseil d’administration de Clariant, Guy Morin, président du Conseil d’Etat du canton de Bâle-Ville, Isabelle Chassot, directrice de l’Office fédéral de la culture, Simon Weber, modérateur, Laurent Schlumberger, président de l’Eglise protestante unie de France, Esther Schläpfer, pasteure à la Cathédrale de Berne et Christina Aus der Au Heymann, présidente du Deutsche Evangelische Kirchentage 2017 à Berlin.

Par Laurence Villoz et Noriane Rapin   

En ouverture des festivités de Réforme, la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) a organisé une table ronde réunissant six personnalités du monde politique, économique et ecclésial afin de débattre des thèses pour le Jubilé, dans la cadre de l’Assemblée des délégués, lundi 7 novembre à Berne. Depuis 2014, les Eglises réformées de Suisse s’interrogent sur la question de l’identité réformée actuelle. En ont résulté plus de 300 thèses qui ont été remises à la FEPS.

© 2018 Protestinfo