×

Message

Failed loading XML...

 Bahá’u’lláh via https://fr.wikipedia.org/wiki/Mirza_Husayn_Ali_NuriA l’occasion du bicentenaire de la naissance de Bahá’u’lláh, le fondateur de ce mouvement religieux, les bahá’íes organisent de multiples manifestations pour faire connaître leur foi et pour célébrer ce jubilé.

Photo: Bahá’u’lláh 

(Protestinfo) «Bahá’u’lláh enseigne que Dieu est unique et que les révélations successives de sa volonté à l’humanité ont été la principale force civilisatrice de l’histoire. Les agents de ce processus ont été les messagers divins que les hommes ont perçus comme étant les fondateurs de systèmes religieux distincts, mais dont le but commun est d’amener la race humaine à sa maturité morale et spirituelle», résume le site suisse du mouvement bahá’íe. Dimanche 22 octobre, le bicentenaire de la naissance du fondateur de cette religion sera célébré dans les différentes assemblées spirituelles locales.

Helmut Gassner, assistant du directeur Gonsar Rinpoché du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, soutient que le dalaï-lama est manipulé «et sa figure est si respectée que personne ne peut le croire.» ©Aline JaccottetLes 40 ans du centre bouddhique du Mont-Pèlerin (VD) ont remis au jour de vieilles tensions dans la communauté tibétaine autour de Shougden. Une déité autour de laquelle se cristallisent les difficultés de la création de l’identité nationale.

Photo: Helmut Gassner, assistant du directeur Gonsar Rinpoché du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, soutient que le dalaï-lama est manipulé «et sa figure est si respectée que personne ne peut le croire.» ©Aline Jaccottet

Par Aline Jaccottet

Dodje Shougden est une figure du bouddhisme tibétain qui crée la polémique. D’abord, dans les communautés de pratiquants, comme l’a mis en évidence l’article de «24 heures» du 6 septembre. En évoquant les liens du centre bouddhique du Mont-Pèlerin, 40 ans cette année, avec le dalaï-lama, l’article a ravivé l’animosité de certains fidèles envers leurs coreligionnaires proches de Dodje Shougden. Il est pourtant difficile de les pousser à s’exprimer sur le sujet. Le lama (guide spirituel) de la communauté Rigdzin, qui a contribué à la venue du dalaï-lama à Lausanne en 2009, a d’ailleurs refusé notre demande d’interview. «Je peux juste vous dire que nous suivons l’opinion du dalaï-lama», a affirmé Myriame Marti, la secrétaire de la communauté en Suisse.

Trinh Xuan ThuanL’astrophysicien Trinh Xuan Thuan est un scientifique qui contribue à réenchanter le monde. L’œil rivé sur son télescope, il observe un cosmos qu’il perçoit comme ordonné pour donner naissance à la conscience et à la vie. Rencontre avec un scientifique bouddhiste, pétri de philosophie occidentale.

Photo: Trinh Xuan Thuan © Patrick Gilliéron Lopreno

Par Guillaume Henchoz, reformes.ch 

Trinh Xuan Thuan, vous êtes un astrophysicien qui a passé une bonne partie de sa carrière le nez rivé sur un télescope. Mais vous êtes aussi un essayiste dont les ouvrages sont lus par un large public. Comment expliquez-vous votre succès?

Effectivement, mon premier livre, «Mélodie secrète»  (Fayard, 1988, ndlr) a très vite trouvé son public. Au début, j’étais un peu étonné. Avec le recul, je pense que cela s’explique assez facilement: l’espace fascine tout le monde. Le télescope Hubble ou, plus récemment, la sonde spatiale Cassini qui a plongé vers Saturne font l’objet d’une couverture médiatique sans précédent! Il faut dire que l’on tire des images extraordinaires de ces observations ou de ces missions. C’est très esthétique et cela parle aux gens. Mais il y a aussi autre chose: l’espace nous renvoie à l’infini. N’importe quel être humain s’est un jour tourné vers le ciel et a éprouvé une sorte de vertige. J’ai donc la chance de mener des recherches dans un domaine des sciences qui parle au public. Nous autres, astrophysiciens, sommes en quelque sorte plus chanceux que nos collègues qui explorent l’infiniment petit. Nos vertiges et nos interrogations sont plus faciles à appréhender, notamment grâce aux images que nous tirons de nos observations. Notre champ d’investigation est également occupé par une culture plus populaire qui se traduit par des livres et des films de science-fiction prenant souvent en compte l’actualité de notre recherche avant d’extrapoler et de la placer dans un univers futuriste.

Eliezer Shai Di MartinoEliezer Shaï Di Martino sera dès le 4 décembre le nouveau rabbin des juifs de Lausanne. Cet Italien fan de hard rock a travaillé au Mexique, en Colombie, en Italie et au Portugal. Et défend un judaïsme «humaniste».

Photo: Eliezer Shaï Di Martino

Par Aline Jaccottet

L’annonce a été faite mercredi dans la synagogue de Lausanne, bondée à l’occasion du Nouvel An juif. Après des mois de recherche, plusieurs candidatures écartées, quelques tensions internes et le désistement d’un candidat à la dernière minute, les juifs traditionalistes de Lausanne tiennent leur nouveau guide: Eliezer Shaï Di Martino, un orthodoxe moderne.

Un homme priant https://flic.kr/p/Fk3wyWLa pasteure Hetty Overeem appelle les croyants de toutes confessions à consacrer la semaine précédant le jeune fédéral pour «accueillir Dieu gratuitement» dans nos vies.

Par Joël Burri

«On demande toujours beaucoup de choses à Dieu, mais on prend rarement le temps d’écouter ce qu’il veut pour son Eglise», explique la pasteure de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) Hetty Overeem. Avec un groupe de croyants de diverses confessions de «la grande famille chrétienne», elle propose donc de cheminer vers le jeûne fédéral dans le jeûne et la prière.

Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nick_Vujicic_at_the_World_Economic_Forum_Annual_Meeting,_Davos,_Switzerland_-_20110130.jpgPour ses 100 ans, la Socitété biblique de Genève a fait venir une star du web. L’éditeur évangélique de bibles et de livres chrétiens ne s’attendait pas à remplir des stades avec cet invité. Plusieurs Eglises diffuseront la conférence en direct.

Photo: Nick Vujicic au World Economic Forum de Davos en 2012. CC(by-sa) swiss-image.ch/Sebastian Derungs/WEF

Par Joël Burri

Si vous avez un compte Facebook, Nick Vujicic fait partie de ces visages qui apparaissent régulièrement sur votre fil d’actualité. Les vidéos de ce trentenaire australien font en effet partie de ces messages qui ne cessent de circuler de partages en partages. Il faut dire que bien qu’il soit né sans bras ni jambe, il a appris à s’accepter comme il est. Il dit avoir longtemps prié pour que Dieu le guérisse de son handicap, mais a fini par apprendre à être reconnaissant pour ce qu’il a. Une clé du bonheur déclinée dans de nombreuses vidéos où on le voit nager, jouer de la batterie, faire le pitre, plonger, jongler avec un ballon, le visage radieux. Et son message encourageant fait un tabac. Si bien que ce conférencier-star, de passage en Europe pour trois soirées à l’occasion des 100 ans de la Société biblique de Genève, jouera à guichets fermés à Turin mercredi soir et à Bienne jeudi soir. Il reste quelques places pour la présentation de vendredi au Havre ainsi que dans les Eglises qui diffuseront la soirée en direct.

© 2017 Protestinfo