×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

De retour à sa Bethléem natale après des études aux États-Unis, Catherine Qubrosi savoure le bonheur de sa nouvelle vie avec Peter. Et sa relation avec Dieu, empreinte d’une profonde gratitude

Aline Jaccottet, Bethléem, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

Sa maison respire l’amour. Sur les murs fraîchement peints s’alignent mots tendres et photos d’étreintes et lorsqu’elle parle de Peter, son mari originaire de Gaza épousé en juillet, son regard profond s’illumine. Catherine Qubrosi a vingt-trois ans, des rêves plein la tête et une foi qu’elle juge aujourd’hui «stable et équilibrée» au terme de confrontations qui l’ont poussée à réfléchir en profondeur sur elle-même et sur Dieu.

Toujours plus nombreux, les juifs ultra-orthodoxes cherchent leur chemin entre repli identitaire et ouverture au monde. Un questionnement qui a marqué toute la vie de Vardit Rozenblum.

Aline Jaccottet, Beitar Ilit, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

À l’entrée du salon aux murs couverts de tableaux trônent plusieurs bouquets de fleurs. À 28 ans, la fille de Vardit Rozenblum vient de se fiancer — alors que sa mère n’en avait que 18 lorsqu’elle s’est mariée. «Oui, les temps changent», sourit la cinquantenaire, soigneusement maquillée sous une perruque impeccablement mise. C’est ainsi que les femmes ultra-orthodoxes issues comme elle d’Europe de l’Est cachent généralement leurs cheveux après le mariage. La coiffe post-noces est d’ailleurs l’affaire du jour dans la famille Rozenblum. Cette après-midi, leur fille ira s’en choisir deux dans un magasin spécialisé: une pour tous les jours, l’autre pour les fêtes. En attendant, elle vient de rentrer de son travail à la banque et grignote des biscuits dans la cuisine, l’oreille collée à son téléphone portable.

Comment accompagner les futurs parents dans la venue d’un enfant, avec ses joies et ses peines? Elise Cairus, docteure en théologie a creusé la piste de l’accompagnement spirituel de la naissance dans sa thèse, qu’elle veut comme une boîte à outils pour les professionnels. Les 15 et 16 novembre elle donne une conférence et une formation à Romainmôtier sur le sujet. Interview.

Par Marie Destraz

Qu’est-ce que l’accompagnement spirituel de la naissance?

On parle souvent d’accompagnement spirituel pour la maladie, la fin de vie, le deuil, mais jamais pour la naissance, comme s’il s’agissait toujours d’un événement joyeux, qui allait de soi. Mais ce n’est pas le cas. Les complications sont nombreuses: infertilité et PMA (procréation médicalement assistée), deuil périnatal, IVG et IMG (interruption volontaire ou médicale de grossesse), accueil d’un enfant malade ou en situation de handicap. C’est donc un moment où surgit la question du sens. L’accompagnement spirituel de la naissance vise principalement à réhabiliter le parent dans sa dignité d’être humain précieux aux yeux de Dieu, et qui lui permette de continuer un chemin de foi sereinement.

L’histoire de Philippe Neeser, c’est celle d’un amour éperdu pour le Japon. Une passion qui a valu à ce maître de cérémonie de thé d’être nommé commandeur de l’Ordre du Soleil levant après quasi quarante ans passés dans le pays.

Aline Jaccottet, Genève

En lui cohabitent deux univers. Le premier, c’est celui de ses racines. Elles vont profondément dans les terres vaudoise et genevoise du bord du Léman en une généalogie dont il est féru. Demandez-lui l’histoire de n’importe lequel de ses ancêtres et Philippe Neeser vous en fera un récit passionné. Filleul et double cousin du poète Philippe Jaccottet, il partage le goût de son parrain pour la beauté des mots, la délicatesse du verbe. 

La cérémonie d’ouverture des KidsGames 2018 a eu lieu à Bulle. DRLes KidsGames 2018 sont officiellement ouverts. Le coup d’envoi de cette semaine œcuménique de sport et de spiritualité a réuni plus de 2000 enfants de toute la Suisse romande le 12 août 2018 à Bulle.

Photo: La cérémonie d’ouverture des KidsGames 2018 a eu lieu à Bulle. DR

Par Pierre Pistoletti, cath.ch

La cérémonie d’ouverture a réuni une grande partie des 2400 jeunes inscrits ainsi que leurs accompagnants autour d’une comédie musicale et de l’allumage de la flamme des olympiades «KidsGames» à l’Espace Gruyère de Bulle.

Alexandra-Eliora Peretz DRNée catholique, la Suissesse Alexandra-Eliora Peretz s’est convertie pas moins de trois fois au judaïsme. Son parcours révèle la complexité d’un monde tourné tout entier vers la loi et l’étude.

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Elle était en exil, la voici à la maison. On est à Jérusalem, mais sa maison à elle est intérieure, faite de lectures, de réflexion, de questions à Dieu. «Je suis avant tout un cerveau», dit-elle en riant, attablée à un café. Elle est aussi un drôle de mélange. Doit-on l’appeler Alexandra, son nom de naissance, ou Eliora, celui qu’elle s’est choisi en devenant juive? Herfroy-Mischler ou Peretz, le patronyme de son mari? Un éclat malicieux traverse ses yeux verts. «Vous voyez, ma vie n’est pas simple!»

© 2019 Protestinfo